ECONOMIE: ANPI / Min Commerce – Industrie – GABON CHINE – Memorandum d’entente

unnamed0003

En présence de plusieurs centaines d’acteurs économiques chinois et d’une délégation gabonaise conduite par Ali Bongo Ondimba, Nina Abouna, la directrice générale de l’Agence nationale de promotion des investissements (ANPI-Gabon) a procédé ce jeudi matin à la signature d’un mémorandum d’entente avec le président du Conseil chinois pour la promotion du commerce international (CCPIT), Jiang Zengwei.

Premier engagement du genre entre les deux pays désormais hissés au rang de ce que les Chinois appellent la ‘coopération globale’, incluant donc les services privés respectifs, ce texte invite les deux parties à encourager l’échange d’informations entre leurs entreprises, en particulier dans le domaine des technologies et en matière de savoir-faire. En écho immédiat, le Président de la République indiquera dans son discours devant la communauté des affaires conviée par la Chambre chinoise de commerce international et l’ANPI-Gabon qu’il « encourage les entreprises chinoises à privilégier les canaux d’investissements direct», et souhaite l’implantation de zones économiques spéciales industrielle dédiées aux sociétés chinoises.

Troisième fournisseur du Gabon avec un volume d’importation de 8,6% et son premier client avec un volume d’exportation égal à 14,2%, la Chine vient à point de publier un livre blanc sur le « droit au développement » : 700 millions de Chinois sont sortis de la pauvreté en un peu plus de 30 ans de réformes et d’ouverture. Pour Nina Abouna, il faut voir un heureux hasard, et la force d’un symbole, dans le fait que l’agence nouvelle qu’elle dirige dévoile pour la première fois, ici à Pékin, son logo et sa signalétique. La Chine inspire et dynamise les ardeurs entrepreneuriales. Sa réussite et sa puissance trouvent à s’exprimer aujourd’hui dans une relation sino-africaine décomplexée, mêlant l’esprit du capitaliste au bulletin de naissance de cette « Chinafrique », daté Bandung 1955.

Au contact des représentants de près de 170 sociétés chinoises, les membres de la délégation gabonaise se sont attachés à travailler en « mode business » : Madeleine Berre, la ministre de la Promotion des investissements privés, du Commerce, du Tourisme et de l’Industrie, comme Régis Immongault, le ministre de l’Economie, de la Prospective et de la Programmation du développement, comme encore les dirigeants de l’Autorité administrative de la zone de Nkok, du Fonds gabonais d’investissements stratégiques ou de la Confédération patronale, ont enchaîné les rendez-vous et les séances de présentation pour, parfois aussi, faciliter l’accès à une audience présidentielle. Entre 2014 et 2015, les investissements directs chinois au Gabon étaient en hausse de 91% ; sur 2016, avant même la fin de l’année, on compte déjà 1.35 milliards de dollars d’échanges. Le grand bond en avant.

PP

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :