POLITIQUE: Sommet extraordinaire de la CEMAC

unnamed0

Le Président de la République, Ali Bongo Ondimba, a participé vendredi au Sommet extraordinaire des chefs d’Etat de l’Afrique centrale organisé à l’initiative du Cameroun pour discuter de la situation économique qui prévaut dans la sousrégion et trouver des solutions communes de retour à la prospérité.

Le sommet a rassemblé, autour de la même table, les présidents des six pays membres de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC), la Directrice générale du Fonds monétaire international (FMI), Christine Lagarde, le ministre français des Finances, Michel Sapin, le président de la commission de la CEMAC, Pierre Moussa, le gouverneur de la Banque des Etats de l’Afrique centrale (BEAC), Lucas Abaga Ntchama, ainsi que le président de la Banque de développement des Etats de l’Afrique centrale (BDEAC), Abbas Mahamat Tolli.

Depuis Yaoundé, Ali Bongo Ondimba a rappelé l’urgence pour les Etats membres de la CEMAC de passer d’une économie de rente pétrolière à une économie diversifiée, ceci afin de soutenir la croissance et préserver les réserves de change des pays de la sous-région, secoués par une crise économique et sécuritaire.

Le président de la République s’est également prononcé, au même titre que ses pairs, en faveur de la mise en place d’un programme d’accompagnement sur mesure des Etats membres de la CEMAC par le FMI.

« Nous n’avons pas cessé depuis maintenant quatre mois de subir la baisse des prix des matières premières, et tous ensemble, avec nos partenaires, nous décidons de réagir et nous allons réagir. Les situations entre les pays ne sont pas forcément les mêmes donc les différents contacts et réunions que nous aurons avec le FMI vont pouvoir être spécifiques et déboucher sur des programmes qui seront pratiquement sur mesure pour chaque Etat. Nous allons prendre le problème à bras le corps, le saisir et nous sommes avec des partenaires qui sont désireux de nous soutenir », a déclaré le Chef de l’Etat à la clôture du Sommet.

Le Gabon est engagé depuis 2009 dans un processus de diversification de son économie porté par l’industrialisation du secteur de la forêt, le développement de projets agro-industriels et miniers ambitieux et la création de nouveaux services à forte valeur ajoutée. Un processus qui a permis au Gabon de maintenir son taux de croissance pour 2016 de près de 3% et de se positionner comme le second moteur de la zone CEMAC.

Ali Bongo Ondimba s’est par ailleurs félicité de la nomination d’un de ses anciens ministres, Désiré Guedon, en qualité de secrétaire général de la Banque des Etats de l’Afrique centrale (BEAC) dont le siège se trouve à Yaoundé.

PP

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :