SOCIAL: Opérations de déguerpissement des logements sociaux d’Angondje et de Bikele

les-logements-sociaux-dangondje

Le 10 août 2016 dernier, le ministère de l’Urbanisme et de l’Habitat avait saisi le Tribunal de Libreville aux fins d’expulsion des personnes installées irrégulièrement dans les logements sociaux des sites d’Angondje et de Bikele.

Par ordonnance, le Président du Tribunal de première instance de Libreville accueillait favorablement cette demande en statuant ainsi qu’il suit :
Par ces motifs
– Ordonnons l’expulsion de tous les occupants sans titre des lotissements d’Angondje et de Bikele, propriété de l’Etat ;
– Disons que le requêtant peut en cas de nécessité se faire assister par les forces de l’ordre pour expulser les récalcitrant et touts de leur chef ;
– Ordonnons l’exécution sur simple minute de la présente ordonnance avant enregistrement et rappelons qu’il nous en sera référé en cas de difficulté.

A la suite de cette décision, le ministère de l’Urbanisme et de l’Habitat initiait toute mesure en vue de l’exécution amiable de celle-ci ; c’est-à-dire la libération des lieux du propre chef des occupants. Plusieurs sommations adressées par voie d’huissier à ces derniers demeuraient sans suite. Face à cet échec, l’Agent judiciaire de l’Etat saisissait les services du Procureur de la République aux fins de l’exécution forcée de la décision de justice rendue le 11 août 2016. Pour rappel en effet, l’article 28 du Code de procédure pénale dispose que le Ministère public assure l’exécution des décisions de justice.

En application de cette disposition, le Parquet de Libreville a réquisitionné 400 agents des forces de l’ordre et de sécurité qui ont été déployés à égalité sur les deux sites pour l’expulsion de tous les occupants sans titre installés dans 1279 villas recensées par les services compétents du ministère de l’Habitat. L’opération d’expulsion a débuté le mardi 27 décembre 2016 à 9h et s’est achevée le vendredi 30 décembre 2016 à 12h.

Globalement, elle s’est déroulée dans le calme, aucun dommage corporel n’a été enregistré. Cependant, un incident d’une certaine gravité a été noté sur le site d’Angondje : la destruction volontaire de biens mobiliers, précisément l’incendie des tuyaux d’approvisionnement en eau qui étaient entreposés sur les lieux. Une enquête a été immédiatement ouverte, et à ce jour trois personnes dont deux mineurs ont été identifiés comme les auteurs présumés de cet acte délictuel. Ils seront présentés très prochainement au Parquet de la République.

SKB

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

Create a website or blog at WordPress.com

Up ↑

%d bloggers like this: