POLITIQUE: Le Dialogue National version Jean Ping a débuté

jean-ping-candidat-a-la-presidentielle-du-gabon-a-libreville-le-26-aout-2016_5658547

Jean Ping a comme prévue, ouvert ce lundi le Dialogue National pour l’Alternance à Libreville, en présence de quelques barons de l’opposition comme Casimir Oye Mba, Guy Nzouba Dama, Léon Paul Ngoulakia. Il s’en est suivi la mise en place du bureau des Assises. Il a ainsi, lancé cinq jours de mobilisation pour « l’alternance ».

Aussi, le programme de ce Dialogue s’étale comme suit, du mardi 20 Décembre au mercredi 21 Décembre 2016 aura lieu les travaux en atelier avec les thématiques suivantes:
-Atelier 1: Revendication et réaffirmation de la victoire de Jean Ping;
-Atelier 2: La crise postélectorale;
-Atelier 3: La Gouvernance;
-Atelier 4: Les crises sociales; la santé; l’éducation, l’emploi et le logement;
-Atelier 5: Forum de libre expressions; situation de crise profonde que traverse notre pays.

Le Jeudi 22 Décembre aura lieu la Plénière et l’adoption des Résolutions. Et enfin, le vendredi 23 Décembre se déroulera la cloture avec à la clé, un rapport final et des recommandations.

Au court de cette première journée, Jean Ping, qui conteste la réélection du président Bongo, a accusé son adversaire de crime contre l’humanité.

Rappelons que Jean Ping a déposé jeudi devant la Cour pénale internationale (CPI) une plainte contre son adversaire Ali Bongo. Ce dernier, qui se proclame le « président élu », accuse les autorités gabonaises de « crimes contre l’humanité » dans les violences post-électorales fin août-début septembre.

« Les premiers éléments d’enquête déjà déposés engagent véritablement aussi les commandants des unités de la Garde républicaine, de la gendarmerie et de la police, y compris les éléments composant les milices recrutées pour la basse besogne », a détaillé Jean Ping en ouvrant son « Dialogue nationale pour l’alternance » avec des syndicats, organisations religieuses, associations et ONG.

« Tous devront s’expliquer bientôt. Toute la chaîne de commandement et de responsabilité sera minutieusement analysée et les coupables seront identifiés, nommés et punis tôt ou tard. Les professionnels de la justice internationale s’occupent d’ores et déjà de leurs cas », a-t-il assuré devant ses partisans.

La veille, Jean Ping avait participé à un hommage religieux aux « martyrs de la démocratie », avec le témoignage d’une jeune femme prétendant avoir été la victime de la violence des forces de sécurité dans la nuit du 31 août au 1er septembre.

Le Gabon a connu une crise politique violente après la proclamation de la réélection d’Ali Bongo le 31 août.

« Entre les chiffres officiels et ceux de l’opposition, le décompte des victimes variait entre cinq et 100 », selon le rapport final de la Mission d’observation électorale de l’Union européenne présenté lundi dernier à Libreville.

Ce rapport évoque des « anomalies » qui « mettent en question l’intégrité du processus de consolidation des résultats et du résultat final de l’élection ».

M. Ping a de nouveau demandé lundi à la communauté internationale « des sanctions ciblées » contre des responsables gabonais.

SKB

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :