une-chine-elephant-ivoire

Le 30 décembre 2016, le gouvernement chinois a annoncé un programme visant à interdire le commerce et la transformation de l’ivoire fin 2017. Cette décision du principal consommateur mondial pourrait bien mettre à mal les réseaux de contrebande. Une grande nouvelle donc, pour nos amis les pachydermes qui ont tant souffert du commerce de l’ivoire. Ces efforts seront-ils pour autant suffisants ?

Selon les associations de protection, plus de 20 000 éléphants auraient été chassés dans l’unique but de prélever l’ivoire issu de leurs défenses, au cours de l’année 2015. Et ces chiffres ne font malheureusement que confirmer les massacres qui ont lieu chaque année. D’après le fonds mondial pour la nature (WWF), il reste à peine 415 000 éléphants dans la nature.

La Chine a été jusqu’à présent un bien mauvais élève en ce qui concerne la protection des éléphants. Malgré la signature de la convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore menacées d’extinction qui interdit les activités commerciales autour des défenses d’éléphants, la Chine reste le premier consommateur d’ivoire de contrebande. En effet, les douanes chinoises recensent entre 800 et 900 les affaires de trafic d’ivoire chaque année.

Le commerce des défenses d’éléphants est intimement lié à l’importance de l’ivoire dans la société chinoise dans laquelle il est gage d’un statut social élevé. Rappelons cependant qu’après la Chine, les États-Unis restent le deuxième plus gros consommateur d’ivoire illégal.

Par ailleurs, il faut préciser que la législation chinoise autorisait la vente d’ivoire ouvragé ainsi que la revente d’ivoire acheté avant l’interdiction de la Cites en 1989, même si elle en avait proscrit l’importation depuis 2015. Espérons que le nouveau programme du gouvernement mettra de l’ordre dans ces législations paradoxales et freinera donc considérablement le trafic d’ivoire.

Si la Chine semble décidée à s’investir en faveur de la protection des éléphants depuis 2015, la fin du commerce d’ivoire n’est pas encore actée et il reste encore du chemin à parcourir avant l’éradication de la contrebande. Il est en effet difficile pour la loi de réglementer quelque chose qui lui échappe, surtout quand on connait la force symbolique de l’ivoire en Chine. D’autre part, le marché des antiquités reste également ouvert et permet, comme aux États-Unis, la vente aux enchères des objets en ivoire.

La subsistance du circuit de contrebande constitue un obstacle réel dans la préservation des éléphants. Le programme du gouvernement s’inscrit dans la lignée des efforts menés par Hong-Kong pour protéger les éléphants. Il laisse espérer qu’avec l’interdiction du commerce d’ivoire en Chine, suivra le diminution du trafic. Dans de nombreuses cultures, l’éléphant est symbole de sagesse, mais la sagesse ne s’acquiert pas au prix de l’ivoire.

SKB

Advertisements