POLITIQUE: La déchéance d’un homme politique: Yahya Jammeh, la honte de l’Afrique !

yahya_jammeh_0

Après avoir tenu tête à tout le monde, Yahya Jammeh s’est enfin résigné à laisser le pouvoir à son successeur. Cette issue pacifique aurait été possible grâce à la médiation in extrémis du président mauritanien Abdel Aziz. Adama Barrow a donc prêté serment ce 19 janvier comme initialement prévu.

Après 22 ans de dictature, Yahya Jammeh se rend…

La détermination de la CEDEAO et de toute la communauté internationale aura finalement eu raison de Yahya Jammeh. En effet, l’ex-président gambien, après avoir connu sa défaite au lendemain de la présidentielle, avait refusé de céder le pouvoir à Adama Barrow, le président élu. À partir de là, une crise postélectorale s’était déclenchée en Gambie. Aussi, la Communauté économique des États de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO) avait initié une médiation conduite par les présidents Ellen Johnson Sirleaf (Liberia), Muhammadu Buhari (Nigeria) et l’ex-président ghanéen, John Dramani Mahama. Mais face à l’intransigeance de Jammeh, une intervention militaire était de plus en plus envisagée par la communauté ouest-africaine.

Mais finalement, l’option militaire ne serait plus d’actualité, car le président Jammeh aurait accepté d’abdiquer. Sous l’égide de Mohamed Ould Abdel Aziz, président mauritanien, la situation gambienne serait en train de se normaliser davantage. À en croire certaines sources, les présidents mauritanien, sénégalais et gambien seraient actuellement en pleine concertation afin de permettre à l’ancien homme fort de Banjul ainsi qu’à ses proches de quitter la Gambie.

Les dispositions militaires qui avaient été mises en place en cas d’échec des négociations politiques ne pourront donc plus servir. Après 22 ans de pouvoir, « le dictateur du développement » vient ainsi de tomber, après son échec lors de la présidentielle. Le peuple gambien qui avait massivement fui le pays attend donc que le nouveau président remette la Gambie sur les rails du développement. Et surtout qu’il repositionne le pays dans le concert des nations.

Dans l’attente de ce dénouement, Adama Barrow avait prêté serment à Dakar, le 19 janvier, à l’ambassade de la Gambie au Sénégal. Maintenant que les choses rentrent dans l’ordre, le nouveau président gambien viendra prendre les rênes du pouvoir dans son pays. Et là, ses compatriotes l’attendent pour qu’il remette la Gambie sur les rails du développement. Aussi, devrait-il permettre à son pays de reprendre sa place, qu’il n’aurait jamais dû perdre, dans le concert des nations.

Aux dernières nouvelles, Yahya Jammeh aurait quitté la présidence de la Gambie et ce pays par la même occasion pour la Guinée. Celui qui a dirigé ce petit pays encastré dans le Sénégal ne deviendra pas cultivateur. Il ne vivra pas sa retraite sur les terres de ses ancêtres comme il l’avait envisagé mais en Guinée, chez son ami Alpha Condé.

Yahya Jammeh est en Guinée, Adama Barrow président de la Gambie
Le samedi 21 janvier, Yahya Jammeh a quitté le pouvoir à la tête de la Gambie. Le président Alpha Condé de la Guinée est venu en personne chercher Jammeh avec son jet privé. Pour ce dernier voyage officiel de celui qui a porté de main de fer la Gambie 22 ans durant, la garde républicaine a chanté l’hymne national Gambienne.

Plusieurs proches du président sortant étaient effondrés sur le tarmac de l’aéroport à son départ. Des militaires, des membres de son gouvernement et plusieurs officiers du pays qui lui sont restés fidèles étaient présents pour lui dire au revoir.

Après avoir perdu les élections dans son pays, Yahya Jammeh avait dignement reconnu sa défaite. Il avait même téléphoné à son successeur Adama Barrow, son successeur à la tête du pays, pour le féliciter. Seulement, ce dernier avait dérapé quelques jours plus tard en affirmant que le président sortant répondrait d’accusations de crimes contre l’humanité devant la CPI.

Farouchement opposé aux transferts de dirigeants africains devant cette cour qu’il considère comme un moyen de domination des Occidentaux, Yahya Jammeh s’est rétracté en contestant les élections présidentielles. La Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) a refusé de cautionner ce coup de force. Elle était sur le point d’engager l’option militaire pour le dégager quand Yahya Jammeh a abdiqué. Après plusieurs semaines de négociation, il a enfin accepté de vivre sa retraite en Guinée.

L’avion qui transportait les deux présidents s’est posé à Conakry quelques heures après son décollage de la Gambie. Le chapitre de l’élection présidentielle dans ce pays est donc théoriquement tourné puisque. Plusieurs gradés de l’armée restés fidèles à l’ancien président auraient fait allégeance au nouveau.

SKB

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

Create a website or blog at WordPress.com

Up ↑

%d bloggers like this: