CULTURE: Danse: Fé’Stival Fé’nomène Battle 4ème Edition:

20161116_1045551

Débuter le 16 Novembre par une conférence de presse à l’Institut Français du Gabon, le Fé’Stival s’est poursuivit le 17 Novembre avec des ateliers de danse gratuit, le 18 Novembre avec le spectacle HeForShe Ni Masculin Ni Féminin, le 19 Novembre avec le Fé’nomène Battle (soit dit en passant est le clou de la manifestation), pour finir le 20 Novembre avec remise des dons aux orphelins et danse à la plage de Libreville.

Pour ce faire, Danse Fé en action HeForShe « L’égalité contre l’identité » est inspirer de la campagne HeForShe de Onufemmes. A travers cet évènement Danse Fé a voulu sensibiliser les jeunes hommes de son entourage afin que ces derniers les soutiennent et montre leur solidarité pour l’égalité des sexes.

Aussi, les hommes et les garçons doivent prendre part, en tant que militants et parties prenantes, au mouvement en faveur des droits des femmes. Leur mentalité doit changer pour faire de l’égalité des sexes une réalité pour tous.

En effet, HeForShe , ni masculin féminin,vise à concevoir une vision commune des progrès humains pour tous et à créer un mouvement de solidarité entre les hommes et les femmes pour favoriser l’égalité des sexes.

Au sens logique et mathématique, la relation d’égalité est une identité au sens 1er. L’identité est le caractère de ce qui peut être considéré, soit absolument, d’un certain point de vue, comme une unité. Deux êtres identiques en ce sens sont un seul et même être ont toutes leurs propriétés en commun.

De ce fait, L’égalité des sexes n’est pas une problématique exclusivement féminine. C’est un droit humain qui nous concerne tous : les femmes et filles tout comme les hommes et garçons. En effet, lorsque l’égalité des sexes imprègne la vie sociale, politique et économique quotidienne, nous sommes toutes et tous gagnants. L’émancipation des femmes est un atout pour l’humanité tout entière. L’égalité des sexes libère les femmes, mais aussi pour l’humanité tout entière. L’égalité des sexes libère les femmes, mais aussi les hommes, des rôles sociaux prédéfinis et stéréotypes sexistes.

Malgré cela, l’inégalité entre les sexes fait partie des violations des droits humains les plus persistantes de notre époque. Bien qu’elles soient humains les plus persistantes de notre époque. Bien qu’elles soient combattues depuis de nombreuses années, les inégalités entre combattues, les inégalités entre femmes/filles et les hommes/garçons continuent d’exister sous des formes inacceptables dans le monde entier.

20161119_2058251

En somme, les différentes actrices de la manifestation ont rivalises d’adresse et de créativité, autant dans le spectacle que dans la battle. La danse au féminin gabonais a beaucoup d’avenir, il suffit d’un peu plus d’encadrement pour franchir le palier de professionnelles. Qu’à cela ne tienne, l’invitée d’honneur du Fé’Stival, Agathe Djokam a réalisée une prestation de haut vol inoubliable. En ce qui concerne la lauréate du Fé’nomène battle, la tenante du titre de 2015 Danielle Mengué a conservée sa couronne cette année.

20161118_2112221

Vivement la prochaine édition du Fé’Stival et longue vie à l’association Danse Fé.

SKB

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :