SANTE: Des milliers des jeunes sensibilisés et plus de 500 dépistés sur le VIH à Fougamou et Ndende dans le cadre de la mise en œuvre de l’initiative « Les villes s’engagent contre le VIH»

sans-titre02

Suite à la signature par les maires du Gabon de « l’Initiative des villes » de l’ONUSIDA à Lambarene en mars 2016, Madame Maité Mapangou, Maire de Ndende, et Monsieur Serge Mandi Mboula, Maire de Fougamou ont organisé le 26 et le 27 janvier 2017, une vastecampagnes de sensibilisation et de dépistage du VIH dans leurs villes respectives.  Avec l’appui de la Direction Générale de la Prévention du SIDA (DGPS), de l’Ambassade de France (SCAC), de l’Organisation Panafricaine de lutte contre le SIDA (OPALS), de l’ONUSIDA et de ses jeunes ambassadeurs, environ 4000 élèves dans les deux localités ont bien appréciés  les séances d’information – sensibilisation spectacle, suivies par l’offre du dépistage volontaire et gratuit.

Inge Tack, Directrice de l’ONUSIDA Gabon a félicité les maires qui sont passé de la parole aux actes et a souligné le rôle déterminant qu’ils peuvent jouer dans leur ville afin de réduire les nouvelles infections et d’atteindre les objectifs 90 90 90 d’ici 2020, notamment 90 % des personnes vivant avec le VIH connaissent leur statut sérologique; 90 % des personnes dépistées reçoivent un traitement antirétroviral durable; et 90 % des personnes recevant un traitement antirétroviral aient une charge virale durablement supprimée.

Les demandes d’appui des maires leaders, à la DGPS et à l’ONUSIDA, ont ouvert la porte à la création d’un beau partenariat avec le Service de Coopération et d’Action Culturelle (SCAC) de l’Ambassade de France, qui a cofinancé plusieurs évènements à Libreville, à Lambaréné, et maintenant à Ndende et à Fougamou.  La collaboration multipartite pour la mise en œuvre des engagements des Maires sur le VIH, a permis non seulement de développer des outils de communication, de former les animateurs, de sensibiliser les éleves ,dans et en dehors des écoles, mais aussi d’assurer le conseil pré- et post test, le dépistage gratuit sur place, avec le rendu d’un résultat immédiat. Il est important de noter qu’en cas de résultat positif, les équipes de jeunes conseillers accompagnent et orientent la personne, la mise immédiate sous traitement antirétroviral étant essentielle pour lui permettre de vivre normalement et dignement.

Les équipes de jeunes éducateurs de l’OPALS, renforcées par Michael Anicet, ambassadeur de l’ONUSIDA, Charly Tchatch, Ambassadeur Protest VIH, et Andy Nziengui, Ba’Ponga et MOON en tant que jeunes leaders, ont animé la foule pour faire passer les messages clefs: prenez votre vie en main, faites-vous dépister. « Il faut connaitre ton statut, positif ou négatif. Si c’est positif, alors il faut te traiter tout de suite, et protéger autrui contre le VIH, si c’est négatif, continue à te protéger contre le VIH et les autres IST », selon ces jeunes volontaires.

Ce partenariat multipartite a également permis d’être à l’écoute des jeunes qui ont souligné les problèmes d’accessibilité à l’information correcte, au dépistage et au traitement qui restent un énorme défi à l’intérieur du pays. Un témoignage poignant d’un ancien élève de Ndende qui a souffert de harcèlement sexuel par un enseignant et qui a eu son premier enfant à 15 ans dans cette localité a été longuement applaudie par les jeunes pour avoir brisé le silence sur ces pratiques abusives fréquentes. « Effectivement, le harcèlement et les grossesses précoces sont des véritables problèmes ici », selon le Maire de Ndende, « A titre d’exemple, en 2014-2015, nous avons comptés 80 grossesses abouties sur 350 filles scolarisées, c’est énorme ». « C’est inacceptable. Nous ensemble, avons la tâche de faire cesser les violences à l’égard des filles et de mettre un terme aux grossesses précoces », a déclaré Mme Denise Marthe Aplogan Ongotha,  Directrice Adjointe de la DGPS.

Vu l’énorme succès des modèles d’info et services qui répondent véritablement aux besoins des jeunes, le partenariat novateur entre ministère, mairie, société civile, jeunes, Nations Unies, donateurs, devrait se poursuivre dans d’autres villes. Selon les acteurs impliqués, c’est aux maires de faire la demande à la DGPS ou l’ONUSIDA et l’appui technique sera donné selon le principe du premier arrivé, premier servi. Eux de leur côté, n’épargneront aucun effort pour saisir chaque occasion de promouvoir la sensibilisation, le dépistage et le traitement. « En tant qu’élus, notre choix doit être celui de la solidarité. A Lambaréné, nous avons signé l’engagement sur le VIH, et nous sommes déterminés à prendre nos responsabilités et à nous montrer à la hauteur des engagements pris », a souligné Maité Mapangou, le maire de Ndende. « Chaque ville qui s’est engagée devrait élaborer des plans d’accélération de la riposte au sida et y allouer un budget à compléter par les partenaires publics et privés», a conclu Serge Mandi Mboula, le Maire de Fougamou. «De toute façon, c’est ce que je ferai et je mettrai également une cellule d’info dans la mairie. Ainsi nos populations bénéficieront des services de santé et de VIH de qualité, seront en meilleure santé et  pourront travailler pour le développement de leur localité ».

IT

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :