ECONOMIE: Le Gabon n’est plus que l’ombre de lui-même

1325670221795

Pourquoi nos compatriotes ont ils la manie d’analyser les situations sous un angle catastrophique, même apocalyptique, là l’économie gabonaise ne fait que subir les contre-coups des phases de mutations structurelles?

La plus part de ces sociétés sont en difficultés parce que leurs débouchés se raréfient et le marché n’est plus en mesure de financer leurs activités. D’une certaine manière, l’utilité de ces entreprises est de moins en moins avérée. La réduction des effectifs de ces entreprises est la conséquence de celle de leurs activités. Elles peuvent même être amenée à fermer si elles sont incapables de trouver des nouveaux marchés qui leurs servent de débouchés.

De toutes ces entreprises, je prends le cas d’une entreprise emblématique de l’économie gabonaise comme la CFAO. Cette entreprise s’est focalisé sur l’importation des produits manufacturés depuis sa création et dans la commercialisation au niveau du marché national en comptant sur le boom des entreprises des autres secteurs comme ceux qui exportent les matières premières et sur le secteur public qui recyclait les revenus du pétrole par des achats au près des fournisseurs de travaux ou de biens, sinon par la distribution des salaires. Que peut on dire des investissements de cette entreprise. Quels en sont les traces en dehors de quelques entrepôts de stockage, de quelques bâtiments commerciaux du bord de mer à Libreville et Port gentil sur lesquels s’adossent le siège administratif de la CEGADIS et son réseau de gaboprix désormais ckdo et autres magasins de proximité complétés par les autres réseaux de détaillants privés. Pourquoi cette entreprise n’a t-elle pas profité des marges de financement qu’elle s’est constitué pour soutenir la collecte et l’exportation des produits gabonais vers différents marchés porteurs au niveau international?

Je ne veux pas trop m’appesantir sur le cas des autres entreprises qui ont développé une stratégie parasitaire à l’égard des entreprises d’extraction ou de l’Etat.

Pourquoi la plupart de ces entreprises n’ont elles pas investis dans une stratégie de production commercialisable à l’export au lieu de se contenter du recyclage des revenus des entreprises d’extraction?

Qui allons nous rendre responsable de ce qui nous est présenté comme une hécatombe? Comment peut on soutenir de bonne foi que ces problèmes sont juste liés à la « gestion calamiteuse d’Ali Bongo Ondimba » alors que, sur le fond, nous arrivons à la fin d’un cycle économique marqué par le départ des principales entreprises d’extraction minière/pétrolière mais aussi d’exportation. Soyons responsables et honnêtes de dire que même les anciens hiérarques du PDG devenus opposants ont longtemps manqué de vision ou ont fermé les yeux sur ce qui était inéluctable.

Il me semble que les partisans de ces hiérarques continuent à manquer de vision dans la mesure où incapables d’esquisser des solutions, ils veulent nous faire croire que l’avenir serait meilleur grâce à l’arrivée au pouvoir de leur champion? Mais qu’est ce que leur champion et son équipe apportent qu’ils n’ont pas pu faire alors qu’ils tenaient les leviers du pouvoir comme homme-liges de leur mentor Omar Bongo Ondimba? Comment des personnes qui ont fait preuve d’irresponsabilité sous des cieux cléments peuvent ils prétendre devenir les messies des temps nouveaux? Il faut croire entre Gabonais, il y a beaucoup de Gabonais qui souffrent d’amnésie sélective et peut être d’autres problèmes mentaux.

Situation des entités gabonaises avec des arriérés de salaire à fin octobre 2016 en dehors de milliers de fonctionnaires qui n’ont pas été payés à date (le 25 dudit mois):
1. CDE ( Centre de Développement des Entreprises): 6 mois sans salaire
2. Chambre de Commerce de Libreville: 6 mois sans salaire
3. ANPN ( Agence Nationale des Parcs Nationaux): 2 mois sans salaire
4. Poste S.A: 2 mois sans salaire
5. FNAS (Fonds National d’Aide Sociale): 2 mois sans salaire
5.AGP ( Agence Gabonaise de Presse): 7 mois sans salaire
6.ACCOPA (Agence de Collecte et de Commercialisation des Produits Agricoles): 4 mois sans salaire
7. Direction Générale du Budget (DGB): primes totalement coupées depuis 2 mois. Retour au salaire de simple fonctionnaire pour tous.

Sociétés en difficultés:
8. SODEXO: plan de licenciement plus de la moitié du personnel en cours
9. CFAO gabon: 60 employés licenciés pour motif économique
10. NECOTRANS: licenciement annoncé de 125 agents
11. AIRTEL Gabon: 89 agents en cours de licenciement
12. SATRAM: 700 licenciements effectifs depuis 8 mois
13. SERICOM Gabon: 1.000 licenciements
14. SUCAF: 83 licenciements effectifs
15. POGAB: 300 licenciements (chômage technique)
16. Baker Hugues: 24 licenciements effectifs
17. Nouvelle Gabon Mining SA: 111 employés en cours de licenciement
18. BGD: 100 licenciements en cours.

SKB

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :