Recherche

GABONINFOSLIVE

L'INFORMATION EN TEMPS REEL

Mois

septembre 2015

SPORT: Football: Africains d’Europe: Aubameyang inarrêtable, Khazri incontournable

Image.ashx

Le Gabonais du Borussia Dortmund Pierre-Emerick Aubameyang a marqué pour la septième journée consécutive de Bundesliga contre Darmstadt (2-2), un doublé, tandis que le Tunisien Wahbi Khazri a régalé Bordeaux contre Lyon (3-1) ce week-end en Europe.

ALLEMAGNE

Pour Pierre-Emerick AUBAMEYANG, le bonheur de claquer un doublé en huit minutes (63e, 71e) a été terni par le nul concédé par Dortmund dimanche contre Darmstadt (2-2). L’international gabonais, qui a égalisé (1-1) puis donné l’avantage (2-1) aux Jaune et Noir, peut se consoler d’avoir marqué pour la 7e journée de rang. Avec 9 réalisations à son compteur, il est le seul à suivre le rythme infernal imposé cette semaine par Robert Lewandowski, avec un quintuplé puis un doublé.

Marvin MATIP, défenseur central comme son frère et capitaine d’Ingolstadt, a célébré en buteur son 30e anniversaire en égalisant samedi à Cologne (1-1).
Le natif de Bochum, qui a opté pour le Cameroun de son papa après être passé par les espoirs allemands, a inscrit de la tête son 8e but depuis son arrivée au club en 2010.

ANGLETERRE

Le Béninois de 26 ans Rudy GESTEDE a inscrit son 1er doublé pour Aston Villa à Liverpool, ce qui n’a pas empêché la défaite de son équipe (3-2). L’immense attaquant a frappé deux fois en cinq minutes, d’abord de près (66e) puis d’une impressionnante tête (71e).

Le milieu défensif de West Ham Cheikhou KOUYATE a également fait fort en inscrivant, dans les arrêts de jeu (93e) contre Norwich le but égalisateur (2-2). Le Sénégalais de 25 ans a profité d’un mauvais renvoi du gardien pour pousser la balle au fond des filets, son 3e but en Premier League. Auparavant, son compatriote Diafra SAKHO avait déjà permis à West Ham de revenir au score.

ESPAGNE

Si Malaga a ramené un précieux point du stade Santiago-Bernabeu (0-0), il le doit avant tout à son gardien camerounais Carlos KAMENI, infranchissable samedi face au Real Madrid. Le portier a multiplié les arrêts de classe et a frustré les attaquants madrilènes, notamment Cristiano Ronaldo, lesquels ont eu plus d’une trentaine d’occasions franches!

A l’inverse, son équipier marocain Nordin AMRABAT a vu son match écourté à Madrid: l’attaquant a reçu un carton rouge direct pour un coup de coude sur Marcelo.

FRANCE

Humiliés en milieu de semaine à Nice (6-1), les Girondins de Bordeaux ont réagi par un succès de prestige face à Lyon, 3-1. Et l’international tunisien Wahbi KHAZRI a été le principal artisan de ce rebond. Il a inscrit le premier but – son quatrième de la saison – et a été à l’origine des deux autres sur coups de pied arrêtés.

Ce n’était que le premier but de la saison pour l’Ivoirien Jean-Michael SERI, lors du carton niçois à Saint-Etienne (4-1). Mais la recrue, inconnue à son arrivée en France, est déjà essentielle dans l’entrejeu de Nice. Associé à Nampalys Mendy et Vincent Koziello, le joueur de 24 ans est l’un des grands artisans du début de saison canon, offensivement au moins, de Nice.

ITALIE

Le week-end des Africains de l’AS Rome a été à l’image de celui de leur équipe: contrasté. D’un côté, la Louve a renoué avec la victoire en détruisant le promu Carpi (5-1), après n’avoir pris qu’un point en deux matches.
L’Ivoirien GERVINHO, très critiqué après une début de saison mitigé, s’est montré à son avantage et a même inscrit un but, tout comme l’Egyptien Mohamed SALAH. En revanche Rudi Garcia a perdu sur blessure le Malien Seydou KEITA.

Quant à Mario LEMINA, il a inscrit son premier but avec la Juventus Turin contre Naples. Mais la réalisation du Gabonais est intervenue trop tard pour la Juve, défaite 2-1 et engluée dans une vilaine spirale avec seulement cinq points pris en six matches.

CAF

ECONOMIE: Pour un écosystème numérique organisé

Exif_JPEG_420

La rencontre ce 30 Septembre 2015 du Ministre de l’Économie Numérique, Pastor Ngoua N’nme avec la société civile et le secteur privé du numérique a permit à l’ensemble des acteurs de l’écosystème numérique de se retrouver, de nouer des contacts, de se mobiliser et de s’impliquer dans la réalisation du Plan Gabon Numérique.

En effet, le Gabon a clarifié son dispositif institutionnel, législatif et réglementaire pour le mettre en cohérence avec son ambition de développement dans le numérique, en séparant les fonctions stratégiques c’est-à-dire définition des politiques publiques et contrôle qui incombent au Ministère, des missions d’exécution ou d’exploitation qui relèvent des établissements publics personnalisés (ANINF, SPIN), et de régulation qui sont de la compétence d’une autorité indépendante (l’ARCEP) tout en développant avec l’INPTIC un pole de formation fort.

L’Etat va donc continuer son effort d’équipement du pays pour connecter l’ensemble de la population et permettre ainsi la réduction de la fracture numérique tout en favorisant l’offre des contenus. De même, le projet d’incubateur numérique, soutenu par la Banque Mondiale, que le Ministère va mettre en œuvre pour promouvoir l’entrepreneuriat, y compris des jeunes, dans les entreprises innovantes, va entrer dans sa phase de lancement.

Qu’à cela ne tienne, les acteurs du secteur numérique ont un rôle clé à jouer dans l’ensemble des projets ainsi déclinés, de la dynamique du secteur dont le poids est de plus en plus important dans l’économie. Il représente 5% du PIB et emploie directement ou indirectement plus de 12000 personnes pour un chiffre d’affaires de près de 293 milliards de francs CFA.

Ainsi, l’avenir du secteur reste prometteur avec la généralisation de la connectivité et la naissance d’une industrie des contenus dont le projet d’incubateur numérique va servir de catalyseur. L’implication de tous les acteurs du secteur de l’économie numérique pour accélérer l’avènement d’une société du numérique est donc capitale car ensemble: Etat, opérateurs, fournisseurs d’accès internet, internautes, développeurs, équipementiers, distributeurs, utilisateurs que nous y parviendrons.

De plus, il a été acté la création d’un Conseil National du Numérique comme cadre de concertation et de propositions de notre écosystème numérique appelé à réunir l’ensemble des acteurs du secteur.

En prélude à cette création, le Ministère va initier une vaste campagne pour encourager les acteurs du numérique à s’organiser et à se mobiliser pour relever les défis de la transformation numérique de notre société.

Par ailleurs, pour accroitre la visibilité du secteur de l’économie numérique, il se tiendra désormais chaque année le Salon International de l’Économie Numérique et d l’Internet du Gabon appelé à être le rendez-vous de tous les acteurs du secteur. Ce Salon se tient cette année du 14 au 18 décembre 2015.

SKB

CULTURE: Troisième édition du FE’STIVAL Gabon en perspective

unnamed1

Danse Fé où lorsque la danse se conjugue au féminin. L’association Danse Fé invite tout le monde à la 3ème édition de son Festival International de Danse Féminin : FE’STIVAL avec pour thème : FEMME : PAIX ET SECURITE « La situation des femmes en temps de conflits ».
En effet, du 12 au 25 Octobre 2015 à Libreville au Gabon, le FE’STIVAL réunira 4 invitées internationales, à savoir :
SWEDISH FAMILY (Danse/Suède)
YRAM ASSAMOI (Danse/Cote d’Ivoire)
SELLY RABY (Styliste/Sénégal)
DJ NINA (DJ/Sénégal).
Plus de 10 groupes de danse locaux pour partager leurs expériences à travers une conférence de presse, des dons, des ateliers de danse gratuits, un défilé de mode, un spectacle à thème et une compétition. Pour cette année, le FE’STIVAL propose une réelle expérience de partage en mettant un point d’honneur à favoriser l’échange culturel, à créer des liens d’entente et de solidarité dans le milieu de la danse Hip Hop au féminin.
Aussi, la vocation du FE’STIVAL est de participer au développement de la culture urbaine à travers la danse. Le FE’STIVAL est d’une part, une fenetre ouverte sur un univers artistique de plus en plus important et d’autre part, une occasion unique pour les artistes de la danse au féminin de se donner rendez-vous pour partager, échanger leur point de vue sur le développement social et culturel. A travers la danse des actions d’information et de sensibilisation sont menées.
Par ailleurs, Danse Fé (Danse au Féminin)est une association 100% féminine qui a vu le jour au début de l’année 2010 et qui réunit des danseuses de différents groupes des capitales sénégalaise et gabonaise. Le but recherché par cette association est de développer le leadership féminin en regroupant toutes ces danseuses en une seule entité afin que le monde artistique et le public se rendent compte que la femme est réellement impliquée, elle se soucie du devenir de la société.

DF

SOCIETE: Bientot le Forum citoyen au Gabon 9-10 octobre 2015

808248-affichegabondef

Vendredi 9 et samedi 10 octobre 2015, Libération organise une série de neuf débats qui réuniront autour de la rédaction, experts, représentants de la société civile et responsables politiques de tous horizons pour débattre de l’Afrique et de son avenir.

Participeront à ces rencontres citoyennes Tony Elumelu, président de la fondation Elumelu, Dominique de Villepin, ancien Premier ministre, Yves Fernand Manfoumbi, coordonnateur général du bureau du Plan Stratégique Gabon Emergent, Martin Hirsch, ancien haut-commissaire aux solidarités et à la jeunesse, Nicaise Mouloumbi, président du réseau des organisations de la société civile pour l’économie verte en Afrique centrale, Chantal Uwimana, directrice Afrique de Transparency International et bien d’autres.

Pendant deux jours au stade de l’Amitié de Libreville, neuf tables rondes réuniront experts, représentants de la société civile et responsables politiques de tous horizons.

L’Afrique fut le berceau de l’humanité. Est-elle désormais son avenir ? Dans trois décennies, les Africains formeront un quart de la population mondiale. Depuis dix ans, le taux de croissance du continent, au nord comme au sud, est nettement supérieur à celui de l’économie de la planète. Un remarquable effort d’éducation lui a permis de rattraper progressivement dans ce domaine les autres régions du globe. Héritière d’une riche histoire où se sont succédés les grands empires et les royaumes puissants, l’Afrique est sortie peu à peu des confrontations coloniales et post-coloniales, maîtrisant, malgré les convulsions, son indépendance chèrement acquise.

L’abondance d’une main d’œuvre formée et l’émergence d’une classe moyenne industrieuse, conjuguées avec l’immensité de ses ressources naturelles, lui ouvrent les portes du 21ème siècle. Ouverte sur le monde, dotée d’une jeunesse ambitieuse, progressant vers la stabilité et la modernité, elle est maintenant la terre de l’espoir.

Depuis 2007, Libération organise dans les villes de France des grands forums citoyens destinés à débattre des affaires publiques. Ces forums sont ouverts, libres et gratuits. Ils rencontrent partout un grand succès parce qu’ils permettent à tous les citoyens intéressés d’écouter et d’interpeller les responsables de tous bords, les experts, les intellectuels ou les journalistes. Notre journal a décidé d’étendre ces débats d’idées à l’étranger en commençant par le continent africain, en raison des enjeux décisifs qui le traversent.

Ces forums africains obéiront aux mêmes règles, qui sont réunies dans la charte qui gouvernent depuis l’origine cette activité civique. Comme toujours, nous travaillons avec des partenaires engagés dans le combat démocratique. Les deux premières réunions auront lieu à Libreville au Gabon et à Fès au Maroc, en coopération avec Reporters Sans Frontières, Transparency International, la Banque Mondiale, l’OCDE et le Réseau des Défenseurs des droits de l’Homme en Afrique centrale.

La liste des participants, qui mêle responsables et militants locaux de tous les horizons, représentant la société civile autant que le monde politique, et les experts africains ou internationaux spécialisés dans les questions qui concernent l’Afrique comme les pays du nord : développement économique, progrès social, avenir de la jeunesse, combat pour l’environnement, lutte pour le pluralisme et les droits humains.

Les tribunes des intervenants sont d’ores et déjà disponibles sur notre site ; les discussions seront couvertes en direct par notre rédaction et par une équipe d’étudiants en journalisme issus des écoles et des universités africaines. Ces forums sont ouverts à tous et l’inscription s’effectue sur le site Liberation.fr. Le débat est ouvert.

Voici le programme:

Débats du 09 Octobre 2015
  • 09h00 à 11h00
    Elus, citoyens : qui décide ?
    avec Marc Ona Essangui (prix Goldman 2009, secrétaire exécutif de Brainforest), Georges M’Paga (président du réseau des organisations libres de la société civile pour la bonne gouvernance au Gabon), Chantal Uwimana (directrice Afrique de Transparency International ), Alain-Claude Billie Bi Nzé (ministre de la communication et porte-parole du gouvernement gabonais), Jean Valentin Leyama (directeur de cabinet adjoint du Président de la République Gabonaise).
    Les défis de la démocratisation
  • 11h30 à 13h00
    Une croissance pour tous
    avec Vincent di Betta (responsable de l’expertise internationale de la Banque Publique d’Investissement), Christian Mounzeo (coordinateur de la coalition Publiez ce que vous payez ), David Stevens (président de Serval Political Analysis), Madeleine Berre (ministre du Commerce, des PME, du Tourisme et du Développement des services), Yves Fernand Manfoumbi (coordonnateur général du bureau du Plan Stratégique Gabon Emergent), Alain Joyandet (député et ancien secrétaire d’Etat chargé de la Coopération et de la Francophonie), Sylvie Dossou (responsable pays de la Banque Mondiale pour le Gabon et la Guinée équatoriale).
    Un développement inclusif est-il possible ?
  • 13h00 à 14h30
    Rencontre avec Tony O. Elumelu
    Une heure et demie d’échanges avec le président de la fondation Tony Elumelu, concepteur de l’Africapitalisme.
  • 15h00 à 16h30
    France – Europe – Afrique
    avec Dominique de Villepin (ancien Premier Ministre), Kako Nubukpo (ancien ministre de la Prospective et de l’évaluation des politiques publiques du Togo), Aminata Traoré (ancienne ministre de la Culture du Mali), Etienne Giros (président du CIAN), Michel Essonghe (conseiller politique du Président de la République gabonaise), Germain Ngoyo Moussavou (ambassadeur du Gabon en France).
    55 ans après les Indépendances, un nouveau partenariat ?
  • 17h00 à 18h30
    Le défi terroriste
    avec Alain Juillet (ancien directeur du renseignement à la DGSE), Marc-Antoine Pérouse de Montclos (spécialiste de Boko Haram à l’Institut français de géopolitique), Keita Naffet (anthropologue et professeur à l’université de Bamako), Emmanuel Issozet-Ngondet (ministre des Affaires Etrangères du Gabon), Antonin Tisseron (chercheur à l’Institut Thomas More).
    Quelle coopération à l’échelle du continent ?
    Débats du 10 Octobre 2015
    • 11h00 à 12h30
      Avoir vingt ans en Afrique
      avec Martin Hirsch (ancien haut-commissaire aux Solidarités et à la Jeunesse ), Daniel Schlosser (inspecteur d’académie et professeur associé à la Sorbonne), Amadou Diaw (président et fondateur de l’Institut Supérieur de Management de Dakar), Vivien Péa (délégué national de l’Union des Jeunes du Parti Démocratique Gabonais), Mamadou Touré (fondateur d’Africa 2.0), Yannick Ebibie (lauréat du Grand Prix de l’Excellence – concours des entrepreneurs), Didier Acouetey (président d’Africsearch), Eric Mickoto (fondateur de Sky Hub Technology).
      Le continent le plus jeune de la planète, entre espoirs et impatience.
  • 14h30 à 16h00
    L’Afrique verte
    avec Abdoulaye Bio Tchané (ancien ministre des Finances et de l’Economie du Bénin), Nicaise Mouloumbi (président du réseau des organisations de la société civile pour l’économie verte en Afrique centrale), Jean-Baptiste Bikalou (président de la Chambre de Commerce et directeur général de PetroGabon), Geneviève Ferone (ancienne directrice du développement durable chez Veolia), Etienne Massard (président de l’Agence Gabonaise d’Etudes et d’Observation Spatiale).
    Clé du développement, à quel horizon ?
  • 16h30 à 18h00
    Afrique 2.0
    avec Alban Luherne (directeur d’Orange Money ), Alain Ba Oumar (président de IG Telecom), Oswald Loueke (directeur général de Réseau Télécom), Kwame Yamgnane (co-fondateur de l’Ecole 42 ), Olivier Sagna (maitre de conférences à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar), Stephan-Eloïse Gras (chargée de la coopération numérique à l’Institut français).
    La révolution numérique.
  • 18h30 à 20h00
    Journalistes en Afrique
    avec Jean Bosco Talla (directeur de publication du journal Germinal au Cameroun), Maximilienne Ngo Mbe (directrice exécutive du REDHAC), Janis Otsiemi (écrivain), Martine Ostrovsky (membre du conseil d’administration de Reporter Sans Frontières), Jacques Sima (président du conseil d’administration de l’Agence gabonaise de presse).
    Lé défi de l’indépendance.

LJ et TK

POLITIQUE: COMMUNIQUE DU PREMIER MINISTRE, CHEF DU GOUVERNEMENT

unnamed

Les journées de samedi 26 et de dimanche 27 septembre 2015 ont été marquées par des faits divers particulièrement meurtriers. Il s’agit d’une part, de la découverte du corps mutilé d’une jeune fille au quartier cité Pompidou, dont la tête a été découverte à la décharge Publique de Mindoubé et d’un grave accident de circulation survenu au quartier Plein Ciel, sur la voie expresse et qui a fait six(6) victimes, la plupart appartenant à une même famille, d’autre part. Enfin, deux(2) jeunes compatriotes, frères biologiques, ont succombé à un éboulement dans la commune d’Owendo.
Profondément attristé par cette série d’évènements tragiques enregistrés à Libreville, je tiens à adresser en mon nom personnel et au nom du Gouvernement, mes sincères condoléances aux familles si cruellement éprouvées, et à les assurer de notre soutien en cette douloureuse circonstance.
En ce qui concerne tout particulièrement le meurtre perpétré sur la jeune fille, le Gouvernement a tout mis en œuvre, avec détermination, en rapport avec les Autorités Judiciaires, afin que les auteurs et les complices éventuels de cet acte odieux soient retrouvés dans les plus brefs délais et punis avec la plus grande rigueur, conformément aux textes en vigueur. A ce jour, l’enquête a énormément évolué.
Au plan de la sécurité routière, les Ministres en charge des Transports et des Travaux Publics ont reçu instructions pour renforcer les campagnes de sensibilisation sur le respect du code de la route, tout en approfondissant la réflexion sur les mesures à prendre en vue de réduire la dangerosité de certains axes routiers, aussi bien pour les piétons que pour les automobilistes.
Le Gouvernement de la République, toujours soucieux de l’amélioration du cadre de vie des populations Gabonaises réaffirme son soutien aux familles des victimes et invite l’ensemble de la communauté nationale et expatriée à la sérénité.

JM

POLITIQUE : LA REPRISE DES VIOLENCES EN CENTRAFRIQUE

index1

La Présidence en exercice de la CEEAC a appris avec stupéfaction la reprise des violences en République Centrafricaine à un moment où les Autorités de Transition et la Communauté internationale s’activent à prendre toutes les dispositions nécessaires pour que le chronogramme des élections soit respecté.
La Présidence en exercice de la CEEAC condamne avec véhémence ces actes de violence perpétrés depuis le samedi 26 et le dimanche 27 septembre 2015, qui ont causé de nombreuses pertes en vie humaine et de nombreux blessés parmi les populations civiles, alors que le niveau d’insécurité a drastiquement diminué à Bangui et dans le reste du pays.
La Présidence en exercice de la CEEAC présente ses condoléances aux familles des victimes. Elle invite les Parties prenantes au processus de sortie de crise en RCA au calme et à plus de retenue, et à privilégier le dialogue et la concertation pour sauvegarder les acquis obtenus jusqu’ici dans le retour à la paix et la stabilité, grâce aux sacrifices et efforts de la Communauté internationale, et des acteurs nationaux.
Elle met en garde les auteurs et les instigateurs des exactions commises et se dit disposée à prendre toutes les mesures appropriées pour qu’ils répondent de leurs actes devant les tribunaux internationaux.
La Présidence en exercice de la CEEAC réitère son ferme soutien au Chef d’Etat de Transition, à toutes les institutions de Transition et s’engage à renforcer la coopération de la CEEAC avec l’UA, l’UE, l’ONU et tous les autres acteurs internationaux concernés pour que la Transition se poursuive conformément au calendrier prévu.
Pour protéger les populations civiles contre les actes de violence répétés des ennemis de la paix en RCA, la Présidence en exercice invite le Conseil de Sécurité de l’ONU à envisager de rendre plus robuste le mandat de la MINUSCA.
La Présidence en exercice de la CEEAC invite la Communauté internationale à tout mettre en œuvre pour que les Autorités de Transition puissent organiser les élections avant la fin de l’année en cours et que la Centrafrique retrouve durablement la paix et la stabilité.

CEEAC

POLITIQUE : Réaction du Ministère des Affaires Etrangères suite à la saisine duCongrès pour la Démocratie et la Justice (CDJ)contre le Gabon à la Commission Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples (CADHP)

index

Lors du 25ème Sommet de l’Union Africaine qui s’est tenue à Pretoria en Afrique du Sud, du 7 au 15 juin 2015, l’autorisation de publier la décision 410/12- Congrès pour la Démocratie et la Justice (CDJ) contre le Gabon, a été approuvée par décision du Conseil Exécutif de l’Union Africaine.

Pour rappel, le CDJ contestait la légalité de deux ordonnances prises par la Commission Électorale Nationale Autonome et Permanente (CENAP), portant respectivement nomination des Présidents des commissions électorales locales et fixation de la date des élections législatives de 2011, d’une part et de la Décision de la Cour Constitutionnelle de considérer l’une des Ordonnances incriminées, d’autre part.

Sans exposer tous les arguments sur la recevabilité présentés par les deux parties, nous pouvons noter que, pour juger la communication irrecevable, la Commission a retenu que le plaignant, le CDJ, avait exprimé un jugement de valeur sur la base de faits dont il n’avait pas apporté les preuves et qu’en évoquant des personnalités bien précises, à savoir le Président de la République, le Gouvernement et la Présidente de la Cour Constitutionnelle, il s’agissait là d’une critique virulente à leur égard et cela était de ce fait attentatoire à la dignité et à la réputation des personnes concernées. Cela constituait donc un langage insultant et outrageant.

La Commission a également souligné qu’en s’attaquant délibérément et personnellement à la Présidente de la Cour Constitutionnelle, l’argumentaire présenté par le CDJ dépassait manifestement les limites de la critique admise dans un mémoire de plaidoirie devant la Commission. Elle a tenu a réaffirmé que la proscription des termes outrageants et insultants est fondamentale et nécessaire afin de garantir le respect des institutions de l’Etat qui sont indispensables pour la protection des droits de l’homme.

En conséquence, la Commission a jugé la communication du CDJ irrecevable pour le non-respect des dispositions de l’article 56, Paragraphe 3 de la Charte africaine des Droits de l’Homme et des Peuples qui dispose entre autres que les communications ne doivent pas contenir des termes outrageants ou insultants à l’égard de l’Etat.

Par ailleurs, deux autres affaires sont pendantes devant la Commission Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples introduites par l’Union Nationale et le Journal Echos du Nord.

MAE

ECONOMIE: Renforcement des capacités des opérateurs du secteur Tourisme

Exif_JPEG_420

Exif_JPEG_420

Le lancement des travaux du deuxième séminaire de AGATOUR (Agence Gabonaise de Développement et de Promotion du Tourisme et de l’Hôtellerie) pour l’année 2015 a été effectué ce 29 Septembre 2015, et c’est le Secrétaire Général du Ministère du Commerce, Jean-Remy Agambouet qui a présidé la cérémonie officielle, accompagné du Directeur Général de l’AGATOUR, Gabriel Awore.

En effet, le thème qui sera mis en exergue lors de ces travaux est  » La Production touristique: Facteur déterminant pour l’essor de la compétitivité de la Destination Gabon ». Ce thème vise l’amélioration de l’offre touristique endogène pour favoriser l’attractivité de la Destination Gabon.

Le présent séminaire est l’occasion pour les opérateurs d’apprendre à monter, promouvoir et vendre un produit touristique. Même qu’il y aura la mise en place des fédérations par corps de métiers, on procédera à la première mise en place lors de la célébration en différé de la Journée mondiale du tourisme le 3 Octobre prochains. Par cette manifestation, l’AGATOUR poursuit sa dynamique de renforcement des capacités humaines du secteur, conformément aux missions qui lui sont assignées.

Aussi, cette extraordinaire rencontre offre l’opportunité, non seulement d’échanger sur les difficultés liées à la production touristique, mais surtout d’acquérir de nouveaux outils nécessaires pour le montage, la promotion et la commercialisation des produits touristiques, afin d’améliorer la qualité des services et d’accroitre ainsi, la compétitivité de la destination Gabon.

De plus, le tourisme est un secteur important de diversification de l’économie de notre pays. C’est donc dans cette perspective que de nombreuses réformes ont été initiées, visant la redynamisation de ce secteur d’activités.

Pour y parvenir efficacement, il appartient à l’Administration, aux opérateurs du secteur et toutes les personnes intéressées par le domaine du tourisme, de veiller à l’amélioration quantitative et surtout qualitative de l’offre de la destination Gabon. Cela passe aussi, par un service de qualité, une offre de pointe et par conséquent, une production touristique compétitive.

Aujourd’hui, avec la recherche des performance d’une part; et l’établissement des partenariats public/privé d’autre part, l’Administration accompagne désormais, dans le cadre de ses compétences, les petites et moyennes entreprises.

SKB

ECONOMIE: RSE en Afrique : L’éthique, la pratique et les critiques

images1

Une entreprise engagée dans une démarche de Responsabilité Sociétale doit avoir un comportement éthique et transparent. Au cours de l’une de nos formations, un cadre africain va attirer l’attention sur la « peur » qu’auraient les chefs d’entreprises de la notion d’éthique.

Pourtant, nombreuses sont les organisations patronales africaines qui ont adopté un code éthique. Rares sont celles ayant procédé à une analyse critique des pratiques de leurs adhérents par rapport à leurs engagements éthiques. Pour éviter les critiques, rien de mieux que la bonne pratique des affaires. Alors qu’on attend des pratiques authentiques en phase avec un comportement éthique, certains fonctionnements sont pathétiques.

Le Chiffre d’Affaires par exemple est une information publique, mais poser cette question à certains dirigeants d’entreprises peut créer avec surprise, une réelle crise de nerfs en cas d’insistance. C’est sous la pression notamment de l’administration que ces derniers mettront à disposition leurs CA. Difficile de savoir l’exactitude de cette donnée financière.

Facile en effet pour les comptables d’effectuer les montages financiers pour proposer, sans inquiétude, aux dirigeants d’entreprises plusieurs CA en échange des dessous de table. Une seule certitude : C’est regrettable car contraire à l’éthique de la profession.

Malheureusement, la double ou triple comptabilité est un phénomène en progression qui mène rarement en prison puisque les fonctionnaires se livrent aussi à des trafics avec les entreprises.

Même dans le cadre d’un marché publique sur la RSE, certains fonctionnaires et politiques demandent des retro-commissions pour un travail qui consistera justement à lutter contre la corruption. Cela dépasse une certaine compréhension et pose bien de questions.

Au Kenya, seulement 1,2 % des 16 milliards dépensés en 2014 l’ont été légalement et efficacement. C’est ce qui ressort du rapport d’enquête de l’auditeur général du pays. En cause les vols, l’incompétence, le gaspillage, les erreurs et la corruption.

Qu’ils soient chefs d’entreprises ou leaders politiques, la majorité de nos décideurs sont dans les cercles philosophiques où on prône certaines valeurs éthiques. Loin de conduire à la lumière, ils envoient à l’obscurantisme. Où sont les valeurs d’humanisme ?

A la place des démarches de progrès, on constate avec regret, la multiplication des mauvaises pratiques malgré les risques. D’où la récurrence des critiques sur la gouvernance en Afrique.

On pourrait attendre des multinationales qu’elles montrent l’exemple. Mais elles sont très nombreuses à définir leurs chiffres d’affaires annuels en avance pour effectuer des montages financiers afin de limiter les impôts à payer sur place.

La transparence n’est qu’apparence. Malgré une présence en Afrique depuis des années, il y aura une carence d’informations financières fiables et l’absence de reporting extra-financier.

Au-delà de l’affichage des grands principes internationaux, c’est comme si les valeurs portées par ces groupes fondent sous la chaleur de nos pays tropicaux à cause des liaisons dangereuses avec les politiques locaux.

Comme si dans nos nations la notion de valeur n’a plus de valeur. A l’heure des TICs, l’informatique amplifie les critiques sur le manque d’éthique. Ailleurs, la pression pousse à la démission mais en Afrique pas question. L’une des solutions c’est… DEGAGE. A l’issue des investigations sur l’éthique, Safaricom leader des télécoms au Kenya, vient d’assurer le limogeage de 58 salariés pour des activités frauduleuses. L’autre solution est d’être…SAGE

Face à cette situation, la formation sur l’éthique est désormais obligatoire pour l’ensemble des employés de Safaricom. Rien de mieux qu’une sensibilisation sur l’éthique pour la mise en pratique. C’est l’option choisie également par l’Institut National des Administrateurs de Côte d’Ivoire. Il vient d’assurer la formation de ses membres sur « la Gouvernance d’entreprise et éthique : bonnes pratiques et importance pour les entreprises ».

Dans le domaine de l’éthique, il faut maintenant espérer que ces administrateurs ivoiriens auront un impact sur leurs entreprises comme l’ivoirien Didier DROGBA, qui à peine arriver à l’Impact de Montréal, a un fort impact dans le domaine du football.

TT

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :