POLITIQUE: ELECTION USA – Donald Trump a été élu 45e président des Etats-Unis à l’issue de l’élection américaine. Voici les résultats de la présidentielle aux USA et les infos clés du « jour d’après »…: Comme si vous y étiez (suite et fin)

FIN DU DIRECT – 23:43 : Le déroulé de la soirée où tout a basculé, en accéléré. CNN a posté sur Twitter une courte vidéo où l’on peut voir se colorer en accéléré les différents Etats lors de la nuit électorale, ainsi que le nombre de grands électeurs pour chacun des deux candidats. « Comment Donald Trump a gagné ». C’est le titre de cette infographie animée. En 20 secondes, on peut revoir comment le destin de Hillary Clinton a basculé, et surtout comment Donald Trump est devenu président des Etats-Unis, raflant tour à tour les principaux « swing states » qui ont fait cette élection américaine.

21:18 : Marine Le Pen est l’invitée du 20h de France 2. La dirigeante du FN a été la première à féliciter Donald Trump ce mercredi matin et n’en démord pas : « c’est l’émergence d’un monde nouveau », se félicite la candidate sans cacher sa joie. Marine Le Pen justifie le vote en accusant les « élites » qui seraient selon elle « complètement déconnectées » du peuple. La politicienne refuse de répondre à la question du journaliste Julien Bugier lorsque ce dernier lui demande de réagir face aux propos sexistes de Donald Trump. « Vous ne tirez pas les leçons », répète-t-elle avant de rétorquer : »je respecte le dirigeant choisi par les Américains. »
Des manifestations anti-Trump

20:30 : Les manifestations anti-Trump se multiplient aux Etats-Unis. Des rassemblements ont lieu en Pennsylvanie, au sein de l’université de Pittsburgh. Des étudiants ont voulu montrer leur mécontentement en descendant dans les rues. À Seattle, une centaine de personnes ont manifesté et bloqué la route, en mettant le feu à des poubelles, selon le site The New York Times.

19:19 : Les hashtags #StillWithHer et #NotMyPresident deviennent viraux sur les réseaux sociaux. Les partisans d’Hillary Clinton sont très nombreux sur Twitter et Facebook à exprimer leurs craintes de vivre dans un pays dirigé par Donald Trump. #NotMyPresident a été utilisé près de 500 000 fois depuis l’élection du candidat républicain, lié à des messages de déception ou d’effroi. La plupart des internautes jugent qu’être immigré, homosexuel ou membre d’une minorité sera plus difficile à vivre durant les 4 prochaines années aux Etats-Unis.

Déclaration de Barack Obama

18:11 : Barack Obama : « Je veux m’assurer que tout se passe bien car au final nous faisons tous partie de la même équipe ». Dans une conférence de presse organisée pour l’occasion, le président sortant a pris la parole à son tour pour féliciter Donald Trump, qu’il n’avait pas ménagé durant la campagne. « Avant d’être démocrates ou républicains, nous sommes tous Américains. […] Nous voulons tous désormais qu’il rencontre le succès pour conduire le pays dans l’unité », a-t-il ajouté. Barack Obama a également pris le temps de saluer la carrière politique d’Hillary Clinton, qui s’achève sur cette défaite. « Elle a été une grande première dame, une incroyable sénatrice pour l’Etat de New York et elle n’aurait pas pu être une meilleure secrétaire d’Etat. Je suis fier d’elle. Sa nomination par le parti fut historique et a envoyé un message à nos filles dans tout le pays ».

Le discours de Clinton

17:55 : Hillary Clinton a pris la parole et a reconnu sa défaite. La candidate démocrate s’est enfin exprimée ce mercredi pour saluer la victoire de son rival. « J’espère qu’il va réussir en tant que président de tous les Américains », a-t-elle assurée, manifestement émue. « Je sais à quel point vous êtes déçus, je le suis aussi. Comme des millions d’Américains qui ont projeté leurs espoirs et leurs rêves dans cet élection. C’est douloureux, ça le sera pour très longtemps, mais je veux que vous vous souvenez d’une chose : le sujet de notre campagne n’était pas l’avenir d’une personne, mais bien le pays que nous aimons (…) Nous constatons que notre Nation est plus divisée que nous pensions, mais je continue à croire en l’Amérique et je le ferai toujours. […] A la jeunesse, je veux dire ceci : ‘vous aurez des succès et des échecs. Ces derniers vous feront souffrir, mais n’oubliez pas que se battre pour ce qui est bien, cela vaut la peine' ».

Trump élu avec moins de voix que Clinton ?

17:43 : Les résultats définitifs et consolidés n’ont pas encore été communiqués, mais Donald Trump pourrait bien être élu président des Etats-Unis en ayant été battu en nombre de voix dans les urnes. Actuellement, le candidat républicain est à 47,5 % des suffrages (soit 59,6 millions de votants) contre 47,7 % pour Hillary Clinton (59,8 millions). Ce cas de figure est possible aux USA compte tenu du mode de scrutin complexe et unique au monde. Celui qui remporte la majorité absolue dans un Etat gagne l’ensemble de ses « grands électeurs », ce qui crée inévitablement une dichotomie entre le nombre de voix de citoyens et le nombre de suffrages suffisants pour être élu. En 2012, Donald Trump dénonçait ce système en des termes rudes, parlant du collège électoral comme d’un « désastre pour une démocratie ». Il défendait alors Obama contre Romney, dont on pensait qu’il gagnerait à cause des modalités de décompte des voix (en savoir plus sur le fonctionnement des élections américaines)…

17:37 : L’ambassadeur de France aux Etats-Unis risque de se faire rappeler à l’ordre par la nouvelle administration américaine. Gérard Araud a commenté l’élection de Donald Trump en des termes très peu diplomatiques. Dans un message sur Twitter qu’il a ensuite effacé, il regrette très clairement l’arrivée du milliardaire à la tête du pays : « Un monde s’effondre devant nos yeux. Un vertige », a-t-il écrit. Un journaliste de France Info a exhumé le post :

Les relations diplomatiques France – USA s’annoncent bien pic.twitter.com/xq8heBqcFd
— Antoine Bayet (@fcinq) 9 novembre 2016

16:59 : L’incroyable scène montée pour la victoire d’Hillary Clinton fait jaser sur le Web. Alors qu’Hillary Clinton s’apprête à prendre la parole, une photo de Getty et de l’AFP est remarquée sur les réseaux sociaux. Il s’agit d’un cliché en plongée de la brève intervention de son directeur de campagne, John Podesta, au Jacob K. Javits Convention Center de New York, dans la nuit, pour demander aux supporters d’Hillary Clinton d’aller « se coucher ». Ce qui interpelle, c’est cette scène gigantesque en forme de carte des Etats-Unis, qui était prévue à l’origine pour un discours de victoire de la candidate démocrate. Le discours n’aura pas lieu. Restera cette image, symbole d’une certaine démesure et de l’aplomb de son équipe de campagne.

clinton-speech-afp

16:06 : Critiques et mises en gardes de Donald Trump commencent à s’accumuler après l’élection présidentielle américaine. L’entourage de Trump tente de rassurer. Amnesty International a publié un communiqué dans lequel l’organisation appelle à la fin de la rhétorique « venimeuse » de Trump. Ce discours ne « peut », ni « ne doit dicter la politique du gouvernement », poursuit le document. »Les remarques xénophobes, sexistes et haineuses proférées par Trump n’ont pas leur place dans un gouvernement », ajoute-t-elle. Institution de la presse aux Etats-Unis, le New Yorker a quant à lui tweeté sur son compte officiel : « le fascisme n’est pas notre avenir ». Face à ces premières salves, le président du Comité national républicain, Reince Priebus, soutien de Donald Trump pendant la campagne, affirme que des millions d’Américains se sont faits une fausse idée de leur nouveau chef et de ses plans pour le pays. « Il ne réclame pas la déportation en masse », a par exemple avancé Priebus sur la chaîne MSNBC. Selon lui, Trump « veut protéger la souveraineté de l’Amérique et d’être un partenaire amical avec le reste du monde, » at-il dit.

Marine Le Pen fan de Trump ?

15:45 : Marine Le Pen a repris la parole dans la journée pour réitérer ses propos : oui selon elle, la victoire de Trump est « bonne nouvelle » pour la France. J’ose répéter que l’élection de Donald Trump est une bonne nouvelle pour notre pays », a indiqué la candidate à la présidentielle 2017 depuis le siège du FN. Et elle liste les mesure qu’elle espère désormais voir adoptées par le nouveau président des Etats-Unis : « refus du Tafta, et plus généralement d’une mondialisation sauvage, pacification des relations internationales notamment avec la Russie, désengagement des expéditions belliqueuses à l’origine des grandes vagues migratoires dont nous sommes les victimes… Ces engagements, s’ils sont tenus, sont bénéfiques pour la France ».

14:43 : La directrice de campagne de Donald Trump n’exclut pas la nomination d’un procureur spécial pour enquêter sur Hillary Clinton. Kellyanne Conway, interviewée sur MSNBC ce matin, a assuré que cette question serait mise sur la table « en temps voulu ». Elle était restée vague sur CNN lorsqu’on l’a interrogée sur le même sujet. Au cours du deuxième débat présidentiel, Trump avait en effet menacé de nommer un procureur spécial pour examiner les emails confidentiels que Clinton a envoyé depuis sa boîte personnelle, quand elle était secrétaire d’Etat. « Il n’y a jamais eu autant de mensonges, autant de tromperie », déclarait alors le candidat Trump. Mais c’était avant son discours de réconciliation…

Le résultat de Trump expliqué

14:35 : Le résultat de Donald Trump a été déterminé par les Etats qui ont basculé du camp démocrate au camp républicain depuis les précédentes élections. Ces « flipped states » sont au cœur de la compréhension de ce qui s’est passé cette nuit. Le New York Times en donne déjà une analyse assez fine. Selon le journal, Donald Trump a progressé considérablement dans l’Amérique rurale, ce qui lui a permis de surclasser Hillary Clinton et ses partisans urbains. Sa victoire s’est jouée « dans les comtés du Midwest industriel, où les Blancs au niveau d’éducation moyen voire faible sont surreprésentés. Hillary Clinton qui a progressé dans les grandes régions métropolitaines, a en revanche été profondément rejetée dans les petites villes », écrit le quotidien. Et c’est de cette manière que Trump a retourné des Etats comme l’Iowa, la Floride, l’Ohio, la Pennsylvanie ou le Wisconsin, que le président Obama a remporté en 2008 et 2012.

14:27 : Hillary Clinton va parler à 9h30, heure de Washington, soit 15h30 en France. C’est un communiqué de l’ex-candidate qui l’indique. Hillary Clinton, qui ne s’est pas exprimée publiquement et n’a pas encore salué ses partisans, fera alors sa première déclaration publique depuis son étonnante défaite électorale. Elle « prononcera une allocution au personnel et aux supporters » de son équipe dans un hôtel de New York informe le communiqué.

Le « big fail » des sondeurs et des médias

14:14 : Comment les médias, les sondeurs et même Obama ont-ils pu autant se tromper ? C’est l’une des principales questions qui se posent après le résultat de l’élection américaine. Sur la vingtaine d’instituts américains et les 80 enquêtes menées depuis la rentrée, Hillary Clinton était donnée largement gagnante jusqu’à hier soir. Le matin du 8 novembre, la moyenne des sondages réalisée par le site RealClear Politics, donnait encore plus de 3 points d’avance à la candidate démocrate. Dans la soirée même, le New York Times chiffrait les chances d’Hillary Clinton à 85 %, avant de brutalement changer ses statistiques. De l’avis de tous, cet énorme «fail» des sondages laissera des traces, notamment au regard des sommes investies dans ces enquêtes. Il s’explique par la méthodologie des sondeurs qui composent leurs échantillons en se basant sur l’électorat tel qu’il apparaissait lors des précédentes élections, selon Larry Sabato, professeur de sciences politiques à l’université de Virginie, interrogé par l’AFP. De quoi sous-estimer le nombre de votants pour Donald Trump, notamment des blancs de l’Amérique rurale et des ouvriers blancs des villes moyennes.
Pour remuer un peu plus le couteau dans la plaie, CNN a compilé les déclarations de ceux qui assuraient que Trump ne pouvait pas l’emporter hier. A commencer par celle de Barack Obama.

13:57 : Des détails sur l’appel « très aimable » d’Hillary Clinton à Donald Trump ont été livrés tôt ce matin par la directrice de campagne de Trump Kellyanne Conway . Selon elle, l’appel de Clinton, outre pour concéder à Trump la victoire, était « très aimable ». « Je regardais mon téléphone et j’ai vu un appel de Huma Abedin (conseillère de Clinton – NDR) », dit-elle. S’en est suivi un échange entre leurs deux candidats qui « se sont félicités l’un et l’autre » pour cette campagne. Interrogée sur les sondages totalement hors des clous avant le scrutin, Conway a joué la donneuse de leçons : « Nous avons essayé de leur dire », a-t-elle expliqué, estimant que le plafond de Trump et le plancher de Clinton ont toujours été très proches.

13:16 : Barack Obama a appelé Donald Trump « pour le féliciter de sa victoire » et l’invite à la Maison Blanche, selon un communiqué. Le président sortant a téléphoné à Donald Trump tôt ce mercredi matin. Il a aussi « appelé la Secrétaire d’Etat Clinton et a exprimé son admiration pour la forte campagne qu’elle a menée dans tout le pays », dit encore le document officiel. Obama a invité Trump à la Maison Blanche dès ce jeudi pour discuter d’une « transition en douceur ». Obama devrait bientôt s’exprimer sur le résultat de l’élection américaine.

13:15 : Le futur président des Etats-Unis relooke son compte Twitter, @realDonaldTrump, avec une grande photo de lui et de son colistier Michael Pence. La descrption du compte de Donald Trump est désormais on ne peut plus explicite : « President-elect of the United States ». Au compteur à ce stade, déjà 13,5 millions d’abonnés. Un chiffre qui a dû grimper en flèche ces dernières heures et qui va continuer de gonfler.

12:55 : Manuel Valls ajoute son commentaire au flot de réactions officielles qui continue après l’élection de Donald Trump. Le Premier ministre indique dans un message que « le peuple américain a fait un choix souverain ». Il estime que « cette nouvelle donne mondiale, il faut la regarder en face en restant fidèles à nos valeurs ». Parmi les réactions notables, on trouve aussi celle de Nigel Farage, leader du mouvement eurosceptique britannique Ukip, qui parle d’une « grande année pour les révolutions politiques », en référence au récent vote sur le Brexit outre-Manche. En Israël, Benjamin Netanyahou salue Donald Trump comme un « véritable ami de l’État d’Israël », alors qu’en Turquie, Erdogan affiche lui aussi une certaine proximité de vue et parle du « début d’une nouvelle ère ». Enfin, le Chinois Xi Jinping se dit « impatient » de travailler avec Donald Trump.
Du côté des sceptiques, on trouve Angela Merkel qui se contente d’espérer une « coopération étroite » tout en appelant Trump à sa « responsabilité », une responsable des questions climatiques à l’ONU, qui plaide pour une collaboration au « bénéfice des peuples du monde », ou encore le Vatican, qui, dans un communiqué, dit prier pour que « Dieu l’éclaire et le soutienne dans son action au service de son pays évidemment, mais aussi au service du bien-être et de la paix dans le monde ».

12:53 : “Deal with it”. Les unes de la presse dans le monde font toutes référence à l’énorme surprise de cette présidentielle américaine. A commencer par les unes des jurnaux américains en préparation. Le Washington Post évoque le « triomphe » de Trump, comme le New York Times. D’autres comme le Wall Street Journal sont plus sobres et titrent sur le « président Trump ». Le LA Times évoque « l’étourdissant » Trump. Le New York Daily News préférera le titre « House of Horrors », avec en fond une photo de la Maison Blanche. Le Daily Telegraph fait aussi très fort avec un énorme « WTF » (What the fuck) sous un Donald Trump victorieux. La palme revient sans doute à la une du Time qui titre « Deal with it » (qu’on pourrait traduire par « demmerdez-vous avec lui »).

12:39 : Après la consternation, les manifestations. Plusieurs rassemblements anti-Trump ont pu être observés dans les dernières heures aux Etats-Unis. Plusieurs manifestations anti-Trump ont eu lieu outre-Atlantique. Des opposants incendié des effigies de Donald Trump ou des poubelles alors que c’est la nuit aux Etats-Unis. On rapporte également de la casse dans certaines villes, comme en Californie. Une manifestation étudiante a eu lieu à l’université de Berkeley, ainsi qu’à l’Université de Californie, à Davis. « Vous n’êtes pas l’Amérique ! Nous sommes l’Amérique ! », ont scandé les manifestants, comme le rapporte le Figaro. Quelques heures plus tôt, on pouvait observer les mines défaites des partisans d’Hillary Clinton à travers le pays.

consternation

La déclaration de Hollande

12:00 : François Hollande s’est exprimé depuis l’Elysée sur la victoire de Donald Trump à l’issue de l’élection américaine. « Le peuple américain vient de se prononcer. Il a élu Donald Trump. Je le félicite. J’ai aussi une pensée pour Hillary Clinton », a-t-il commencé. Pour le président français, il faut « prendre conscience des inquiétudes provoquées par les désordres du monde » et tirer les « leçons » de ce scrutin. « Nous devons trouver les réponses, elles sont en nous et doivent être capables de dépasser les peurs tout en respectant nos principes », poursuit le président. « Ces principes sont notamment la démocratie et le modèle social. Plus que jamais, cette élection nous conduit à prendre nos responsabilités ».

11:54 : Donald Trump a fait un clin d’oeil appuyé aux Services secrets dans son discours, saluant avec malice leur travail durant la campagne. « Les gens des services secrets. Ils sont durs et ils sont intelligents », a plaisanté Donald Trump à la fin de son speech, avant d’ajouter : « ils sont forts et je ne veux pas avoir d’ennuis avec eux, je peux vous le dire ». « Quand je veux aller dire au revoir à la foule, ils me tirent vers le bas et me mettent dans le fond de mon siège, mais ce sont des gens fantastiques. Je tiens à remercier le Secret Service », a-t-il conclu avec humour, en référence à l’évacuation musclée dont il a fait l’objet il y a deux jours, en plein meeting. Vous pouvez désormais relire le discours disponible en intégralité (comme ici).

11:17 : Nicolas Sarkozy a réagi, avant François Hollande, à l’élection de Donald Trump à la tête des Etats-Unis. Le chef de l’Etat s’exprimera à l’issue du Conseil des ministres en cours. Pour Nicolas Sarkozy, « le message du peuple américain exprime le refus d’une pensée unique qui interdit tout débat sur les dangers qui menacent nos nations ». Lors d’une conférence de presse, l’ancien chef de l’Etat a vanté un « lien indestructible » entre Paris et Washington et a dit que la France, « amie des Etats-Unis », avait besoin « d’une Amérique fidèle à sa tradition de liberté et de démocratie, et qui joue tout son rôle dans les affaires du monde ».

10:47 : Comment Hillary Clinton a perdu ? Et surtout pourquoi ? C’est la question posée par CNN après l’énorme bouleversement des résultats de l’élection américaine. La chaîne d’info a publié dans la nuit un sondage sortie des urnes particulièrement instructif sur ce qui a manqué au résultat de Clinton dans cette dernière ligne droite.
Le résultat de Clinton expliqué

On s’aperçoit qu’Hillary Clinton a perdu en partie le vote des Afro-américains et des latinos, deux groupes qui avaient massivement voté pour Obama en 2012, lors de la précédente élection présidentielle. De 93 % de votants pour Obama il y a quatre ans, on est passé à 88 % pour Hillary Clinton chez les Afro-américains. Chez les hispaniques, ce taux est passé de 71 % à 65 %. Les jeunes aussi ont beaucoup moins voté pour Clinton (54 % contre 60 % pour Obama).
Ces populations ne se sont pas massivement reportées sur Donald Trump, qui enregistre des scores comparables à ceux de Mitt Romney à l’époque. Mais il semble qu’elles se soient abstenues. Sans doute trop confiante en sa victoire et à un report de voix favorable des électeurs d’Obama, Hillary Clinton a peut-être péché par optimisme.

poll-cnn

10:37 : Donald Trump est le président des Etats-Unis élu à l’âge le plus avancé. Il sera, lors de l’investiture du 20 janvier, le plus vieux président à intégrer la Maison-Blanche avec 70 ans au compteur. L’ancien détenteur du titre, Ronald Reagan était âgé de 69 ans à son entrée en fonction.

e62acc22ec86987f770b80913130a37ca58621d0

10:27 : Parmi les réactions attendues, celle de l’Union européenne sera parmi les plus scrutées. D’ores et déjà Donald Trump est invité à un sommet UE-USA « dès que cela lui conviendra ». Selon la chef de la diplomatie européenne Federica Mogherini, l’Europe « va continuer à travailler » avec les Etats-Unis. « Les liens UE-USA sont plus profonds que n’importe quel changement politique », a-t-elle posté sur son compte Twitter. Mais il va falloir batailler avec celui qui voyait sa victoire à l’élection américaine comme un « Brexit puissance trois ». Et sur le terrain économique, il faut en premier lieu éviter la panique sur les marchés européens. Peter Praet, membre du directoire de la Banque centrale européenne (BCE), a d’ores et déjà appelé au calme.

10:08 : Vladimir Poutine heureux de la victoire de Donald Trump. Le président russe, en froid avec l’administration Obama, devrait retrouver un président américain plus cordial.
Le président russe espère un « dialogue constructif » avec son futur homologue américain, rapporte l’AFP. « Poutine a fait part de son espoir de coopérer pour que les relations russo-américaines, actuellement en crise, s’améliorent, et de travailler ensemble sur les dossiers internationaux, en quête de réponses efficaces aux défis touchant à la sécurité dans le monde », a déclaré le Kremlin. A contre courant des bourses occidentales, la bourse russe va bien : l’indice RTS est en hausse de plus de 1 % ce matin en marge de son ouverture.

10:03 : L’info ne sera sans doute pas la principale de cette folle nuit américaine. Mais en marge du vote pour la présidentielle, trois Etats ont chois de légaliser l’usage du cannabis à des fins récréatives. Il s’agit du Massachusetts, de la Californie et du Nevada.

09:30 : La fin du règne d’Obama et l’avènement d’une nouvelle ère républicaine se profilent. La victoire de Trump signe en effet une fin peu reluisante pour l’actuel président, porté aux nues il y a huit ans. Après l’apogée des Bush côté républicain, c’est un nouvelle page qui débute avec Donald Trump. Ce dernier va disposer d’un pouvoir accru, avec le contrôle, non seulement de la Maison Blanche, mais aussi du pouvoir législatif avec le Congrès, composé d’un Sénat et une Chambre des représentants qui auront aussi une majorité républicaine (voir les résultats). Certaines réformes d’Obama risquent d’en pâtir, comme l’Obamacare, réforme de l’assurance maladie décrié à droite.

09:15 : L’hommage de Trump à Clinton ne passera pas inaperçu. Dans un souci de réconciliation nationale, Donald Trump a évoqué sa rivale en des termes inhabituels. « Nous lui devons énormément pour ce qu’elle a fait pour notre pays. Il est temps maintenant de panser nos blessures », a notamment déclaré Donald Trump, vainqueur de l’élection américaine, dans son discours.

09:05 : Donald Trump s’exprime sur sa victoire. Le candidat républicain tente de faire passer un message d’union après sa victoire à l’élection présidentielle américaine.
Le discours de Trump

Le vainqueur se veut rassembleur. « Il est temps pour nous de se rassembler comme un peuple uni », indique-t-il notamment. Il a aussi indiqué qu’il avait « félicité Hillary Clinton » pour son combat dans une « campagne très, très dure ». mais il est tout de suite revenu à ses fondamentaux : « Les hommes et les femmes oubliés de notre pays ne seront plus oubliés désormais ». Trump a aussi salué sa famille : « Je vous aime », assurant qu’elle avait été un soutien de poids dans « ce truc méchant » qu’est la politique. Un peu plus tôt, Mike Pence, le colistier de Trump, a remercié l’Amérique pour sa victoire.

08:54 : C’est désormais confirmé : Donald Trump sera bien le 45e président des Etats-Unis. Il sera investi le 20 janvier pour succéder à Barak Obama. Après plusieurs grands médias américains, l’agence AP ou encore la BBC, l’AFP est venue confirmer la victoire du républicain. En France, Le Monde et le Figaro ont aussi acté cette victoire à l’issue des résultats de l’élection présidentielle américaine.

08:47 : Hillary Clinton aurait appelé Donald Trump pour concéder sa défaite selon CNN qui cite « des sources concordantes ». Donald Trump a battu Hillary Clinton en la surpassant dans plusieurs Etats clés : l’Ohio, la Floride, la Caroline du Nord, la Pennsylvanie et le Wisconsin. Il a également dépassé son adversaire démocrate d’une courte tête dans le Michigan selon Associated Press. l’appel de Clinton à Trump aurait eu lieu peu de temps après l’annonce de sa déroute dans le Wisconsin. Le Washington Post a confirmé l’information.

Trump sera le futur président des Etats-Unis

08:43 : Trump remporte la présidentielle et devient président des USA. Selon CNN, Donald Trump remporte l’élection présidentielle américaine dans le Wisconsin. Une information que confirme l’agence américaine AP (Associated Press). Cet Etat devrait lui rapporter 10 grands électeurs, soit ce qui lui manquait pour revendiquer officiellement la victoire. Symbole : les républicains n’ont pas gagné une élection présidentielle dans cet état depuis 1984, et le Wisconsin a été décisif pour Obama en 2008 comme en 2012. Selon un sondage sortie des urnes mené par un journal local, 63 % des électeurs de l’Etat ont une opinion défavorable de Trump, mais 21 % d’entre eux ont tout de même voté pour lui par envie de changement…

08:21 : Hillary Clinton l’emporte dans le Maine. Ce sont les médias américains qui l’affirment à cette heure. Mais c’est une victoire pour l’honneur. Le maine fait partie des rares Etats à fonctionner selon la proportionnelle et ne compte que 4 grands électeurs. Hillary Clinton en prend trois et Donald Trump un seul. Donald Trump a toujours une irrémédiable longueur d’avance. Officiellement, il est à 246 grands électeurs, mais selon certaines estimations, il serait à 266, soit à 4 votes seulement de la majorité nécessaire.

08:12 : « She’s not done yet » (elle n’est pas encore foutue). C’est ce que dit un représentant du camp Clinton, alors que le résultat de l’élection américaine semble acquis à Trump. Directeur de campagne de Clinton, John Podesta affirme que « rien n’est encore fait ». Il s’est exprimé devant les militants dépités il y a quelques minutes, et leur a demandé de rentrer chez eux se reposer. « Nous aurons plus à dire demain », a-t-il indiqué. « On peut bien attendre un peu plus longtemps non ? », a-t-il lancé pour haranguer la foule. Un décompte précis des votes voire un recomptage se profile. De quoi anticiper un scénario semblable à l’élection américaine de 2000, quand il avait fallu des jours pour départager George W. Bush et Al Gore ?

08:08 : La France désarçonnée par l’élection de Trump, même si elle est à confirmer. François Hollande n’avait pas prévu de message de félicitation. C’est RTL qui donne cette information. Les conseillers de l’Elysée n’avaient préparé qu’une seule lettre de félicitations, censée être envoyée à Hillary Clinton. Diplomatie oblige, la France, comme bien d’autres pays, doit souhaiter la bienvenue au président américain dans le grand bal des nations. La lettre doit même être rendue publique. L’Elysée n’avait manifestement pas prévu que Trump puisse l’emporter. Du côté du quai d’Orsay, le ministre Jean-Marc Ayrault assure que si « Donald Trump est élu, il sera félicité, la France travaillera avec Etats-Unis ». Il reconnait tout de même sur France 2 ce matin que la personnalité du milliardaire « interpelle, interroge ».

07:59 : Donald Trump remporte la Pennsylvanie. Le candidat républicain a fait un nouveau pas vers la victoire dans cette élection présidentielle américaine. Une fois encore, les résultats dans cet etat sont serrés. Donald Trump engrange 48,9 % des voix, contre 47,6 % pour Hillary Clinton. Suffisant pour rafler les 20 grands électeurs de cet Etat et donc de passer à plus de 260 grands électeurs au total. Pour rappel, il en faut 270 pour être élu.

07:56 : Marine le Pen félicite Trump pour sa victoire. La patronne du FN en France a plusieurs fois tenté de se rapprocher du républicain. Un voyage aux Etats-Unis était même évoqué il y a quelques semaines pour une rencontre. Le candidat Trump était une cible de choix pour Marine le Pen, qui peine à rencontrer de grandes figures internationales lors de ses déplacements à l’étranger. Un incontournable pour se bâtir une stature présidentielle. Candidat anti-élite, anti-immigration et accessoirement anti UE, Trump a de nombreux points communs avec le Front national. Marine Le pen est le premier responsable politique français à communiquer officiellement sur une victoire. Sur RTL, Jean-marie Le Pen a lui aussi salué cette victoire en devenir : « Je pense que ça va prouver une chose, c’est que la diabolisation est une foutaise et que c’est une impasse ».

07:20 : Donald Trump devrait remporter les 6 grands électeurs de l’Utah, selon les projections de CNN. Il resterait alors une poignée d’Etats où le résultat n’est pas encore connu. Parmi eux, la Pennsylvanie, un état qui n’a pas voté pour un candidat républicain à l’élection présidentielle américaine depuis 1988. Les autres Etats qui n’ont toujours pas livré leur verdict sont le Michigan, le New Hampshire et le Wisconsin.

07:16 : Sur l’économie, Donald Trump a promis la baisse générale des impôts, avec l’instauration d’un taux maximum d’imposition sur les revenus passant de 39,6 % à 33 %. Il veut aussi baisse l’impôt sur les sociétés de plus de moitié, pour le passer à 15 % contre 35 %. Il a mis dans son programme une augmentation du salaire minimum jusqu’à 10 dollars. Il veut le démantèlement de toutes les instances de tutelle de l’Etat sur les banques privées, la suppression de l’impôt sur les successions. Il prône une renégociation de la présence des Etats-Unis au sein de l’OMC. Ce qui lui colle une étiquette de protectionniste.
Sur l’environnement, Donald Trump veut remettre en cause l’engagement des Etats-Unis sur le traité de Paris sur le climat (COP 21) et arrêter les financements publics pour la lutte contre le réchauffement climatique. Il est pour la relance de la production de charbon et le développement de la fracturation hydraulique.

07:11 : Rappel du programme de Donald Trump. Parmi les propositions chocs du candidat républicain, on trouve l’intervention armée en Syrie contre Daesh. Donald Trump veut lancer une opération militaire pour récupérer les puits de pétrole aux mains de l’organisation terroriste. Il veut aussi revenir à la menace nucléaire et veut se rapprocher de Poutine et de la Russie. En terme d’immigration, le programme de Donald Trump revient à expulser de 5 millions de clandestins, revenir sur le droit du sol et construire un mur entre les Etats-Unis et le Mexique. Sur la sécurité, il veut systématiser les fouilles au corps. Favorable au port d’armes, il veut un permis fédéral, autrement dit un passport pour une arme dans tous les Etats.

06:34 : Chez les partisans de Trump, c’est l’euphorie. Les militants républicains multiplient les attaques contre Clinton, au son de « Lock her up » (littéralement « enfermez-la »). Cette chanson, faisant référence aux accusations de corruption portées par Donald Trump à l’encontre de son adversaire, est devenu un chant de ralliement pour ses fans. Devant la Trump Tower, il est chanté allègrement. Donald Trump a indiqué qu’il voulait poursuivre et « enfermer » Clinton s’il était élu.

06:32 : Une ultime lueur d’espoir chez les démocrates ? Selon l’agence AP, Hillary Clinton devrait l’emporter dans le Nevada. Cet Etat est l’un des derniers auquel peut se raccrocher l’ancienne secrétaire d’Etat. S’il était perdu, cela confirmait d’emblée la victoire de Trump. Le suspense devrait encore durer quelques minutes.

06:29 : LE POINT – A 6h30 environ Donald Trump mène assez largement devant Hillary Clinton avec 245 grands électeurs contre 209. On rappelle qu’il faut atteindre la barre des 270 grands électeurs pour devenir président des Etats-Unis. Donald Trump a pris une option plus que sérieuse sur la victoire il y a une heure environ, en remportant quatre Etats clés : l’Ohio, l’Iowa, la Floride et surtout la Caroline du Nord, qui était sans doute l’Etat dans lequel la balle de match aurait lieu. Au vu des résultats, il semble aussi acquis que le Congrès restera du côté républicain. Voilà qui devrait donner un pouvoir accru à Donald Trump si la tendance était confirmée dans les minutes qui viennent.

06:25 : A l’échelle américaine comme à l’échelle mondiale, c’est un véritable séisme qui a lieu. Donald Trump inquiète à la fois diplomates et financiers pour la politique qu’il entend mener. . Adepte du protectionnisme, d’une politique internationale plus musclée dans son programme, Trump provoque actuellement une chute de la bourse. Le Dow Jones a chuté de plus de 3 % , soit 680 points alors qu’il était descendu de 540 points après le 11 septembre.. Au Japon Nikkei a chuté de 2,2 % quelques heures après l’ouverture. L’euro s’envole actuellement face au dollar. Côté diplomatie, c’est aussi la consternation.

06:19 : Dans le QG de Clinton, la défaite est déjà palpable. Les visages sont fermés, on pleure et parfois même on prie. C’est bien un coup de tonnerre qui est en train de s’abattre. Des reporters français rapportent qu’ils ont été interdits de filmer ou d’interroger les militants. Si la victoire de Donald Trump se confirmait, il s’agirait d’abord d’un camouflet pour les sondeurs et les médias qui avaient tous avancé avec une certaine certitude la victoire de Clinton (Linternaute.com ne faisant pas exception évidemment). Ce serait aussi un coup dur pour Barack Obama lui même qui, malgré sa popularité et son investissement dans cette campagne, n’a pas réussi à convaincre. C’est sans doute son bilan, loin des espoirs qu’il avait fait surgir en 2008 qui entrera en ligne de compte pour analyser cette défaite démocrate qui se profile.

06:13 : Donald Trump devrait donc gagner l’Iowa, mais aussi l’Utah selon les projections de l’agence américaine Associated Press.
Les nouvelles projections mettent Trump à 244 des 270 grands électeurs nécessaires pour décrocher la présidence.

06:04 : Trump remporte l’Etat de Géorgie, c’est 16 grands électeurs de plus. La victoire est très proche, les bonnes nouvelles s’accumulent à un rythme effréné pour le camp républicain. Le magnat de l’immobilier a attend les 245 grands électeurs, l’écart qui se creuse avec la démocrate ne laisse plus vraiment d’illusions aux partisans d’Hillary Clinton.

SKB

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :