Recherche

GABONINFOSLIVE

L'INFORMATION EN TEMPS REEL

POLITIQUE: Election Présidentielle de 2016: Premiers résultats et tendances

JEAN PING, NOUVEAU PRÉSIDENT ÉLU DE LA RÉPUBLIQUE GABONAISE.

Résultats provisoires (87%) de l’élection présidentielle du 27 août 2016 au Gabon :

14183687_1734167813503955_4736307456103234636_n

De 1967 à 2016, notre pays et son peuple, le peuple gabonais, n’ont pu se résoudre qu’à la suprématie d’un même régime, d’une même famille et d’un même système politique ; le PDG-BONGO. Avec l’élection ce 27 août 2016 du Président Jean PING, c’est une Nouvelle Page de l’Histoire de notre jeune Nation qui s’ouvre, sur une perspective inédite de voir notre Patrie faire enfin acquisition de toute cette matière grise restée longtemps inexploitée du fait de ses opinions.

Le Dialogue, la Tolérance et la Paix sont plus que jamais de mise, pour que la Construction du Nouveau Gabon se fasse sans heurts, amertumes ni vengeance.
Pour que vive la Démocratie et l’Avènement d’un Nouveau Gabon, sous le magistère de notre nouveau Président : JEAN PING.

SKB

POLITIQUE: Election Présidentielle de 2016: Réaction du Ministère de l’Intérieur

images10

Au lendemain de l’élection présidentielle, nous sommes toujours dans un processus démocratique qui suit son cours. Hier, les Gabonais ont voté dans le calme à travers tout le pays, ainsi qu’à l’étranger.

Un des candidats vient de rompre avec le respect des institutions et de la loi en se déclarant élu alors même que le processus de dépouillement est en cours sous le regard des médias gabonais et internationaux, tout comme celui des nombreux observateurs étrangers.

Cette regrettable tentative d’exercer une pression injustifiée sur le corps électoral Gabonais et les institutions indépendantes en charge de la centralisation des votes ne saurait bien entendu ni ralentir, ni influencer le processus mis en place et accepté par tous les acteurs de la vie politique gabonaise. Ce processus est le seul garant du respect de la démocratie et du bon déroulement des élections.

À ce sujet, le Ministre de l’Intérieur, de la Décentralisation, de la Sécurité et de l’Hygiène publiques, Pacôme Moubelet-Boubeya a déclaré : “Le candidat Jean Ping vient d’opérer une tentative de manipulation du processus démocratique. Le processus de dépouillement et de centralisation des votes se poursuit normalement sans tenir compte de telles manoeuvres, dans la lignée de la grande démonstration démocratique que constitue cette élection jusque là calme et bien organisée, comme en attestent les nombreux observateurs internationaux.”

Le Ministère de l’Intérieur, de la Décentralisation, de la Sécurité et de l’Hygiène publiques tient à rappeler à nouveau que toute ingérence de ce type dans le processus légal et démocratique ne saurait être tolérée. Le Ministère veillera avec la plus grande attention au bon respect de ce processus.

Enfin, nous rappelons que l’Etat Gabonais n’a pris aucune mesure de blocage des réseaux de télécommunications et d’Internet et qu’il est regrettable que le candidat Jean Ping et son entourage exploitent ces outils afin de diffuser des rumeurs et de fausses informations.

MI

POLITIQUE: Election Présidentielle de 2016: Déclaration d’Alain-Claude BILIE-BY-NZE, porte-parole du candidat du PDG

images

Le Gabon vient de vivre une journée qui comptera dans son histoire. Une journée décisive au cours de laquelle nos compatriotes ont pu exprimer leur choix pour les 7 années à venir.

Au terme d’une campagne particulièrement active, et alors que les opérations de dépouillement ne font que commencer, il convient tout d’abord de saluer la forte dynamique, rencontrée, vécue, au fil des déplacements d’Ali Bongo Ondimba.

Cette énergie positive, cette adhésion massive des populations, nous rendent confiants. Oui, ce soir nous sommes confiants car le peuple a parlé. Ce peuple qui demande une égalité des chances.

Mais nous sommes également extrêmement vigilants. Poussés par des acteurs politiques mal intentionnés, des individus ont tenté ici ou là de perturber l’ordre public en s’en prenant au matériel électoral et même aux urnes. Cela est inacceptable : la fébrilité ne sied pas à la paix si chère et précieuse aux yeux de nos compatriotes.

Nous avons noté des fraudes massives en particulier dans les zones où les représentants de l’opposition ont pu arriver dans les bureaux de vote en premier. Nous dénonçons avec fermeté les provocations et les violences exercées sur des partisans du candidat Ali, notamment à Libreville.

Je tiens encore à rappeler que le candidat Ali, tout comme l’ensemble de ses soutiens, mettra un point d’honneur à respecter la loi électorale, car nous respectons le Gabon et ses citoyens. Même si aucun chiffre ne peut et ne doit être avancé à ce stade, nous sommes, au vu des informations qui nous parviennent, en mesure de dire que notre candidat Ali Bongo Ondimba emportera la victoire.

Nous sommes déjà en route vers un second mandat, en attendant la confirmation par les instances habilitées.

POLITIQUE: Election Présidentielle de 2016: Comprendre le processus électoral

sans-titre.00026   2

Rappel du processus électoral et mise à disposition d’une infographie officielle à l’attention des journalistes, observateurs et citoyens
Rappel qu’aucune déclaration émanant d’un quelconque organisme ou personnalité ne saurait être reconnue comme résultat officiel avant l’annonce de M. le Ministre de l’Intérieur
Rappel des mesures post-scrutin au niveau national : fermeture des frontières entre minuit et 20h le 27.08, pas de couvre-feu ni de coupure des télécoms et réseaux sociaux envisagés à ce stade

Ce samedi 27 août 2016, 628 124 Gabonais sont appelés à voter dans 2 580 bureaux de vote répartis à travers le pays. En ce jour de scrutin, le Ministère de l’Intérieur, de la Décentralisation, de la Sécurité et de l’Hygiène publiques tient à rappeler le fonctionnement du processus électoral et met à disposition à cet effet une infographie officielle détaillant point par point les différentes étapes de ce vote uninominal à un tour.

Le processus électoral a été validé en amont par les représentants des différents partis politiques gabonais lors des Accords de Paris de 1994. Chaque bureau de vote est sous la supervision d’un président désigné par la CENAP assisté d’un vice-président et d’un assesseur issus de la majorité, d’un vice-président et d’un assesseur issus de l’opposition, d’un secrétaire tiré au sort parmi les premiers votants et d’un représentant pour chaque candidat. A la fin du scrutin, les résultats des votes sont centralisés à chaque échelon par les commissions électorales locales jusqu’à leur transmission à la commission nationale à Libreville. Cette dernière tient à son tour une plénière générale de centralisation à l’issue de laquelle le Ministre de l’Intérieur est invité à aller lire les résultats avant leur transmission à la Cour Constitutionnelle. La centralisation peut prendre plusieurs jours.

L’introduction de la biométrie et la présence, unique en Afrique, de plus de 1 000 observateurs internationaux issus de 42 institutions de référence (Union africaine, CEEAC, GERDDES – Afrique, Union européenne, OIF) viennent renforcer le dispositif prévu afin de prévenir toute tentative de fraude. “Les mesures technologiques et procédurales mises en œuvre lors de cette élection sont inédites et sans précédent en Afrique, tous les éléments sont réunis en vue de garantir un scrutin transparent et impartial” a déclaré le Ministre de l’Intérieur M. Pacôme Moubelet Boubeya.

Le Ministère de l’Intérieur, de la Décentralisation, de la Sécurité et de l’Hygiène publiques rappelle que les textes de lois précisent le fait que la seule et unique annonce de résultats qui soit officielle et reconnue sera celle annoncée par M. le Ministre de l’Intérieur Pacôme Moubelet Boubeya lors de l’intervention prévue à cet effet. Cette annonce sera ouverte à la presse et retransmise en direct par les chaînes de télévision et de radio présentes.

Par ailleurs, le Ministère de l’Intérieur tient à rappeler qu’hormis la fermeture des frontières entre 00:00 et 20:00 ce samedi 27 août 2016, décidée afin de garantir la sécurité des populations, aucune autre mesure (coupure des télécommunications, des réseaux sociaux ou couvre-feu) n’est prise ou envisagée à ce jour.

MI

POLITIQUE: Election Présidentielle de 2016: Réaction de l’équipe de campagne du candidat Ali Bongo Ondimba

unnamed3.jpg

À l’heure de la fermeture des bureaux de vote, l’équipe de campagne du candidat Ali Bongo Ondimba félicite les électeurs gabonais pour leur forte mobilisation à l’élection présidentielle de ce jour.

La volonté du candidat Ali Bongo Ondimba est que cette élection — transparente, libre et sereine — reste une référence démocratique dans l’histoire du Gabon.

Dans ce sens, son équipe de campagne remercie les plus de 1000 observateurs continentaux et internationaux (UE, UA, OIF,…) présents sur le terrain. Grâce à leur présence, le résultat à venir de l’élection sera incontestable.

Par ailleurs, la forte présence de médias africains et internationaux démontre l’intérêt pour cette élection, que le candidat et son équipe souhaitent exemplaire jusqu’au bout.

Les soutiens du candidat Ali Bongo Ondimba déclarent que le résultat de cette élection, quel qu’il soit, sera accepté.

L’équipe de campagne du candidat Ali Bongo Ondimba demande à tous, et en particulier à l’opposition, d’éviter à l’issue du scrutin les provocations politiques. La responsabilité c’est de préserver la paix au Gabon et de respecter les lois gabonaises.

Dans ce même esprit et conformément au code électoral gabonais, l’équipe de campagne du candidat s’engage à attendre l’annonce des résultats officiels qui seront transmis au ministère de l’Intérieur après compilation, vérification, et validation des votes par la CENAP.

ACE

POLITIQUE: Election Présidentielle de 2016: Jour d’élection

2

Ce samedi 27 août 2016, 628 124 Gabonais en âge de voter étaient appelés aux urnes pour élire le président de la République pour les sept prochaines années.

Je me dois d’entrée de rappeler à tous et à chacun que l’administration et la gestion des scrutins au Gabon relève de la compétence exclusive de la Commission électorale nationale autonome et permanente (CENAP).

Cependant, le Ministère de l’Intérieur ayant la charge de l’administration du territoire et de la sécurité des personnes et des biens, peut, sans s’immiscer dans les prérogatives de la CENAP, faire le point du déroulement des opérations électorales au moment où s’approche le terme des opérations de vote.

Globalement, les opérations de vote ont démarré assez tôt sur l’ensemble du territoire et à l’étranger notant quelques retards observés dans certains centres à Libreville du fait de l’absence à 7h30 des scrutateurs, toutes tendances confondues ainsi que celle de certains représentants de candidats.

Ce retard accusé par les scrutateurs participe en réalité qu’étant eux-mêmes électeurs, ils ont dû tout d’abord aller accomplir leur devoir citoyen dans des centres autres que ceux dans lesquels ils ont été désignés.

On note un engouement indéniable de la part des électeurs, ce qui traduit l’intérêt de nos compatriotes pour la gestion de la chose publique et partant pour le choix de ses dirigeants.

De plus, la présence massive sur le terrain des observateurs, aussi bien internationaux que nationaux, prouve à suffisance le respect par les pouvoirs publics de l’engagement pris de voir cette élection et celles à venir de se tenir en toute transparence.

Cette transparence commande également le respect des règles régissant le processus électoral.

En effet, autant la gestion du scrutin relève de la CENAP, autant seul cet organe et ses démembrements locaux sont compétents dans la centralisation et la publication des résultats.

L’annonce ou la publication des résultats électoraux ne relèvent donc ni d’un individu ni d’un parti politique, fut-il de la majorité ou de l’opposition.

Enfin il faut saluer la maturité des citoyens gabonais qui ont fait montre de calme et de civisme car, malgré la passion qui caractérise toute compétition y compris électorale, l’on n’a pas enregistré d’incidents majeurs.

Ce comportement républicain doit demeurer pour préserver la paix, la stabilité et la démocratie voulues par tous.

MI

ECONOMIE: Les finalistes en lice pour le Prix Anzisha 2016 récompensant la jeunesse entrepreneuriale africaine explorent de nouvelles perspectives en matière d’innovation et de représentation

unnamed1

L’African Leadership Academy, en partenariat avec la MasterCard Foundation, est fière d’annoncer les jeunes entrepreneurs africains finalistes de la sixième édition du prix Anzisha. Le prix Anzisha récompense des jeunes entrepreneurs âgés de 15 à 22 ans qui participent activement au changement, grâce à des solutions innovantes et axées sur les personnes dans toute l’Afrique. Cette année, le prix célèbre la présence accrue en Afrique du Nord et dans d’autres nouvelles régions, et la plus grande diversité des entreprises représentées.

« L’élan qui soutient le prix Anzisha s’est amplifié et nous commençons à constater un réel impact », a déclaré Koffi Assouan, gestionnaire du programme de la MasterCard Foundation consacré aux moyens de subsistance des jeunes. « Les responsables du prix Anzisha sont en train de former à l’échelle de toute l’Afrique un réseau solide de jeunes entrepreneurs innovateurs qui transcendent leurs différents secteurs et zones géographiques. Ils apprennent les uns des autres, tout en développant leurs entreprises et en faisant progresser l’esprit d’entrepreneuriat social. »

La cuvée 2016 regroupe un mélange éclectique de jeunes esprits dont l’objectif est de favoriser le développement socio-économique et la création d’emplois au sein de leurs communautés et au-delà. Ils se disputent le partage d’un total de 100 000 USD de récompense. Les 12 finalistes gagneront un voyage tous frais payés à Johannesburg pour participer à une formation professionnelle rigoureuse de deux semaines qui débutera le 13 octobre 2016. Le grand gagnant sera annoncé lors d’un gala exclusif le 25 octobre 2016.

En plus de remporter une partie du prix, les finalistes bénéficient d’un accès aux services de l’unité de soutien aux jeunes entrepreneurs du prix Anzisha, dont la valeur s’élève à 7 500 USD. Ces services comprennent un soutien aux entreprises, la mise en œuvre de projets visant à développer ces dernières, la mise en relation avec des experts professionnels et l’accès à de nombreuses opportunités de réseautage.

« Le vent tourne autour de la jeunesse entrepreneuriale africaine », a déclaré la responsable principale des programmes du prix Anzisha Grace Kalisha, « nous avons constaté une augmentation extraordinaire des entrepreneurs africains sur le continent et ils font parler d’eux. Nous sommes heureux qu’un tel groupe d’entrepreneurs participe au prix Anzisha cette année. Cela promet de grandes choses à venir pour l’entrepreneuriat africain. »

La liste 2016 incarne cette promesse : c’est la première année que le prix Anzisha réalise une percée significative dans les marchés d’Afrique du Nord jusque-là inexploités tels que le Maroc et l’Égypte et les pays francophones tels que Madagascar et le Niger. Sa portée est étendue par les efforts de sensibilisation du prix Anzisha et son réseau de partenaires, composé d’organismes de développement dédiés à la jeunesse et soutenant sa diffusion auprès des communautés, afin de récompenser les jeunes acteurs du changement en Afrique. Les 12 finalistes du prix Anzisha ont été choisis parmi un groupe de candidats composé de 550 entrepreneurs issus de 32 pays africains.

Certaines innovations observées parmi les candidats et les finalistes du prix Anzisha de cette année concernent le secteur de l’agriculture. L’agriculture a gagné une place de premier ordre, à titre de secteur auquel de plus en plus de jeunes participent. Les entrepreneurs se sont concentrés sur des opportunités et ont exploré un spectre plus large de la chaîne de valeur de ce secteur. Par exemple, les participants au prix Anzisha 2016 Olivier N’guessan et Heritiana Randriamananatahina sont les acteurs de cette génération dans le domaine de la transformation des aliments, et Benedict Ampofo procure aux petits exploitants agricoles et à la jeunesse rurale les compétences requises dans le domaine de l’agriculture. Grâce à ces entrepreneurs visionnaires, nous entrons dans une ère à laquelle de jeunes africains créent des emplois pour d’autres jeunes.

Les finalistes 2016 pour le prix Anzisha sont :

Aly Abd ElAzem, 20 ans, Égypte. Co-fondateur de Teens Club, un centre de jeunesse urbain fournissant aux adolescents une plate-forme d’auto-développement professionnel permettant de les relier à des experts, d’améliorer leurs niveaux de compétences et de leur offrir un espace sécurisé pour exprimer leurs opinions et leur talent, avec 30 000 candidatures de participation au programme en 2015 seulement.

Issam Darui, 22 ans, Maroc. Fondateur de Lagare.ma, la première gare de bus en ligne du Maroc, disponible en 10 langues et en 25 devises, proposant des services permettant de voyager intelligemment pour la première fois au Maroc et fournissant des horaires vers plus de 150 destinations.

Ifrah Mohamed, 19 ans, Kenya. Fondatrice de Supermom, qui permet à des femmes sans emploi et sous-employées de travailler dans un réseau de distribution de proximité des biens essentiels en porte-à-porte, dans les régions rurales du Kenya, avec plus de 20 « super mamans » dans le réseau.

Benedict Kusi Ampofo, 22 ans, Ghana. Fondateur de Project KIRIKU, une ferme de démonstration visant à créer des collectivités agricoles durables à la pauvreté réduite et fournissant à plus de 60 agriculteurs des compétences, connaissances et innovations agricoles.

Lamine Chamsiya, 21 ans, Niger. Fondatrice de E3D Cosmetique, qui fabrique et commercialise une gamme de produits cosmétiques pour la peau et les cheveux formulés à base de neem (margousier) et dotés de propriétés antiseptiques.

Yaye Souadou Fall, 21 ans, Sénégal. Fondatrice de E-cover qui emploie six personnes actuellement pour produire, à partir de pneus recyclés, des dalles polyvalentes innovantes pour les revêtements, les terrains de jeux, les piscines, les semelles et autres produits.

Geoffrey Mulei, 20 ans, Kenya. Fondateur de INKISHA, qui vise à accroître l’accès aux emballages respectueux de l’environnement pour les consommateurs africains en s’associant avec les annonceurs et les marques innovantes, afin de fournir environ 350 000 sacs gratuits tous les mois, le tout soutenu par un modèle de recettes innovant.

N’guessan Koffi Jacques Olivier, 19 ans, Côte d’Ivoire. Fondateur de The Yaletite Entrepreneurship Group CI, une initiative ambitieuse produisant et commercialisant des cultures vivrières pour générer des bénéfices, localiser des subventions pour les étudiants handicapés et mobiliser les jeunes pour l’emploi, comptant plus de 30 employés.

Heritiana Fabien Randriamananatahina, 22 ans, Madagascar. Fondateur de FIOMBONANA, une initiative de transformation alimentaire qui substitue les importations par l’intermédiaire de la fabrication locale de produits laitiers et de confiseries, et de l’approvisionnement auprès des agriculteurs locaux, avec 12 personnes actuellement employées.

Faustino Quissico, 22 ans, Mozambique. Fondateur de TQ Group and Services, qui fournit, installe et entretient des planchers en bois durs, en externalisant les intrants et fournissant de l’emploi à 13 personnes.

Asha Abbas, 17 ans, Tanzanie. Fondateur de Aurateen, une plate-forme en ligne fournissant aux adolescents des informations instructives sur la santé et la sexualité, en les sensibilisant vis-à-vis des comportements à risque élevé, travaillant avec des médecins et des experts de la jeunesse et offrant des services de conseil en ligne et en présentiel.

Andrew Ddembe, 20 ans, Ouganda. Entrepreneur en série et fondateur de Heart for the Hunt, une entreprise diversifiée fournissant des uniformes scolaires, des services de restauration et de culture du café, qui réduit la variabilité des revenus de l’entreprise et de ses 30 employés qui souffrent pour la majorité de troubles du langage tels que le bégaiement.

APO

POLITIQUE: Election Présidentielle de 2016: Clôture de la campagne à Franceville, Port-Gentil et Libreville

unnamed

Ali Bongo Ondimba, le candidat du Parti démocratique gabonais et des partis alliés, a clos sa campagne en allant à la rencontre de ses compatriotes de Franceville, Port-Gentil et Libreville.

L’égalité des chances est le combat qu’il entend mener pour que la justice sociale, la formation des jeunes, la santé et la paix demeurent et soient plus encore les fondations de la nation. Pour changer ensemble.

Au cours de sa journée, le candidat s’est adressé aux populations du Haut-Ogooué, réclamant « zéro voix » pour ses compétiteurs sur ces terres familiales. Entouré de son épouse Sylvia Bongo Ondimba, de sa mère Patience Dabany et de personnalités telles que Paul Toungui, Idriss Ngari, Antoine Yalanzèle, Egide Boundouno Simangoye et Ernest Ndassikoula, le candidat a indiqué : «Demain est un grand jour et j’espère que nous allons célébrer la démocratie».

Effervescence, détermination et engagement ont également marqué l’étape portgentillaise de cette dernière journée de campagne pour celui qui incarne « le vrai changement » au service de l’ensemble des Gabonais. Dans cette cité longtemps assise sur ses certitudes pétrolières, Ali Bongo Ondimba a décliné les grands axes de son programme pour l’emploi. « Brûler et casser, ce n’est pas un job ! Pour vous tous, il faut un métier digne acquis par la formation, pour une famille digne. Car la jeunesse est sacrée ».

C’est le temps ! C’est le temps ! Rassemblée au stade Divungi, la foule, comme propulsée par l’énergie d’ALI, a répondu en cœur aux harangues de celui qui veut conduire le Gabon vers une « véritable indépendance ». Celle qui naîtra d’une économie maitrisée et enfin plus redistributrice.

L’heure est donc à la mobilisation de toutes les énergies pour la construction d’un Gabon en paix, fort, riche et prospère : « Avec Graine, c’est la terre qui nous attend, car nous devons nous nourrir nous-mêmes. Avec la décennie de la femme, c’est l’énergie, la paix et le travail qui sont garantis. Avec les jeunes, le Gabon est en marche. Et qu’on nous laisse avancer ! »

Lors de son allocution au stade de Nzeng-Ayong de Libreville, ALI a encore invité ses compatriotes à aller voter ce samedi dans le calme. « N’ayez pas peur ! Le Gabon est beau, hospitalier, accueillant, le Gabon arrive et nous n’avons pas une minute à perdre avec tant de chantiers à terminer, des médicaments à ajouter sur la liste des remboursements de la CNAMGS, les routes à prolonger, la CAN à organiser dans quelques mois. Oui, le monde nous regarde, et je suis au travail pour vous ».

ACE

POLITIQUE: Election Présidentielle de 2016: Triste fin de campagne pour le candidat Président Ali Bongo Ondimba

images2

Il y a quelque chose d’assez CHRISTIQUE ( les catholiques me comprendraient mieux) chez le Candidat Président Ali Bongo. Une fin de campagne triste. Non seulement , son alter-égo ACCROMBESSI est dans les pommes, mais aussi tous ses Gadgets de campagne ont été séquestrés par ses parents et amis.

Excédé, le Président Sortant a ordonné de les distribuer au peuple bénéficiaire. Depuis hier, les principaux centres de stockage que sont le jardin botanique et Afrijet, sont envahis par les populations. Craignant une émeute , la Police a tiré à coup de lacrymogène ce matin du côté de l’aéroport pour disperser la foule..

Dès l’entame de la campagne le 13 Aout dernier, ce contingent des Emergents, moins soucieux de la victoire de leur champion, a refusé de libérer les finances et les babioles ‘ALI »: : Ordinateurs, Tee-Shirts, Polo, chemises, congélateurs, frigo, montres, para soleils, téléphones et tablettes, casquettes etc., marqués ALI 2016, ont été littéralement détournés par les proches du Président sortant et de son directeur de campagne, le vrai.

J’ai envie de poser ces questions aux proches du candidat Président Ali Bongo:

Quand une personne, sans doute au cœur de la direction de la campagne de son candidat, se permet de s’accaparer, à la lui seul et sa petite famille, plus de 1000 Gadgets, est-ce vouloir le bien de son candidat?

Une telle action peut-elle jouer en faveur d’Ali Bongo?

Que vaudra un Polo estampillé ALI 2016 et daté 2016 quand on sera en 2017 ou 2018?

Que va -t-on faire de tous ces articles de campagne à deux jours du scrutin?

Ce geste est d’autant plus regrettable et rétrograde qu’il me parait typiquement NEGRE.

SKB

Propulsé par WordPress.com.

Up ↑

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 463 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :