SPORT: Football: CAN Gabon 2017: Le Ghana vainqueur mais…déconcertant

image-ashx5

La feuille de match retiendra la victoire des Black Stars devant l’Ouganda grâce à un pénalty transformé par André Ayew mais quel scénario étrange, presque incompréhensible, qui aurait sans doute été plus équitable si les Cranes avaient pu égaliser.

On résume. Dix-douze premières minutes, l’Ouganda prend le match en main, investit le camp ghanéen. Les deux équipes se connaissent bien. Début octobre les hommes du Serbe Milutin Sredojevic ont réussi un joli coup en allant contraindre la troupe de l’Israëlien Avram Grant à un nul sans but, en éliminatoire de la Coupe du monde.

Les Ougandais ne s’en laissent pas raconter même si le pronostic ne leur est pas favorable. Et puis après un quart d’heure, que s’est-il passé, les camarades d’Asamoah prennent totalement la maîtrise du jeu. Gyan montre l’exemple en brossant deux reprises de la tête devant la cage de Denis Onyango, couronné il y a peu meilleur joueur africain basé en Afrique (19’, 20’). Le danger se fait pressant. Sur son aile droite, le petit Christian Atsu virevolte sous les yeux d’un Abdul Rahman Baba comme médusé. Petit de taille, centre de gravité très bas, vivacité, toucher de balle, art du contre-pied, celui qui avait été distingué meilleur joueur de la CAN 2015, est dans son élément. A côté les frères Ayew, André et Jordan, ne suivant pas le rythme de leur coéquipier.

La meilleure occasion sera pourtant pour les deux brothers. Centre de Jordan pour sonaîné légèrement en retrait, reprise instantanée d’André, extérieur du pied gauche…sur le gardien (27’). Quelques minutes plus tard, la faute stupide du défenseur central Isaac Isinde qui bloque Gyan aux épaules, dans sa surface. Il y avait danger, pas extrême urgence. André Ayew, plein centre, ne laisse aucun espoir à Onyango (1-0, 30’). La suite c’est une omni-présence des Black Stars dans la moitié de terrain ougandaise. Le ballon circule bien, le Ghana se déploie à sa guise, sans opposition, sans parvenir cependant à doubler la mise.

A la rentrée aux vestiaires, tout donne à penser que le Ghana cisellera une victoire plus conséquente en seconde période. Et là patatras. Les Ougandais prennent le ballon et ne vont plus le lâcher durant quarante-cinq minutes face à une formation ghanéenne totalement anémiée, à la ramasse. Sans jus, sans réaction, cantonnée en défense. Ce n’est pas possible ils ont dû prendre un somnifère pendant la pause et pas un stimulant. Atsu n’est plus là, Gyan pas davantage, ni Jordan. Les Ougandais manquent de punch, attaquent le gardien Razak Brimah de manière désordonnée, en manque de punch. Sinon ils auraient égalisé.

Leur meilleure occasion, la demi-volée, à l’entrée de la surface, de Tony Mawejje (62’). De peu à côté. Une seule réaction ghanéenne en fin de rencontre sur une frappe du pied gauche d’Atsu, impeccablement bloquée par Onyango (85’).

Au total un match déroutant qui laisse interrogatif sur le potentiel du Ghana, deux fois finaliste et trois fois demi-finaliste au cours des cinq dernières éditions. L’Ouganda, de retour parmi l’élite après une très très longue absence, est en mesure de poser des problèmes aux deux autres du groupe D, l’Egypte et le Mali, à la condition d’être plus percutante devant.

Homme du match Total : Christian Atsu (Ghana)

Réactions

Milutin Sredojevic (sélectionneur de l’Ouganda)

Nous avons commis une erreur que je n’arrive pas à m’expliquer et Ayew a transformé le pénalty. A la mi-temps j’ai dû réveiller mes joueurs et leur expliquer que c’était la CAN et que nous y avions toute notre place. Vous avez vu le changement ensuite. Oui il y a des choses à améliorer. Physiquement on n’a pas été bons dans les moments décisifs. Nous avons tout fait pour obtenir un bon résultat. Nous avons montré que nous sommes capables de jouer contre les meilleurs. Nous récupèrerons deux joueurs clés qui étaient suspendus pour le premier match et je crois que nous pouvons surprendre l’Egypte lors de la deuxième journée.

Avram Grant (sélectionneur du Ghana)

Je suis heureux de nos trois premiers points. Nous aurions pu mieux jouer mais ce qui compte dans un tournoi, ce sont les victoires. Nous avons subi le jeu des Ougandais après la mi-temps, les joueurs étaient un peu fatigués et ont baissé de pied c’est vrai, ils voulaient préserver aussi leur avantage, mais l’objectif a été atteint. Je savais que l’équipe d’Ouganda n’était pas un adversaire facile. On a quatre jours pour nous améliorer avant d’affronter le Mali.

CAF

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :