SPORT: Football: CAN Gabon 2017: La demi-finale pour le Burkina Faso

image-ashx5

Les chats tunisiens n’étaient pas des Aigles, les souris burkinabè gambadaient, sur la pelouse du Stade de l’Amitié à Libreville, comme de vrais Etalons. Et ce sont ces derniers qui joueront pour la troisième fois dans l’histoire de ce pays, les demi-finales de la CAN après celles de 1998 et de 2013. Le rêve continue pour une équipe qui avait terminé à la dernière place de l’édition 2015.

Le premier quart de finale de la CAN Total 2017 n’a pas tenu toutes ses promesses. Le duel entre la masse athlétique et la taille d’un côté, la vivacité et l’opportunité des contre-attaques n’a pas donné lieu à de véritables emballements. Si les Burkinabè avaient entamé la rencontre sur un tempo nettement supérieur à celui des Tunisiens sans venir menacer réellement le gardien et capitaine Aymen Mathlouthi, de retour après avoir manqué le match précédent. Wahbi Khazri et Youssef Msakni, en vue lors des premiers matches n’affichaient pas la même autorité. La Tunisie était en manque d’inspiration et de créativité.

Il faudra attendre la 22e minute pour voir Préjuce Nakoulma se débarrasser d’Aymen Abdennour, curieusement déplacé, lui le défenseur central, sur le côté gauche, et Naïm Sliti, avant de glisser à Bertrand Traoré pour un tir légèrement au-dessus. Seule situation chaude sur le but de Mathlouthi. Il faudra attendre quasiment la demi-heure de jeu pour voir la Tunisie prendre l’initiative, imposer son jeu et entamer un travail de sape. Face au défi physique, les Burkinabè ne s’affolaient pas et procédaient par quelques contres démontrant qu’en trois passes ils étaient capables de se projeter en avant et d’aller porter le danger devant le but de Mathlouthi.

A la mi-temps, le score n’avait pas bougé et personne ne savait quel serait le dénouement de la rencontre. Le tournant du match se situe à la 76e minute. Eclair de génie, Paulo Duarte lance sur le terrain Aristide Bancé, actuel joueur de l’ASEC d’Abidjan, à la place de Cyrille Bayala. Quatre minutes plus tard, coup franc à vingt mètres face au but. Courte passe de Bertrand Traoré sur sa droite à Bancé. Le ballon part pour terminer au fond des filets (1-0, 80’). Ce n’est pas fini.

Nouveau tir burkinabè sur la base du montant droit des buts de Mathlouthi. Les Tunisiens se ruent à l’assaut de l’arrière-garde burkinabè. Ils sont tous derrière. Le ballon est intercepté par Préjuce Nakoulma qui file, qui file, droit devant. Il passe la ligne médiane, se joue du gardien tunisien qui est venu à son devant. Encore quarante mètres à parcourir. Nakoulma, légèrement à l’extérieur de la surface, ajuste son ballon, le but de la gloire (84’, 2-0).

En demi-finale, mercredi 2 février, le Burkina Faso jouera sa demi-finale à Libreville contre le vainqueur d’Egypte – Maroc.

Homme du match Total : Préjuce Nakoulma (Burkina Faso)

Réactions
Paolo Duarte (sélectionneur du Burkina Faso)

Je félicite la Tunisie. Ce fut un match difficile qui normalement se décide sur des détails. Chaque coup de pied arrêté de la Tunisie était dangereux. J’ai le sentiment que mon équipe a joué un football d’un niveau énorme. C’est une équipe capable de donner un spectacle fantastique. Aujourd’hui la qualité, la confiance sont là. Quand on sert le football, tout le monde sort gagnant.  N’oubliez pas que la Tunisie a eu un jour de repos en moins que nous. J’ai vu que la Tunisie était costaude derrière, mais un peu lente.

On ne peut pas savoir quel sera l’avenir, seul Dieu le sait. On rêve de faire mieux qu’en 2013. Ce ne sera pas facile. L’important c’est que les joueurs ne perdent pas leur humilité »

Henri Kasperczak (sélectionneur de la Tunisie)
Le Burkina a plus mérité la victoire, il a gagné. L’équipe tunisienne n’a pas démontré ses qualités. Nous n’avons pas fourni notre prestation habituelle. On n’a pas retrouvé cette rage de vaincre. On était un peu fatigué. La fraîcheur physique n’était pas au point. On n’a pas joué assez vite toutes les actions offensives. A 0-0 on a eu l’espoir de faire la différence, mais nous avons pris un but sur un coup de pied arrêté. Les changements dans l’équipe burkinabé ont été une grande réussite, avec un joueur qui entre et qui fait la différence. C’est ça qui fait le résultat.

CAF

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :