SPORT: Football: Après le tirage au sort de la CAN 2017: Voici les réaction d’Alain Giresse et de la Fédération du Sénégal

image-ashx10

Le sélectionneur du Mali, Alain Giresse, estime que les Aigles sont tombés « dans un groupe sévère », avec, pour adversaires, le Ghana, l’Egypte et l’Ouganda. Le tirage au sort n’a pas franchement gâté les Aigles

« Ce que je peux dire, c’est que sur nos trois adversaires, il y en a deux qu’on connaît bien, même très bien. Les Ghanéens puisqu’on les a joués au Gabon en 2012, même si le temps a passé. Les Ougandais que j’ai affronté lorsque je dirigeais l’équipe du Sénégal. A l’analyse avec les Ghanéens et les Egyptiens, c’est un groupe sévère, digne d’un haut niveau de phase finale » a réagi Alain Giresse en insistant sur l’Ouganda dont il se méfie.

L’Ouganda revient parmi l’élite après quasiment quarante années de disette. « C’est l’inconnu du groupe. Mieux vaut ne pas le prendre à la légère. Compte-tenu de ses performances lors des éliminatoires de la CAN et même du Mondial avec son nul récemment au Ghana, on risque d’être surpris par la qualité de cette équipe ».

« Les Egyptiens, on les connaît beaucoup moins. Mais avec leur palmarès, et leur désir de retrouver la place de leaders qui fut la leur il y a quelques années, il faudra être prêt. Avec mon staff, on va se pencher sur l’observation des matches qu’ils ont disputé ces derniers temps, et on va les superviser sur le match éliminatoire du Mondial au mois de novembre contre les Ghanéens. On a de la chance, on verra les deux ensemble », a précisé le sélectionneur du Mali.

L’Egypte, en ouverture le 17 janvier, « ce sera le match le plus important pour nous », a estimé le sélectionneur des Aigles du Mali. « Ce sera sans doute déterminant pour la suite que ce soit au niveau comptable et pour la confiance capitalisée » a prévenu Alain Giresse. « Premier objectif en conséquence, gagner notre mise en jeu pour nous retirer de la pression». Les propos du Français sont sans ambiguïté.

Si Alain Giresse connaît l’Ouganda pour l’avoir joué il y a deux ans avec le même entraîneur, il ne s’en fait pas non-plus une montagne. Selon lui, les adversaires à battre sont, le Ghana et l’Egypte.

« Ces deux pays ont un vécu international même si ça s’est bien passé pour nous lors des CAN 2012 et 2013 avec le Ghana, battu 2-0 et 3-1. Ça reste une très bonne nation avec une certaine régularité. L’Egypte a de la qualité et monte en puissance.  Ces deux équipes ont des styles de jeu différents. Le Ghana qui a progressé avec son rang de vice-champion d’Afrique et un football techniquement bon. L’Egypte avec un style de jeu beaucoup plus à l’aise et bien posé. Les Ghanéens seront revanchards. « Je ne m’attends pas du tout à un match facile », a conclu le technicien français.

image-ashx11

Du président de la Fédération aux joueurs en passant par les chroniqueurs et les techniciens, tout le monde est d’avis que le Sénégal a été logé dans une poule très relevée avec l’Algérie, la Tunisie et le Zimbabwe.

Au Sénégal, c’est la prudence qui prédomine après le tirage au sort mercredi de la CAN Total 2017 qui met les Lions dans le groupe B en compagnie des Fennecs d’Algérie, des Aigles de Carthage de Tunisie et des Warriors du Zimbabwe.

Dans les médias, tout le monde est tombé d’accord au moins sur une chose, le Sénégal se retrouve dans une poule très relevée où il faudra être au meilleur de sa forme pour passer.

Cheikhou Kouyaté le capitaine des Lions qui évolue à West Ham en Angleterre, a suivi le tirage au sort.

« C’est un groupe qui nous rappelle des souvenirs avec l’Algérie que nous avons croisée et qui nous a éliminés de la dernière CAN. Nous connaissons la Tunisie que nous avons affrontée aussi lors des éliminatoires de la dernière Coupe d’ Afrique. C’est le Zimbabwe qui est la grande inconnue. Mais, c’est une équipe qu’il faudra prendre très au sérieux. Ceux qui pensent que nous avons un groupe facile tomberont dans le piège. Tous les matchs seront difficiles et engagés. Notre objectif c’est de franchir le cap du premier tour et après, on se projettera sur l’avenir », a relevé le milieu de terrain sénégalais interrogé par le quotidien sportif local, Stades.
Intervenant dans des médias, l’ancien directeur technique national (DTN), Amsatou Fall parle des trois formations en lice pour les deux places qualificatives.

« C’est vraiment une poule relevée et il faudra être prêt à jouer des finales dès le premier tour », a expliqué celui qui a été pendant une année en 2009, sélectionneur par intérim des, Lions après le limogeage de Lamine Ndiaye (2008) et avant la mise en selle d’Amara Traoré (2009-2012). « Et j’’invite les joueurs à oublier les éliminatoires de la CAN 2017 où ils avaient réussi à réaliser le carton plein’ », a-t-il conseillé, indiquant que la phase finale sera complètement différente des éliminatoires.

« Et d’ailleurs, a-t-il poursuivi, pour n’avoir pas réussi à faire le distinguo entre éliminatoires et phase finale, le Sénégal est souvent passé à côté de sa participation ces dernières années », a conclu Amsatou Fall, actuel directeur exécutif de la Ligue sénégalaise de football professionnel (LSFP).

Lors de ses trois participations à la CAN, le Sénégal a été éliminé dès le premier tour en 2008, en 2012 et en 2015.

Présent au tirage au sort, le président de la Fédération sénégalaise de football (FSF), Me Augustin Senghor a reconnu que c’est une poule difficile avant d’embrayer que la difficulté sera valable pour toutes les équipes du groupe.

« Il faudra traiter toutes les équipes sur le même pied et jouer tous les matchs à fond », a-t-il indiqué aux médias sénégalais depuis Libreville.

Amdy Faye, l’ancien milieu de terrain qui a joué deux phases finales de CAN en 2002 (finaliste) et en 2006 (demi-finaliste), estime que quels que soient les adversaires du premier tour, les Lions ont le potentiel pour arriver au second tour. « Mais cela nécessite de se remettre en question puisqu’en Afrique, la valeur du joueur ne suffit pas ; il faut accepter de faire des sacrifices », a ajouté le milieu de terrain qui a évolué en France, en Angleterre et en Ecosse.

On l’a compris, le statut actuel des Lions de la Teranga, deuxième équipe africaine au classement FIFA du mois d’octobre (derrière la Côte d’Ivoire), ne doit pas être une frome de passe-droit, de garantie absolue pour les quarts de finale. C’est sur le terrain qu’il faudra chercher, gagner sa qualif.

CAF

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :