POLITIQUE: Le Gabon est bien une République bananière !

796038122

Le spectacle qu’offre les devantures des banques la fin du mois d’octobre 2016 est ahurissant. Les fonctionnaires gabonais vivent un calvaire jamais vécu même au temps de l’austérité des années 89-90. On croirait voir des détenus d’une prison, faire la queue pour recevoir leur ration journalière.

Ici, pédégistes, émergents, opposants et membres de la société civile vivent la même galère, à quelques jours de la rentrée scolaire annoncée par le gouvernement de la junte militaro-politicienne. Une illustration parfaite de l’égalité des chances.

Ali Bongo doit se rendre à l’évidence. Pour éviter que le pays ne sombre définitivement dans une grave crise sociale, il doit remettre le pouvoir à l’homme que les Gabonais ont élu au soir du 27 août 2016, à savoir Jean Ping.

Un individu seul contrôle trois pouvoirs indépendant dans de véritables Républiques. Depuis 1990, toutes les violations du dispositif judiciaire ont toujours savamment été transformées en crise politique, alors qu’il aurait suffit au pouvoir politique en place, de se soumettre au jeu démocratique, d’en respecter ses règles et d’accepter le verdict des urnes. A chaque rendez-vous de l’histoire démocratique, les mêmes scénarios se reproduisent avec les mêmes ingrédients. La procédure est exactement identique d’une élection à une autre, à savoir:

– Altération du fichier électoral,
– Bourrage des urnes,
– Achat des consciences,
– Annonce des faux résultats,
– Émeutes et tuerie,
– Courte main tendue du perdant,
– Accords ou paix des braves, c’est selon, en réalité arrangements d’arrière boutique
– Gouvernement d’ouverture, en réalité partage du gâteau entre macros.

Le 27 août 2016, malgré la flagrance d’une grossière fraude artisanale, le groupe de délinquants qui a pris en en otage l’état, à innover le processus en bravant toutes les règles d’éthique, avec un coup d’état militaire.

Quelle crédit accorder au dialogue proposé par un gangster, qui met sur écoute des observateurs, et braque la victoire de son adversaire, alors que la planète entière à les résultats?

Voilà quelqu’un qui tire sur des compatriotes pour s’imposer au pouvoir, qui appâte pour mieux vous identifier afin de vous buter à bout portant, et vous voulez nous dire qu’il n’y a pas d’autres solutions pour sortir de la crise que d’aller à ce suicide ?

Alors soit vous étiez avec lui déjà avant l’élection, soit vous êtes fou, ou déjà médicalement mort. Car ce menteur pathologique, comme l’a décrit Jean Ping, n’a pas de parole. Il ment comme il respire (dixit Jean Ping).

JNM

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :