SANTE: Une technologie prometteuse pour les victimes d’infarctus

156872377

La société de biotechnologie française CellProthera réalise une première mondiale. Elle vient de traiter trois premiers patients avec des cellules souches sanguines pour restaurer leur tissu cardiaque après un infarctus.

C’est un motif d’espoir pour les personnes ayant subi un infarctus. Demain, grâce au traitement de thérapie cellulaire mis au point par CellProthera, elles pourront peut-être éviter de souffrir d’insuffisance cardiaque, un affaiblissement du coeur résultant de sa destruction partielle et pouvant nécessiter au bout du compte le recours à la greffe. La société de biotechnologie alsacienne a en effet débuté un essai clinique de Phase II dans le cadre duquel trois premiers patients ont déjà été traités. Il s’agit de personnes ayant subi un infarctus récent et dont la fonction cardiaque reste fortement impactée. Au total, 44 patients vont être recrutés en France et en Grande-Bretagne (33 traités et 11 non traités comme comparateurs).

Si les dirigeants de CellProthera sont optimistes, c’est qu’une étude préliminaire avait déjà été réalisée entre 2002 et 2007, portant sur huit patients très malades, éligibles à la greffe de coeur. « Or, ils sont tous encore en vie aujourd’hui, » se réjouit Philippe Henon, président et directeur scientifique de CellProthera. Une société d’une vingtaine de salariés qu’il a fondée en 2008 pour développer son approche sous la forme d’un traitement. Pour Jerome Roncalli, cardiologue interventionnel au CHU de Toulouse , investigateur principal de l’étude, « le gros avantage de l’approche de CellProthera c’est qu’elle est facilement réalisable et peut apporter une solution pour des malades auxquels on a actuellement peu de choses à proposer ».

Simple prise de sang

L’approche de CellProthera consiste à prélever des cellules souches sanguines (CD34) circulantes grâce à une simple prise de sang. Ces cellules sont ensuite multipliées par 20 dans un automate pendant 9 jours avant d’être réadministrées au patient. Pour cela, un catheter (du type de ceux qu’on utilise par exemple pour remplacer des valves cardiaques) introduit par voie fémorale, permet d’injecter les cellules dans les zones endommagées où elles se différencient et se multiplient pour constituer des cellules cardiaques. « Dans le cadre de l’essai de Phase II les patients qui peuvent quitter l’hôpital dès le lendemain font l’objet d’un suivi à un, trois et six mois grâce à des échographies et examens IRM » explique Jérôme Roncalli.

Kit à usage unique

Ce traitement qui pourrait concerner 25.000 patients par an en France et un million dans les pays riches constitue une alternative à la transplantation cardiaque. Avec de gros avantages : éviter une opération lourde et la prise de médicaments antirejet à vie (il s’agit des propres cellules du patient). Et il permettrait aussi des économies importantes puisqu’une transplantation à elle seule coûte quelque 200.000 euros alors que CellProthera envisage un prix de 25.000 à 30.000 euros par traitement. « Nous prévoyons de commercialiser un kit à usage unique explique Matthieu de Kalbermatten directeur général de CellProthera, et de le louer l’automate ou de le mettre à disposition gratuitement. »

CellProthera est la seule société a disposer d’un projet aussi avancé. Baxter qui menait un essai de Phase III avec des cellules souches dans l’insuffisance cardiaque chronique, a finalement abandonné faute de résultats suffisamment concluants tout comme le belge Celyad (ex-Cardio3 Bioscience) qui utilisait lui, un autre type de cellules souches. Enfin, l’américain NeoStem qui prélève les cellules souches sanguines dans la moelle osseuse a choisi une voie de réadministration apparemment moins efficace.

LEF

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :