Recherche

GABONINFOSLIVE

L'INFORMATION EN TEMPS REEL

Date

24 mars 2016

SOCIETE: Les Responsables des Administrations Publiques en formation pour mieux gérés les conflits

20160324_093636[1]

Le Directeur de Cabinet du Ministre du Travail et de l’Emploi, Joseph Ella Menie Me-Nsi a présider ce matin la cérémonie d’ouverture de l’Atelier de formation des Responsables des administrations publiques en matière de médiation et de prévention des conflits, au siège de l’ONE (Office National de l’Emploi).

Organisé par le Bureau International du Travail (BIT), cet atelier avait été unanimement recommandé à l’issue du séminaire consacré à la représentativité syndicale animé au mois de Juillet 2015 par Monsieur Faustin Amoussou, Expert du BIT en matière de dialogue social et des questions de l’Administration du Travail. Aujourd’hui, il s’agit d’acquérir des connaissances nécessaires à la gestion des conflits que les administrations engendrent ces derniers temps grâce au jeu de l’expression démocratique, née de la conférence nationale de Mars/Avril 1990.

Aujourd’hui plus qu’hier, la mise en œuvre de stratégies appropriées permettant le développement de notre pays nécessite la parfaite maitrise des leviers d’instauration d’un esprit de concertation sociale permanente dans l’Administration. Autrement dit, il procède de la nécessité de promouvoir par la formation des acteurs du dialogue social, l’avènement d’une société apaisée.
En ratifiant les conventions n 87 sur la liberté syndicale et la protection du droit syndical, 1948 et n 151 sur les relations de travail dans la fonction publique, 1978, le Gabon s’est résolument engagé dans la voie de la promotion de la démocratie sociale dont l’effectivité appelle la maitrise non seulement des sujets à débattre, mais aussi des mécanismes et de l’esprit de ce dialogue.

Effectivement, la survenue récurrente des conflits collectifs dans l’administration publique semble découler essentiellement du déficit de dialogue social qui peut, s’il est sincère, assurer la prévention de ces troubles qui causent tant de préjudices aux uns et aux autres. Il n’y a pas de mal à reconnaitre que le dialogue social pratiqué par l’administration publique de notre pays est curatif, c’est-à-dire qu’il n’intervient qu’au moment de l’éclatement d’une crise. En tant que tel, ce type de dialogue porte en lui-même les germes d’une insatisfaction.

La tenue de la session de formation des responsables de l’administration publique en matière de médiation et de prévention des conflits doit donc ouvrir une ère nouvelle de démocratie sociale dans l’administration publique autour de deux principes clés : un dialogue social plus large et plus efficace ; des acteurs plus légitimes, bien formés et plus responsables.

SKB

Ouverture de l’Atelier sur la structuration  de  la  Recherche  Scientifique  au  Gabon  et   l’harmonisation des  partenariats

th

Le Premier Ministre, Daniel Ona Ondo et le Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, Denise Mekam’Ne ont procédés en compagnie du Centre GABON-OREGON à l’ouverture de l’atelier sur la structuration de la Recherche Scientifique au Gabon et l’harmonisation des partenariats le 22 Mars 2015 à Libreville.

Ce dernier s’inscrit dans la continuité des travaux lancés en 2010 suite aux conclusions des états généraux de l’éducation et de la recherche. L’objectif principal étant ici de trouver des réponses et/ou d’apporter des mesures d’accompagnement, de développement et de pérennisation à la fois en termes d’impact de la recherche gabonaise et ses perspectives mais aussi en termes de partenariats, d’innovation, de transfert de technologie et de propriété intellectuelle et enfin, en termes d’organisation et de structuration de la recherche publique dans notre pays.

Cet atelier s’adresse en particulier aux chercheurs des différents instituts de recherche, des universités, des organisations et des ministères impliqués ou intéressés par la Recherche et ses études/travaux. C’est une véritable plateforme d’échanges constructifs à laquelle sont conviés des représentants du monde des entreprises, de l’innovation et de la propriété intellectuelle en partenariat avec des Instituts du CENAREST, les laboratoires.

Par ailleurs, pour une meilleure lisibilité des faits, il est nécessaire de faire la génèse de la création du Centre Gabon-­‐Oregon, qui a dès l’origine été pensée avec un dispositif financier original (la mise en place d’un fonds de dotation). Ce fonds doit permettre au Centre de devenir autonome financièrement. Il représentera aussi un modèle de financement et de collaboration internationale pour les autres pays francophones.

Créé en 2013, le fonds de dotation aussi appelé Gabon-­‐Oregon car créé en partenariat avec l’Université d’Oregon est le premier du genre en Afrique francophone. Son objectif est de fournir des revenus stables destinés au financement de programmes de recherche et d’éducation dans le secteur de l’environnement et du développement durable. Les 15 millions de dollars que le gouvernement prévoit de confier à la Fondation de l’université américaine, très familière de ce type de placements, doivent rapporter entre 450 000 dollars et 600 000 dollars par an. Cette dernière devra rendre des comptes chaque année et le capital, placé sur des produits bien notés, ne pourra pas être utilisé autrement que pour la collaboration scientifique avec le Gabon. Pour bénéficier de l’exonération fiscale propre à leur statut, les fondations américaines doivent communiquer annuellement le détail de l’utilisation des revenus générés par le fonds.

Déjà un budget de démarrage (hors fonds de dotation) de 5 millions de dollars a été alloué au Centre Gabon-­‐Oregon pour lancer les premiers projets et renforcer la coopération scientifique avec les Universités d’Oregon. Un laboratoire de langue a été créé à Libreville pour améliorer la capacité des chercheurs gabonais à s’exprimer et à rédiger en anglais, la langue des revues scientifiques. Des programmes de recherche ont été constitués pour travailler sur la biodiversité microbienne des sols comme indicateur des changements climatiques et sur les plantes de la pharmacopée gabonaise. Une méthodologie destinée à la réalisation d’une future étude sur la qualité de l’air à Libreville et à Port-Gentil a aussi été élaboré. Au total, 1,6 millions de dollars ont été dépensés à ce jour.

SKB

SPORT: Football: Johan Cruyff, mort d’un Géant

imagesFSSILXDD

imagesVPDOX985

Johan Cruyff est mort ce jeudi à Barcelone des suites d’un cancer du poumon à l’âge de 68 ans, «entouré de ses amis et de ses proches». Joueur de génie, figure de proue du légendaire Ajax du tournant des années 1970, symbole du «football total» néerlandais de cette époque, entraîneur boulimique de titres, théoricien dont les préceptes s’appliquent aujourd’hui encore dans les plus grands clubs de la planète… Rares sont ceux qui peuvent revendiquer une plus grande influence sur le football depuis sa création à la fin du XIXe siècle.

Né le 25 avril 1947 à Amsterdam dans une famille modeste, Johan Cruyff a grandi à quelques pas du stade de l’Ajax, De Meer. Entré au club à l’âge de 10 ans, il fait déjà partie de l’équipe première quand, alors qu’il n’a que 17 ans, un certain Rinus Michels devient entraîneur, en 1965. Ensemble, les deux hommes vont révolutionner le foot. L’Ajax remporte six fois le Championnat, quatre fois la Coupe et surtout trois fois d’affilée la Coupe d’Europe des clubs champions.

Le prince d’Amsterdam:
Le «Hollandais volant» marque autour de 30 buts chaque saison. Surtout, il est le chef d’orchestre de son équipe, celui qui positionne avec autorité ses coéquipiers, y compris ceux qui ont dix ans de plus que lui. Le gringalet à la crinière blonde et aux accélérations fulgurantes devient l’une des premières rock stars du sport. Les posters à son effigie décorent les murs de toute une génération de jeunes Européens.

Le continent découvre cette autre façon de jouer qui élève la passe au rang d’art, faite de mouvement et d’interchangeabilité des joueurs, l’antithèse même du rigide catenaccio italien dominant. En 1972, quand l’Ajax bat l’Inter en finale de la Coupe d’Europe (2-0) avec deux buts de Cruyff, la passation de pouvoir est achevée. La démonstration (4-0) face au grand Bayern Munich de Beckenbauer l’année suivante marquera elle aussi les esprits.

En Oranje, pas de titre mais une trace indélébile:
Ce n’est pas seulement l’Ajax que le numéro 14 et sa bande mettent sur la carte du foot mondial mais aussi les Pays-Bas, véritable nain du ballon rond dont la dernière participation à un Mondial remonte à 1938. Les Oranje ne décrochent aucun titre majeur sous le règne de Johan 1er, la faute à une défaite de légende en finale de la Coupe du Monde 1974 face à l’Allemagne de l’Ouest de Beckenbauer, encore lui, mais leur style de jeu au rythme effréné envoûte les téléspectateurs du monde entier.

Ce sera le seul Mondial de Cruyff, qui prend sa retraite internationale après avoir aidé son pays à se qualifier pour l’édition 1978, à seulement 31 ans. Pendant longtemps, la légende dira qu’il s’agissait d’un signe de protestation contre la junte militaire argentine. Le Néerlandais révèle finalement en 2008 que c’est une tentative de kidnapping à Barcelone qui l’a poussé à arrêter la sélection.

Barcelone, la seconde maison:
Retour en 1973. Le «Prince d’Amsterdam» est devenu le joueur le plus cher de l’histoire en rejoignant Rinus Michels au FC Barcelone. Il aidera le club catalan à décrocher, en 1974, son premier titre de champion depuis 1960, tout en devenant le premier joueur à être élu trois fois Ballon d’Or (1971, 1973, 1974). C’est au cours de son deuxième passage au Barça (de 1988 à 1996) en tant qu’entraîneur qu’il marquera à jamais le club de son empreinte.

A son arrivée, en regardant jouer l’équipe de jeunes, il repère un gamin chétif qui commande le milieu de terrain. Le jeune Josep Guardiola est lent et maigre ? Peu importe, il comprend mieux que les autres la notion d’espace, la base du jeu cruyffien. Quatre ans plus tard, sa Dream Team remporte la première Coupe des clubs champions du club avec «Pep» à la baguette.

Autoritaire, manipulateur, égocentrique, colérique… La personnalité conflictuelle de Cruyff, véritable moteur de toute sa carrière, explique l’emprise totale exercée partout où il passe. Au-delà des titres, il transforme les centres de formation de l’Ajax puis du Barça en véritables écoles de la passe et du mouvement.

L’immense héritage:
A Amsterdam, cela accouchera de la génération dorée des De Boer, Van der Sar, Seedorf et autres Davids. L’impact de la Masia sera encore plus grand. En 2010, l’Espagne gagne la finale de la Coupe du Monde avec six joueurs formés au Barça titulaires tandis que les trois finalistes du Ballon d’Or (Xavi, Iniesta et Messi) cette année-là sont des enfants de Cruyff.

L’influence de Cruyff va bien au-delà des deux clubs qu’il a révolutionnés. L’AC Milan d’Arrigo Sacchi, l’Arsenal d’Arsène Wenger, l’Allemagne championne du monde de Joachim Löw, le Bayern de Guardiola, le PSG de Laurent Blanc… Son héritage est partout. Johan Cruyff a «inventé le football moderne» écrit le journaliste Simon Kuper, l’un des plus grands spécialistes du personnage. Il n’exagère aucunement.

PALMARES

Nom: Cruyff
Prénoms: Johan
Date de naissance: 25/04/1947
Date de décès: 24/03/2016
Lieu de naissance: Amsterdam
Nationalité: néerlandaise
Etat civil: Marié, père de trois enfants
Taille: 1,80 m
Poids: 70 kg
Sport/discipline: football

Poste: Attaquant et milieu offensif

Clubs successifs: Ajax d’Amsterdam (P-B/1964-1973), FC Barcelone (ESP/1973-1978), Los Angeles Aztecs (USA/1979), Washington Diplomats (USA/1980-1981), Levante (Esp/1981), Ajax d’Amsterdam (P-B/1981-1983), Feyenoord Rotterdam (P-B/1983-1984)

CARRIÈRE INTERNATIONALE
Nombre de sélections: 48
Buts: 33
Débuts en sélection : 07/09/1966, Pays-Bas – Hongrie (2-2)

PALMARÈS DE JOUEUR
1 finale de Coupe du monde (1974), 7 matches, 3 buts, meilleur joueur du tournoi
3e du Championnat d’Europe des nations (1976)
3 Ballon d’Or Européen (1971, 1973, 1974)
3 Coupes d’Europe des clubs champions (1971, 1972, 1973)
1 Coupe intercontinentale (1972)
1 Supercoupe d’Europe (1972)
9 Championnats des Pays-Bas (1966, 1967, 1968, 1970, 1972, 1973, 1982, 1983, 1984)
2 fois meilleur buteur des Pays-Bas (1967/33 buts, 1972/25 buts)
6 Coupes des Pays-Bas (1967, 1970, 1971, 1972, 1983, 1984)
1 Championnat d’Espagne (1974)
1 Coupe d’Espagne (1978)

CARRIÈRE D’ENTRAINEUR
Clubs: Ajax d’Amsterdam (P-B/1985-1988), FC Barcelone (Esp/1988-1996), sélection de la Catalogne (2009-2013)

PALMARÈS
1 Coupe d’Europe des clubs champions (1992)
2 Coupes des Coupes (1987, 1989)
1 Supercoupe d’Europe (1992)
2 Coupes des Pays-Bas (1986, 1987)
4 Championnats d’Espagne (1991, 1992, 1993, 1994)
1 Coupe d’Espagne (1990)
3 Supercoupes d’Espagne (1991, 1992, 1994)

DISTINCTIONS INDIVIDUELLES
3 Footballeur de l’année aux Pays-Bas (1968, 1972, 1984)
2 Meilleur buteur du championnat des Pays-Bas (1966-1967 (33), 1971-1972 (25))
2 Sportif de l’année aux Pays-Bas (1973, 1974)
3 Ballon d’Or (1971, 1973, 1974)
1 Meilleur joueur de la Coupe du monde (1974)
Chevalier de l’Ordre de Orange-Nassau (1974)
Officier de l’Ordre de Orange-Nassau (2002)
Chevalier de la Fédération nationale des Pays-Bas (1978)
Membre d’Honneur de l’Ajax (1999)
Prix Fanny Blankers-Koen pour l’ensemble de sa carrière (2005)
Laureus Lifetime Achievement Award (2006)
Ordre du Mérite à la FIFA (2010)

SKB

SPORT: Football: National Foot 1/13ème Journée: As Mangasport double champion de la phase aller

Sacré champion honorifique (à une journée de la fin) de la phase aller pour la deuxième fois d’affilée après la saison 2014-2015, et en allant s’imposer (4-1) au stade Jean Koumou à Lambaréné face à la lanterne rouge le Stade Migovéen, les hommes de Mbo Bondjuni ont donné un peu plus de relief à leur titre symbolique en conservant leur avance de quatre points sur leurs rivaux du podium à l’issue de la 13ème et ultime levée de cette première partie du championnat saison 2015-2016.

Derrière le club de la Comilog, grâce à sa victoire face à Akanda FC (1-0) à l’issue du match en retard de la 13ème journée mercredi 23 mars à 16h00 au stade Monedan, le CF Mounana (27 points) reprend la 2e marche du podium devant l’USB (3e 25 points) qui l’avait occupé entre temps.

Cinq victoires contre deux matchs nuls ont été enregistrées sur les sept rencontres disputées sur l’ensemble des stades de la compétition.

L’AS Mangasport termine en pole position à mi-parcours

as%20manga%20champion%20phase%20aller
Restant sur deux titres de champions consécutifs en National Foot 1, Mangasport est sur la bonne voie pour se succéder à lui-même pour la 3e fois d’affilée. En effet, le club de la ville de Moanda est sacré champion de la phase aller pour la deuxième fois de suite, une performance qu’aucun club gabonais n’avait réalisé depuis l’ère professionnelle du National Foot 1 instaurée lors de la saison 2012-2013.

Les populations migovéennes avaient notamment l’honneur par le truchement du Stade Migovéen de recevoir le double champion honorifique de la phase aller l’AS Mangasport pour le duel des extrêmes à 16h00 au stade Jean Koumou à Lambaréné. L’objectif des stadistes était de renouer avec le succès au meilleur moment et qui plus est face au leader. A l’issue des 90 minutes et grâce respectivement au premier triplé de la saison d’Adama El Hadj (2e, 53e et 74e) et au 5e but de Roy Ndoutoumou (30e) pour les miniers contre le but d’honneur de Youssouf Diomande (68e) pour les migovéens, les hommes du coach Mbo Bondjuni se sont imposés facilement sur le score de (4-1) et ont bouclé cette première manche du championnat de plus belle manière avec une avance de quatre points sur leurs rivaux du podium.

Quant à la victime du jour du leader, il fallait à tout prix réaliser un exploit afin de revenir à une longueur de leur homologue relégable le FC 105. Pour eux, le chemin de croix ne fait donc que commencer.

Kodjo Fo-doh Laba offre le 7e derby nordiste de l’ère professionnelle à l’USB

labakodjo
Au même moment à 16h00 au stade Gaston Peyrille à Bitam se disputait le 7e traditionnel derby bouillonnant nordiste de l’ère professionnelle entre l’USB et l’USO samedi à 16h00. A égalité parfaite au niveau des statistiques après six confrontations (deux victoires, deux défaites et deux matches nuls de part et d’autre) au coup d’envoi, Kodjo Fo-doh Laba, auteur de son 13e but (22e) en autant de journées a fait basculer ce duel en faveur des Bitamois et propulser provisoirement à la 2e marche du podium la locomotive des clubs de la province du Woleu-Ntem. L’USB était d’ores et déjà assuré de passer la trêve sur le podium mais se contentera finalement de la 3e place car le CF Mounana est venu à bout d’Akanda FC sur le score de (1-0) à l’issue du match en retard de cette 13ème et occupe présentement la 2e marche du podium.

En perdant le leadership provincial, l’USO est quant à lui resté scotcher à la 8e place du classement.

Allen Dorian Nono et l’AS Pélican renouent avec la victoire au meilleur moment

titus&allen
Toujours samedi à 16h00 et cette fois-ci au stade Mbaya à Franceville, la vipère de Masuku (Nguen’Asuku FC) n’a pas réussi à injecter son venin à l’AS Pélican mais à plutôt craquer dans les dix dernières minutes de la rencontre en concédant deux but coup sur coup en l’espace de trois minutes. Titus Glover Kassimu (84e) et Allen Dorian Nono (87e) et par ailleurs auteur lui aussi de son 13e but en autant de matches (comme son rival de l’USB Kodjo Fo-Doh Laba) ont permis non seulement à l’oiseau rare de renouer avec la victoire après avoir perdu ses ailes lors de ses trois dernières sorties mais aussi, de rester dans la roue du trio de tête à une longueur du 3e , tout en conservant sa 4e place au classement.

Le promu de la province du Haut-Ogooué est lui resté coincer à la deuxième place non relégable avec seulement une petite longueur d’avance sur le premier relégable, le FC 105.

Missile FC se rattrape face au promu l’Olympique de Mandji

cyrille+léger+kaboré
Dans le même temps à 16h00 au stade Pierre Claver Divounguy à Port-Gentil, l’autre club concerné par la fuite de la spirale de la zone rouge, le promu Olympique de Mandji a lui aussi cédé face à un cador du championnat en l’occurrence Missile FC sur le score de (3-1). Pourtant se sont les Portgentillais qui ont trouvé le chemin des filets en premier à la 13e minute par le truchement de Pascal Nguimbi. 19 minutes plus tard (32e), moment choisi par le doyen Cyrille Avebe pour remettre les compteurs à zéro au marquoir. Léger Djimename (53e) et Omar Kaboré (59e) ont imité leur coéquipier pour enfoncer le clou au petit poucet du National Foot 1 mais aussi, pour se reprendre de leur défaite subie (1-0) face à l’autre club Portgentillais, Port Gentil FC lors de la journée précédente. Un succès qui leur a aussi permis de prendre provisoirement et définitivement la 5e place à l’issue du match retard entre Akanda FC et le CF Mounana qui s’est joué le mercredi 23 mars.

Le déchu promu de la capitale économique du Gabon est quant à lui rester bloquer à la première place non relégable (12e) avec un petit point d’avance sur la zone rouge.

AO CMS vs Port-Gentil FC se partagent les points

cms-pog
A 16h00 au stade Idriss Ngari à Owendo, les Mbéristes et les Portgentillais de Port-Gentil FC se sont quittés sur un score nul et vierge. Un résultat plus favorable aux visiteurs qui ont conservé leur 7e place avec toujours une longueur d’avance sur leur hôte du jour, 9e du classement avec 15 points.

Scénario quasi identique entre le FC 105 et l’AS Stade Mandji à Owendo

105-stade%20mandji
En levée de rideaux samedi à 14h00 au stade Idriss Ngari, la bataille directe pour sortir ou tomber dans la zone rouge entre le FC 105 et l’AS Stade Mandji s’est aussi soldée sur un score de parité (1-1). Junior Mensah Ellesah et son 8e but à la 10e minute donnait pourtant l’avantage aux siens avant de se faire rattraper à la 80e minute par Pluvain Nakassila. Conséquence, les Canonniers manquent l’occasion de s’extirper de la zone rouge et y passeront la trêve. Quant à l’AS Stade Mandji (qui d’ailleurs a perdu trois points au profit de Port -Gentil FC suite à la décision de la commission de discipline relative à l’utilisation et/ou la qualification frauduleuse du joueur Thierry Essoue Malcom lors de la 9ème journée), l’occasion était belle pour tenter de récupérer ces trois points mais un précieux point à suffit pour ne pas repartir bredouille d’Owendo.

CF Mounana récupère la place de dauphin

ondo%20biyoghe
Après sa brillante qualification en 8e de finale de la Coupe de la Caf face à l’Atlético Olympique du Burundi sur le score cumulé en aller-retour de 5-0, le CF Mounana a enchainé avec une autre performance en battant (1-0) Akanda FC en championnat domestique lors du match en retard comptant pour 13ème et dernière journée de la phase aller. C’est le pied droit de Cédric Ondo Biyoghe (27e) qui a permis aux mounanais de reprendre la 2e marche du podium.

Le club de la commune d’Akanda a manqué quant à lui, l’occasion de reprendre aussi la 5e place à Missile FC et restera 6e durant la trêve.

Au terme de cette 13ème et dernière levée de la phase aller du National foot 1, l’AS Mangasport conforte son avance de quatre points sur ses rivaux et rentre un peu plus dans l’histoire du football national en devenant le premier club gabonais à remporter deux fois de suite le titre de champion honorifique de mi-parcours depuis l’ère professionnelle. C’est finalement le CF Mounana qui passera la trêve dauphin après être venu à bout d’Akanda FC à l’issue de leur match en retard de cette dernière journée mercredi 23 mars à 16h00 au stade Monedan. Quant à l’USB, qui a quand même jouit de cette place pendant 48h, il restera à la 3e marche du podium.

Au total, 15 buts (autant que la journée précédente) ont été inscrits en 7 rencontres, soit une moyenne de deux (2) réalisations par match.

Dans la course au soulier d’or, Kodjo Fo-Doh (attaquant de l’USB) et Allen Dorian Nono (attaquant de l’AS Pélican) affolent les compteurs et terminent au coude à coude avec 13 réalisations chacun en 13 journées. Conséquence, ils dépassent en même temps le total des buts de l’ancien meilleur buteur de la saison dernière, Casimir Ninga (10 buts – ancien de Mangasport et désormais à Montpellier, Ligue 1 – France) mais aussi, viennent tous les deux encore d’égaler et de dépasser celui du meilleur buteur de la saison inaugurale 2012-2013, Malick Evouna (12 buts pour l’ex-attaquant du CF Mounana) et pointent désormais à 3 buts seulement du record détenu par le meilleur buteur de la saison 2013-2014, Ablaye Mbengue Vieux (16 buts pour l’ancien attaquant du FC Sapins).

Classement général

Pts Jou Diff

1-Mangasport 31 13 15

2-CF Mounana 27 13 16

3-USB 25 13 11

4-AS Pélican 24 13 7

5-Missile FC 22 13 4

6-Akanda FC 20 13 5

7-Port Gentil FC 16 13 -1

8-USO 16 13 -3

9-AO CMS 15 13 -2

10-AS Stade Mandji 12 13 -6

11-Nguen’Asuku FC 11 13 -11

12-Olympique de Mandji 11 13 -13

13-FC 105 10 13 -4

14-Stade Migovéen 6 13 -18

ECONOMIE: Le Symposium fiscal africain s’implante en Ouganda

250.jpg56

Le Symposium fiscal africain, événement annuel faisant autorité, rassemble des professionnels de la fiscalité à travers tout le continent. Le but du Symposium est d’analyser les questions fiscales les plus pertinentes du moment et de les placer dans le contexte africain. Cela se reflète dans le thème caractéristique, Trends in International Taxation: An African Perspective (Tendances en matière de fiscalité internationale : une perspective africaine).

Se basant sur le succès du Symposium inaugural, l’événement de cette année concernera les questions fiscales actuelles majeures, telles que le paysage post-BEPS, la planification fiscale agressive, les prix de transfert et les défis impactant les industries et les transactions particulières. Ces sujets seront traités par une riche sélection d’experts fiscaux de renom. Le Symposium présente une large gamme de conférenciers issus de la pratique, l’industrie, les autorités et les universités de la fiscalité. Les meilleurs experts sur l’Afrique d’IBFD viendront également s’ajouter à ce mélange fascinant.

Le Symposium fiscal africain est une initiative du Centre for Studies in African Taxation (CSAT, Centre d’études en fiscalité africaine) d’IBFD, un groupe de réflexion consacré à l’étude et au développement de la fiscalité africaine. Grâce au Symposium, le CSAT vise à contribuer à une connaissance plus profonde et plus analytique de la fiscalité internationale à travers le continent. Le CSAT parraine également la recherche dans les domaines de la politique fiscale concernant certains secteurs particuliers en Afrique. L’une des façons d’y arriver est de distribuer des « bourses d’études CSAT », grâce auxquelles des chercheurs qualifiés reçoivent un parrainage pour des travaux de recherche pertinents. Le CSAT vient tout juste de conclure des accords concernant plusieurs de ces bourses d’études, dont les détails seront dévoilés lors du Symposium.

APO

Arrogant comme un français en Afrique: Le nouveau livre d’Antoine Glaser, ancien Directeur de La Lettre du continent

sans-titre.png678

sans-titre.png679

Le nouveau livre d’Antoine Glaser, ancien directeur de La Lettre du continent, vient d’être publié aux éditions Fayard.

La France se réveille en Afrique avec la gueule de bois. Elle pensait que tout y était encore sous son contrôle et que sa « science africaine » était infaillible. Tout cela n’est qu’un leurre : les destinées politiques, religieuses, sociales et économiques de ce continent lui ont complètement échappé.

Par arrogance, les dirigeants français ne se sont jamais véritablement intéressés à la complexité de l’Afrique. Quant à ceux qui s’y sont installés tout au long de la guerre froide – coopérants venus pour enseigner ou militaires y vivant en famille –, ils ont plus souvent cherché à former des Africains à leur image qu’à comprendre leurs spécificités et leurs désirs.

D’ailleurs, en France même, n’aime-t-on pas que les Afro-Français qui nous ressemblent ?

Aujourd’hui, la France paie cher cette arrogance. Les anciennes générations lui reprochent son ingratitude, tandis que les jeunes diplômés refoulés aux portes des consulats préfèrent poursuivre leurs études ailleurs. Les plus grands groupes industriels français perdent des contrats qu’ils pensaient leur être dus et des parts de marché face à leurs concurrents chinois.

Les congrégations catholiques françaises sont vivement concurrencées par les Églises de réveil (évangéliques, pentecôtistes, charismatiques…), sans parler de l’expansion de l’islamisme radical.

La méconnaissance de l’Afrique et des Africains a conduit la France à des analyses anachroniques et à sous-estimer la richesse de ce continent et de sa diaspora. C’est ce mépris qu’Antoine Glaser s’emploie à dénoncer dans son nouveau livre  » Arrogant comme un français en Afrique ». Il est temps de cesser de donner des leçons et d’apprendre de l’Afrique !

Ce livre existe aussi en version numérique.

Commander le livre Arrogant comme un français en Afrique : http://www.apo.af/6Ccwg5

APO

Message du Secrétaire Général de l’ONU à l’occasion de la Journée internationale pour le droit à la vérité en ce qui concerne les violations flagrantes des droits de l’homme et pour la dignité des victimes.

images.jpg11

Le 24 mars 2016

Cette journée est célébrée tous les ans à cette date en hommage à la mémoire de Monseigneur Óscar Arnulfo Romero, assassiné le 24 mars 1980. Monseigneur Romero dénonçait activement les violations des droits fundamentaos des plus vulnérables en El Salvador.

Partout dans le monde, toute victime a le droit de connaître la vérité sur les violations qu’elle a subies. Mais la vérité doit aussi être dite dans l’intérêt de tous les individus et de toutes les communautés car elle constitue une protection essentielle contre la répétition des violations. Le droit à la vérité est étroitement lié au droit à la justice.

Pour défendre cette cause, l’ONU apporte son appui à des missions et des commissions d’enquête, des exercices d’établissement des faits et des commissions de la vérité, qui recensent les violations des droits de l’homme et donnent lieu à des recommandations pour assurer la responsabilisation, la réconciliation et des réformes dans d’autres domaines.

Dans le monde entier, de la Colombie à la Tunisie, du Mali à Sri Lanka, du Népal au Soudan du Sud, l’Organisation des Nations Unies plaide pour un véritable dialogue associant toutes les victimes et groupes touchés, en particulier les femmes, les filles et ceux qui sont bien trop souvent exclus et marginalisés. Il importe de s’assurer que ces groupes participent réellement à toutes les phases pertinentes du processus de justice transitionnelle et que toutes les mesures de réparation adoptées tiennent pleinement compte de leurs besoins particuliers.

Pour que les droits à la vérité et à la justice puissent être respectés, il est également indispensable de recueillir les déclarations des victimes et des témoins, dont la protection doit être assurée par des mécanismes adéquats, visant notamment à garantir leur intégrité physique et psychologique, leur vie privée et leur dignité.

De plus, il est crucial de préserver les archives et autres documents relatifs aux violations des droits de l’homme afin de garantir l’authenticité des documents historiques et la préservation de la mémoire.

En ce jour, j’exhorte les États à adopter des mesures pour que prévalent la vérité et la justice et que les victimes obtiennent réparation, car il s’agit là de conditions essentielles pour éviter que les violations flagrantes des droits de l’homme ne se perpétuent. Nous devons tous faire plus pour protéger les droits de l’homme et la dignité humaine.

ONU

Signature de deux conventions de financement des secteurs Santé et Education entre le Gabon et l’AFD

sans-titre.png604

sans-titre.png605

La République Gabonaise et l’Agence Française de Développement (AFD) ont signé le 22 mars 2016 deux importantes conventions de financement au profit des secteurs Santé et Education, pour un total de 204 millions d’euros (133 milliards de FCFA).

Dans le cadre de ses missions de soutien à la croissance économique et de lutte contre la pauvreté en Afrique, l’Agence Française de Développement (AFD) a conclu avec le Gouvernement gabonais deux importantes conventions de prêt destinées à financer des projets structurants dans les secteurs sociaux. Les documents ont été signés le mardi 22 mars 2016 par MM. Régis IMMONGAULT, Ministre du Développement Durable, de l’Économie, de la Promotion des Investissements et de la Prospective, et Yves PICARD, Directeur de l’Agence Régionale AFD du Gabon et de Sao-Tomé et Principe, ainsi que par M. Dominique RENAUX, Ambassadeur, Haut Représentant de la République française au Gabon.
La cérémonie s’est déroulée en présence de M. Florentin MOUSSAVOU, Ministre de l’Education Nationale et de l’Enseignement Technique.

Ces deux conventions permettront au Gabon d’améliorer l’offre de services sociaux au bénéfice de ses populations. La première convention, d’un montant de 50 millions d’euros (33 milliards de FCFA), finance la phase 2 du Projet d’appui au Plan national de développement sanitaire ; son objectif est la réhabilitation et l’équipement de 27 centres de santé dans quatre provinces de l’intérieur du Gabon, accompagnés d’actions de renforcement de capacité et de formation du personnel médical. Le bassin de population intéressé est fort de 551.000 personnes.

La seconde convention, d’un montant de 154 millions d’euros (101 milliards FCFA), finance le Projet d’Investissements dans le Secteur Educatif (PISE) qui vise à construire et équiper 9 collèges et 8 écoles primaires à Libreville et Port-Gentil, soit environ 500 classes supplémentaires. La population concernée représente 25.000 élèves.

Par ces financements concessionnels, la France soutient le Gabon dans la mise en œuvre d’une politique dynamique et volontaire d’infrastructures sociales ; les financements à long terme de l’AFD constituent une réponse adaptée aux contraintes économiques actuelles.

L’Agence Française de Développement, avec un total actuel d’engagements de 498 milliards de FCFA, se positionne comme l’un des principaux partenaires au développement de la République Gabonaise.

AF

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :