POLITIQUE: Réflexions sur la CPI

cour-penale-internationale

Ce n’est pas parce que Kabila, Sassou, Sarkozy, Bush et tous leurs semblables qui devraient y être n’y sont pas, que la jurisprudence sur laquelle s’appuie la CPI (Cour Pénale Internationale) pour légiférer sur un dossier n’existe pas. Car si le motif, la méthode, la volonté et la détermination d’instruction d’un dossier peuvent varier, la LOI, sur laquelle s’appuie la CPI pour délivrer ses verdicts, elle ne change pas.

Jean Ping avait critiqué la CPI en ce qu’elle n’enferme dans ses geôles que les seuls dignitaires africains. Cette critique, juste et fondée, est à nuancer dans sa forme et son contenu, car elle ne met nullement en cause la LOI, mais davantage le manque de volonté entretenu par certains de ne pas voir s’y soumettre leurs compatriotes, aux noms desquels figurent certains pays occidentaux comme la France et les États-Unis. Et c’est là que se situe la nuance. Car si la France et les États-Unis rechignent à envoyer leurs deux compatriotes comparaître à la CPI pour les crimes de guerre qu’ils ont commis en Lybie et en Irak par exemple, cela n’enlève rien au caractère jurisprudentiel de la CPI, sur lequel d’autres plus déterminés peuvent s’appuyer pour faire comparaître des dictateurs comme Ali Bongo, auteur de plusieurs assassinats sur nos jeunes compatriotes Gabonais.
Conclusion : Jean Ping ne fait qu’utiliser la LOI, dans sa forme la plus basique et implacable.

PLM

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :