Recherche

GABONINFOSLIVE

L'INFORMATION EN TEMPS REEL

Date

2 février 2017

SPORT: Football: CAN Gabon 2017: Le Cameroun « taille patron » en finale

image-ashx

Après l’Égypte, c’est au tour du Cameroun de rejoindre la finale de la CAN Gabon 2017. Les Camerounais ont éliminé les Ghanéens. Tout s’est joué en deuxième période, les coéquipiers de Moukandjo ont ouvert le score à la 71e minute par Ngadeu-Ngadjui avant d’assurer la qualification à la dernière minute de la rencontre. C’est Bassogog qui a inscrit le deuxième but de cette rencontre. Une nouvelle désillusion pour le Ghana dans cette Coupe d’Afrique des Nations.

Les « Lions indomptables » rugissent de nouveau. Le Cameroun, vainqueur du Ghana (2-0) jeudi en demi-finale de la CAN-2017 malgré son effectif rajeuni et la défection de ses cadres, affrontera dimanche l’Egypte pour le titre et une revanche, neuf ans après une défaite au même niveau. L’attente a été longue mais Hugo Broos, sans stars mais avec un groupe de jeunes joueurs « disciplinés » à l’image des buteurs Michael Ngadeu (73e) ou Christian Bassogog (90+4), a permis au Cameroun de retrouver son rang de nation majeure du continent africain. Un exploit au vu du calibre des nations en lice (Côte d’Ivoire, Algérie, Sénégal…) au début de tournoi. Hégémoniques au débuts des années 2000, avec la génération dorée de Patrick M’Boma, Rigobert Song ou encore le jeune Samuel Eto’o, les « Lions indomptables » n’ont plus disputé une finale de CAN depuis 2008.

Dimanche à Libreville, les Camerounais se sont offerts une opportunité rêvée de prendre leur revanche sur les « Pharaons », qui l’avaient emporté 1-0 dans les derniers instants du match sur un but d’Aboutrika. Signe du destin, le Cameroun avait déjà acquis à l’époque son billet pour la finale contre… le Ghana justement! Pour les « Black Stars », qui ont connu une trajectoire inverse à leur adversaire avec une place dans le dernier carré lors des six dernières éditions, cette élimination « prématurée » est un énorme coup dur. Finaliste malheureux en 2015, le Ghana était condamné a faire mieux pour mettre fin à la disette qui le poursuit depuis 1982. Ce n’est toujours pas pour cette année…

La domination a payé

Car la victoire du Cameroun ne souffre d’aucune contestation sur le plan du jeu, à l’inverse de celle de l’Egypte contre le Burkina Faso (1-1 a.p. 4-3 t.a.b.), de l’aveu même de son sélectionneur Hector Cuper. D’entrée de jeu, les « Lions indomptables » ont tout fait pour prendre les devants, en multipliant coup sur coup les occasions franches. Sur un corner de Moukandjo, Teikeu a cru ouvrir la marque de la tête mais un défenseur ghanéen a sauvé sur sa ligne son gardien Razak, qui semblait battu (7e). Dans la foulée Ndip Tambe, idéalement placé dans la surface, plaçait sa reprise trop sur le gardien au lieu de la croiser (12e).

Mais la plus grosse frayeur du côté des « Black Stars » est venu d’un tacle trop appuyé de Wakasso dans sa surface sur le virevoltant Bassogog. Alors que ses coéquipiers réclamaient un pénalty, Bakary Gassama, désigné comme le meilleur arbitre africain de l’année par la CAF, n’a rien vu d’illicite (13e). Jordan Ayew, titularisé en pointe à la place de son capitaine Asamoah Gyan, a donné un peu d’air à son équipe (25e, 40e) mais il s’est montré imprécis. Tout comme son frère André après un cafouillage dans la surface (67e).

C’est finalement le défenseur Ngadeu qui a ouvert le score en inscrivant un but opportuniste. Sur un coup-franc de Moukandjo, Boye gêne son gardien et dévie sur Ngadeu, seul dans la surface qui ne s’est pas fait prier (73e). Avram Grant tentait bien ensuite d’inverser le cours de la rencontre en faisant entrer en jeu Gyan (75e), le sort avait pourtant choisi son camp en laissant Bassogog alourdir la marque en fin de match sur un contre assassin (90+3).

Le même Christian Bassogog a été élu Homme du match de cette demi finale. Une distinction qu’il remporte d’ailleurs pour la deuxième fois de la compétition.

SKB

ECONOMIE: Le futur du recyclage ? Cette poubelle transforme vos déchets alimentaires en engrais

une-poubelle-recycleuse2

Whirlpool s’apprête à commercialiser un nouveau modèle de poubelle novateur. Il vous permettra de recycler vos déchets alimentaires en engrais. Une idée écologique qu’on espère voir se développer.

L’objectif du célèbre fabricant de produits d’électroménagers est de réduire considérablement les quantités importantes de déchets alimentaires produits par nos foyers. Il vous suffira pour cela de les placer dans le Zera Food Recycler et de remplir le bac situé sous la poubelle d’un additif à base de bicarbonate de soude et de noix de coco. Vous n’aurez plus qu’à attendre une journée avant de pouvoir récupérer votre engrais.

Équipé d’un filtre à charbon, le Zera Food Recycler vous évitera également les odeurs nauséabondes qui peuvent être émises lors du processus. Autre plus : vous pouvez également y jeter les restes de viandes ou de produits laitiers qui sont d’habitude déconseillés lors de la production d’engrais puisqu’ils peuvent attirer les insectes et les rongeurs.
Il faudra cependant mettre la main à la poche pour s’offrir cette poubelle hyper connectée que vous pourrez suivre à distance via votre smartphone, puisque son prix est de 1 000 dollars. A cela viendra s’ajouter l’achat de filtres à air qu’il faut renouveler tous les mois. D’autre part, l’engrais produit reste tout de même de moins bonne qualité qu’un engrais produit de manière traditionnelle.

Décoré de trois médailles lors du CES 2017 de Las Vegas, le Zera Food Recycler de Whirlpool devrait commencer à être commercialisé à partir de mars aux Etats-Unis. La firme n’a pas encore communiqué de date d’une éventuelle sortie en Europe mais nul doute que si le produit s’avère être un succès, vous pourrez aussi produire sous peu votre propre engrais.

LEF

LIBRE-PROPOS: Résolution contre le Gabon:Quand le Parlement du « roi blanc » européen méprise la Souveraineté du Gabon et snobe son alter ego Africain

sipa-ue-europe-turquie-1630858-jpg_1515583

Une forte rumeur fait état de ce que le Parlement Européen serait sur le point de présenter à l’adoption de ses membres, une résolution contre le Gabon ou du moins ses autorités.

En Alpha, dans mes modestes réminiscences d’étudiant en droit, il m’a été enseigné que la souveraineté d’un État traduisait de manière sommaire d’une part, le fait qu’à l’extérieur , un État n’était pas tenu de se soumettre à des INJONCTIONS ou obligations à l’égard d’autres États et des organisations internationales autres que celles qu’il a librement acceptées, et d’autre part, qu’en interne, il déterminait de son propre chef, les droits et devoirs qu’il assume à l’égard des personnes ou situations juridiques pour lesquelles son ordre juridique s’applique.

Il m’a été également enseigné, que le droit international coutumier consacrait de manière indiscutable le principe de non ingérence dans les affaires intérieures des États, au nom du principe d’égalité souveraine consacré par les Nations Unies et ratifié par ses États membres. Aujourd’hui, il me surprend que ces principes de droit international pourtant scandés à audible voix par les « rois de la démocratie mondiale », fassent l’objet du désormais « deux poids deux mesures » qui fait du continent africain et de ses dignes fils, le paillasson sur lequel le « roi blanc » européen, pose l’échelle de son interventionnisme « colonio-impérialiste ».

drapeau-gabon1

Au menu du jour de son insatiable libido, le Gabon. Cette ancienne vache à lait de la « France à fric foccardienne », au Peuple vaillant et affranchi, qui a récemment frôlé l’embrasement et le chaos, sous l’égide bien-pensante de la reine mère Européenne. Doit-on rappeler à ces « régents » de Strasbourg, déterminés à saucissonner le Gabon par une résolution au contenu inique et insipide, que le processus électoral d’Aout 2016 au Gabon a connu son point culminant avec l’ épuisement du contentieux de même nom, le Vendredi 23 Septembre 2016 par décision souveraine de la Mère de nos juridictions nationales, la Cour Constitutionnelle!?

Frappée du sceau de l’autorité de la chose jugée et auréolée de sa forclusion, cette décision de la Cour Constitutionnelle gabonaise, quelque soit les griefs que pourraient lui opposer ses pourfendeurs de circonstance, et rendue en présence de hauts magistrats africains, signifie en Droit qu’ aucune institution étrangère à l’Etat souverain du Gabon, fusse-t-il « Parlement Européen », n’est fondée à ouvrir un nouveau contentieux en la matière, à moins que l’Union Africaine qui agit sur son ressort territorial par parallélisme à l’Union Européenne, ne soit devenue une « sous-préfecture institutionnelle » de l’Europe à l’insu de ses États membres.

Il me fait dire de ce qui précède, que le continent africain ne se sera toujours pas affranchi du « roi blanc », prêt à tout pour conserver ses intérêts, tant que nous lui laisserons l’occasion permanente de jouer avec arrogance, à ce fameux jeu de « lancée de nain » pour la plus grande maltraitance du petit nègre d’Afrique, peut-être parce que n’est-il-toujours « pas entré dans l’Histoire »? Suivez mon regard…

Non Chers concitoyens européens du monde, le Gabon ne sera jamais votre punching ball, ni votre précédent jurisprudentiel impérialo-dominateur! Le Gabon n’acceptera pas de se faire guillotiner sur l’autel de votre mafia infeste! Car l’Afrique comme l’Europe s’est désormais affranchie, l’Afrique comme l’Europe est désormais souveraine, l’Afrique comme l’Europe a désormais ses institutions, l’Afrique comme l’Europe est désormais debout, l’Afrique comme l’Europe a désormais sa Relève , l’Afrique comme l’Europe n’est plus soumise, l’Afrique comme l’Europe, ne sera plus jamais régentée par des citoyens étrangers à son territoire, l’Afrique comme l’Europe est « désormais » entrée dans l’Histoire, et ses dignes fils de la nouvelle génération se dresseront comme un bouclier pour désormais assurer sa protection!

Non chers Concitoyens européens du monde, l’inégalité de traitement devant les lois internationales à laquelle vous voudriez nous astreindre par votre boulimie obsessionnelle à diriger au delà de vos frontières incestueuses, m’amène à conclure par une mise en garde: Nous n’avons pas vu votre premier coup venir, nous n’encaisserons pas un second. Non seulement nous allons l’esquiver, mais surtout, l’Afrique souveraine vous rendra la « politesse » du premier coup. J’ai dit.

VAM

SOCIETE: Pour faire taire les racistes, rappelez-leur que nos ancêtres étaient noirs il y a encore 8 000 ans

Les scientifiques s’accordent sur le fait que l’Homo Sapiens est né en Afrique de l’Ouest il y a environ 200 000 ans. Au départ nomades, les populations ont effectué de multiples migrations sur le continent africain, en Asie, en Europe puis sur le continent américain. Il est donc certain que nos ancêtres d’Afrique avaient la peau noire car celle-ci présente un avantage dans les latitudes très exposées aux rayons UV. L’évolution de la couleur de peau, comme toute évolution génétique, ne s’est pas faite en un jour, et la peau blanche est moins ancienne que ce que l’on peut croire.

À Saint-Louis, dans l’État du Missouri aux États-Unis, lors de la 84e réunion annuelle de l’Association Américaine des Anthropologues Physiques (American Association of Physical Anthropologists), le travail qui a permis d’éclaircir l’évolution des Européens a été présenté. En effet, une nouvelle étude a permis de démontrer que la peau blanche, la haute taille, la capacité à digérer le lait à l’âge adulte ainsi que d’autres caractéristiques ne sont apparues que récemment sur le continent européen. Un certain nombre de preuves montrent que la plupart des Européens d’aujourd’hui ne ressemblent pas à ceux d’il y a 8 000 ans.
Le séquençage du génome de 83 individus de différents sites archéologiques en Europe a apporté énormément de précisions sur les origines des peuples d’Europe. La comparaison de ces génomes a permis de distinguer au moins trois anciens peuples de chasseurs-cueilleurs et d’agriculteurs qui auraient migré vers l’Europe séparément durant les 8 000 dernières années. C’est le mélange de ces populations qui aurait donné naissance aux Européens d’aujourd’hui.

peintures-preshitoriques

L’équipe de chercheurs a ensuite recherché les gènes ayant subi une grande sélection naturelle. Ils ont comparé les génomes des anciennes populations européennes avec d’autres plus récents, du Projet 1000 Génomes (1000 Genomes Project). Au laboratoire d’Harvard de génétique des populations de David Reich, cinq gènes associés avec des changements de régime et de pigmentation de la peau ont été identifiés par le chercheur Iain Mathieson comme ayant subi une forte sélection naturelle.

D’après les scientifiques, les agriculteurs ayant migré du Proche Orient, il y a 7 800 ans, et les éleveurs ayant migré des steppes du nord de la Mer noire, il y a 4 800 ans, ne possédaient pas la version du gène LCT permettant la digestion du lactose. Ce n’est qu’il y a 4 300 ans que la tolérance au lactose s’est opérée chez les Européens.
Pour ce qui est de la couleur de peau, l’évolution est plus compliquée. Il est présumé que les individus venant d’Afrique et ayant migré en Europe, il y a 40 000 ans, avaient la peau noire. De nouvelles données confirment qu’il y a 8 500 ans, les chasseurs-cueilleurs d’Espagne, du Luxembourg et de Hongrie avaient eux aussi la peau noire. En effet, ils ne possédaient pas les gènes caractéristiques de la peau claire.

Jusqu’à il y a 5 800 ans, le 2e gène SLC45A2, distinctif de la peau blanche, n’était présent qu’à un niveau très bas en Europe, c’est plus tard qu’il s’est répandu. La population migrante du Proche Orient possédait les deux gènes de la peau claire, c’est donc après son arrivée et son mélange avec les populations de chasseurs-cueilleurs que le premier gène SLC24A5 s’est répandu et donc que les individus d’Europe centrale et du Sud ont évolué vers une peau plus claire.

homme-primitif
Dans le grand nord, plus précisément en Suède, où le niveau d’ensoleillement est faible, l’équipe de chercheurs a étudié les gènes de 7 individus chasseurs-cueilleurs datant d’il y a 7 700 ans. Non seulement, ils ont la version des deux gènes qui est caractéristique d’une faible pigmentation de la peau, mais en plus ils ont la version du gène HERC3/OCA2, qui donne les yeux bleus et qui pourrait contribuer à la peau pâle et aux cheveux blonds. Ce qui prouve qu’il y avait donc une différence de couleur de peau liée à la géographie.

blanc-noir

« L’émergence de la peau dépigmentée est due à un étonnant mélange entre diverses populations dispersées dans le nord de l’Europe », d’après la paléontologue Nina Jablonski. Cette étude fascinante nous prouve que, mis à part pour les populations du nord de l’Europe, la peau blanche est une caractéristique physique très récente en Europe, qui s’est développée grâce aux mélange de plusieurs groupes de personnes… N’en déplaise aux racistes!

SKB

ECONOMIE: Le digital : le véritable enjeu de la banque de demain

une-banque-technologies

Les banques misent de plus en plus sur la technologie pour améliorer les processus bancaires et l’expérience des clients, alors que de nouveaux acteurs (start-up) émergent et redéfinissent les prestations de services financiers. Par ailleurs, les institutions financières et bancaires sont amenées à traiter des volumes toujours plus importants de données, les incitant à migrer les systèmes existants vers des solutions plus agiles. Focus sur ces innovations technologiques, qui façonneront les banques de demain.

LE SMARTPHONE BOULEVERSE LE DIGITAL

pexels-photo-768x512

Aujourd’hui, le smartphone est devenu indispensable. D’après Les Échos, 58 % des Français en possèdent un, les banques ont misé sur cet outil pour améliorer leur service client et investissent dans le digital qui représente l’avenir du secteur bancaire. Les applications font désormais partie intégrante de la relation quotidienne entre un client et sa banque. En seulement quelques étapes, les particuliers peuvent effectuer des virements, des transactions, consulter leurs comptes ou encore obtenir un RIB où qu’ils soient. L’utilisation de ces applications est en constante progression, 23 % des Français consultent leurs comptes via leur smartphone ou leur tablette, rapporte BFM Business.

LE CLOUD, UNE QUESTION DE SURVIE

digit-768x542

Si pour des raisons de sécurité et de conformité, certaines banques étaient réfractaires à l’utilisation du cloud, les nouvelles exigences d’une clientèle toujours plus portée vers le digital les obligent à gagner en flexibilité. Les banques doivent aujourd’hui adapter et dynamiser leurs systèmes d’information pour tenter de profiter pleinement des opportunités technologiques telles que le Big Data. Le cloud va rapidement devenir indispensable et certaines banques l’ont déjà intégré !

LE DIGITAL, UN SOUCI DE SÉCURITÉ ?

bigdata-1423786_1280-768x432

Alors que les transactions digitales et mobiles se généralisent, les banques doivent en parallèle lutter contre la cybercriminalité et le piratage de données. La technologie Blockchain, par exemple, joue le rôle « d’intermédiaire financier », pour accélérer et sécuriser les transactions, qui se veulent instantanées, chiffrées et vérifiables publiquement. Aujourd’hui, les banques regardent cette technologie de très près et l’expérimentent pour évaluer son efficacité lors d’opérations transactionnelles.

LA BANQUE DE DEMAIN

robot-768x543

Si les banques se concentrent sur l’innovation de systèmes toujours plus sécurisés et transparents, d’autres sont d’ores et déjà en train d’imaginer la banque de demain. Dans l’optique de réinventer un secteur indispensable dans la vie de chacun, le système EVA (Enlightened Virtual Assistant) vise à rendre la banque totalement « invisible », mais ancrée au coeur de notre quotidien, et ce, d’ici à 2030. Ce dispositif, une sorte de “ Siri ” ultra-développée, a pour vocation de devenir un véritable assistant personnel pour les particuliers, en leur apportant, entre autres, conseils et astuces sur la manière de gérer leur argent.  Si EVA est conduite par l’évolution de l’intelligence artificielle, elle aspire à combiner la banque avec notre routine quotidienne en toute transparence. Constamment disponible, elle peut être personnalisée à vos besoins, vous aidant à vivre plus confortablement. Même si cette technologie ne sera pas forcément utilisée par toutes les banques, elle est un bon exemple de la direction dans laquelle se dirige le secteur bancaire, qui mise désormais sur la digitalisation.

L’évolution du secteur digital et du paysage technologique global pousse les grands acteurs financiers à innover. Parmi les banques concernées, Société Générale recrute actuellement de nombreux profils dans sa filière IT, profils qui contribueront à répondre aux enjeux du numérique et façonner la banque de demain.

JFN

ECONOMIE: MicroSave et The MasterCard Foundation s’associent pour faire avancer les services financiers digitaux en Afrique francophone

sans-titre1

MicroSave, en partenariat avec The MasterCard Foundation, a lancé aujourd’hui un nouveau programme visant à développer des formations en finance digitale adaptées aux marchés africains francophones. Le programme devrait bénéficier à plus de 250 fournisseurs de services financiers digitaux dans la région de l’UEMOA, la République Démocratique du Congo, et Madagascar. De plus, un portail de connaissances sur la finance digitale en français sera lancé et positionné comme la « référence » pour s’informer sur les services financiers digitaux.

La transition de transactions en espèces aux services financiers formels procure des avantages économiques et une stabilité qui profite non seulement aux personnes à faible revenu mais aussi à leurs familles et à l’économie. L’accélération de l’inclusion financière à travers les services financiers digitaux ne peut se réaliser que si les acteurs de l’écosystème comprennent les besoins des clients et comment y répondre par une offre attrayante fournie à travers des canaux accessibles et fiables.

Le programme annoncé aujourd’hui permettra aux marchés francophones d’accéder à une offre de formation adaptée au contexte local. Il fournira également des données comparatives à l’échelle régionale et un canal d’accès à l’expertise francophone pour les prestataires de services financiers locaux et les institutions gouvernementaux concernées.

Le Directeur de MicroSave, Graham Wright, a déclaré : « Nous nous réjouissons de capitaliser sur nos expériences et d’étendre notre connaissance aux marchés francophones. Nous voyons une opportunité d’accroitre l’inclusion financière dans ces marchés en collaboration avec les régulateurs, les institutions financières, les opérateurs de téléphonie mobile, et les gestionnaires de réseaux d’agents. »

Sumaiya Sajjad, Manager de Programmes à The MasterCard Foundation, a indiqué : « Nous croyons que des réseaux d’agents performants représentent un fort potentiel pour atteindre un nombre important d’individus non-bancarisés en Afrique Subsaharienne. Notre partenariat avec MicroSave pour lancer le Réseau Helix permettra de soutenir un éventail d’institutions financières et renforcer les capacités techniques et stratégiques des équipes de direction et du personnel, en leur apportant les moyens de répondre aux besoins des clients à travers les réseaux d’agents. »

Les services financiers digitaux sont en pleine expansion dans les marchés ciblés mais sont entravés par des taux élevés d’inactivité des clients et une offre limitée de produits et de services. La formation et l’assistance technique conduiront au développement d’une offre de services adaptés et durables qui réponde véritablement à la demande et optimiseront le potentiel de la finance digitale.

Après avoir entendu parler du Réseau Helix, Maxime Fado, Chef de la Division Mobile Money de Moov Bénin, a souligné que : « cette nouvelle enrichira notre connaissance sur les meilleurs pratiques du secteur. Les formations en français en Afrique de l’Ouest permettront réellement de se focaliser sur les spécificités du service dans les marchés locaux. »

Le Réseau Helix s’appuiera sur les leçons de l’Institut Helix de Finance Digitale and travaillera étroitement avec les fournisseurs locaux pour offrir des enseignements clés tirés de la recherche et des expériences opérationnelles. Cette approche conduira à mieux comprendre les modèles appropriés, les produits et les services pour lancer ou renforcer les solutions de finance digitale.

APO

SPORT: Football: CAN Gabon 2017: Ghana ou Cameroun ?

siani_-_cameroun_0

ghana_30012017_otric_1213_n_700_cameroon-info-p-net_800xm9x

Qui jouera la finale de la CAN Total Gabon 2017 contre l’Egypte, le Cameroun ou le Ghana ?

Pour mémoire les Lions Indomptables ont déjà disputé sept demi-finales. Ils ont perdu une seule fois, en 1992 aux tirs au but contre la Côte d’Ivoire. Lors des 6 autres éditions, ils ont atteint la finale et remporté le titre à quatre reprises. Les Black Stars ne sont pas en reste puisqu’ils comptent à leur palmarès onze demi-finales dont six victorieuses, la dernière, il y a deux ans contre la RD Congo.

Curieusement les deux protagonistes de la deuxième demi-finale 2017 ne se sont rencontrés qu’une seule fois à ce stade de la compétition. C’était en 2008. Le Ghana, chez lui, s’était incliné 0-1, sur un but du remplaçant Alain Nkong.

Pour atteindre les demi-finales, le Cameroun n’a remporté qu’une seule de ses quatre rencontres face à la Guinée Bissau. Ses trois autres sorties se sont soldées par autant de nuls, Burkina Faso, Gabon et le Sénégal en quart de finale qu’il a écarté aux tirs au but.
Le Ghana a battu de justesse l’Ouganda et le Mali avant de s’incliner devant l’Egypte. En quart de finale, il a écarté la RD Congo.

Les coéquipiers d’Asamoah Gyan, dont la présence n’est pas encore certaine, ont marqué un but de plus, 4 contre 3, ils sont à égalité avec ceux de Benjamin Moukandjo au nombre de buts encaissés, deux chacun. Les deux équipes ont donc le même point fort, la défense mais manquent d’efficacité devant. Devront-ils eux aussi comme l’Egypte et le Burkina Faso se départager dans l’épreuve des tirs au but ? Impossible de le savoir. Il est difficile de les départager.

Au départ les Ghanéens faisaient partie des premiers challengers pour le titre, au regard de leur cinq demi-finales consécutives depuis 2008, les Camerounais étaient plutôt rangés parmi les outsiders avec le désistement de sept joueurs importants pour raisons personnelles.

« Nous ne sommes pas favoris, peu importe l’adversaire. On fera ce qu’on sait faire le mieux pour aller jusqu’au bout de ce tournoi », confie une des bonnes surprises de l’équipe camerounaise, Christian Bassogog qui poursuit. « On a joué tous ensemble, avec la même détermination, la même solidarité, le même engagement physique, et toujours dans un esprit de gagneurs ».

Le Cameroun devra confirmer sa solidité derrière car en face les Ghanéens possèdent plusieurs bons fusils, notamment les frères André et Jordan Ayew. André le vice-capitaine de l’équipe a égalé, lors du quart de finale avec la RD Congo, le record d’Asamoah Gyan de meilleur buteur du pays en Coupe d’Afrique des Nations avec désormais huit buts à son actif, un de mieux que le légendaire Osei Kofi.

Même en tricotant et détricotant toutes les données accumulées des deux équipes depuis le début de la compétition, il est bien difficile de dire ce que sera l’issue de cette deuxième demi-finale. L’expérience donne l’avantage aux Black Stars dont quinze joueurs ont déjà un passé dans l’épreuve quand Nicolas Nkoulou et Georges Mandjeck n’en sont qu’à leur troisième participation. Avec les Lions Indomptables, il faut toujours se méfier. Ils sont capables de tout surtout quand on ne les attend pas.

Par anticipation, le Cameroun a affronté deux fois l’Egypte en finale (1986, 2008), le Ghana une fois (2010). Chaque fois ce sont les Pharaons qui ont été consacrés.

CAF

SPORT: Football: CAN Gabon 2017: Cameroun – Ghana : les face-à-face du passé

6899125lpaw-6899249-article-jpg_4066372_660x287

Aussi étonnant que cela puisse paraître, Black Stars et Lions Indomptables ne se sont affrontés qu’à trois reprises depuis 1957, année de la création de la Coupe d’Afrique des Nations alors qu’ils ont marqué d’une empreinte indélébile l’histoire du football continental.

Match de poule 1982 en Libye
CAMEROUN  –  GHANA  0-0
Mardi 9 mars 1982
Stade du 11 juin, Tripoli
Spectateurs: 40,000
Arbitre: Mohamed Larache (Maroc)
Cameroun: Thomas Nkono – Edmond Enoka, Ibrahim Aoudou, Elie Onana, Ephrem  Mbom – Théophile Abéga, Emmanuel Kundé, Grégoire Mbida – Bonaventure Djonkep, Roger Milla, Jacques Nguéa (Eugène Ekoulé 69). Entraîneur: Rade Ognanovic (Yougoslavie)
Ghana: Owusu Mensah  – Haruna Yusif, Sampson Lamptey, Isaac Paha, Kwame Sampson – Kofi Badu (Abedi Pelé 81), Albert Asase, Emmanuel Quarshie – Koffi Abbrey, George Alhassan, Opoku Nti.Entraîneur: Charles Kuymi Ngyamfi (Ghana)

Match de poule 2000 au Ghana

GHANA  –  CAMEROUN  1-1 (0-1)
Samedi 22 janvier 2000
Stade Accra
Spectateurs: 45,000
Arbitre: Ali Bujsaim (Emirats)
Buts: Kwame Ayew (57) pour le Ghana; Marc-Vivien Foe (20) pour le Cameroun
Avertissements: Stephen Baidoo (47) pour le Ghana; Pierre Njanka (8), Pierre Wome (87) pour le Cameroun
Ghana: Richard Kingston – Samuel Johnson, Samuel Osei Kuffour, Stephen Baidoo, Mohammed Gargo (Mark Edusei 55), Alex Nyarko – Augustine Ahinful (Peter Ofori-Quaye 31), Charles Akonnor, Christian Gyan – Kwame Ayew, Otto  Addo (Stephen Appiah 67). Entraîneur: Giuseppe Dossena (Italie)
Cameroun: Alioum Boukar – Lauren Etame Mayer, Rigobert Song, Raymond Kalla, Pierre Wome – Pierre Njanka, Geremi Njitap, Marc-Vivien Foe, Salomon Olembe (Lucien Mettomo 81) – Joseph-Désiré Job (Pius Ndiefi 64), Patrick Mboma (Samuel Eto’o 80). Entraîneur: Pierre Lechantre (France)

Demi-finale 2008 au Ghana

GHANA – CAMEROUN  0-1 (0-0)
Jeudi 7 février 2008
Stade Ohene Djan, Accra
Spectateurs: 40,000
Arbitre: Abderahim El Arjoune (Maroc)
Buts: Alain Nkong (71) pour le Cameroun
Avertissements: Rigobert Song (70) pour le Cameroun
Expulsion: André Bikey (90) pour le Cameroun
Ghana: Richard Kingson – John Pantsil, Eric Addo, Michael Essien (cap), Hans Adu Sarpi – André Ayew (Ahmed Barusso 85), Anthony Annan, Sulley Ali Muntari, Haminu Draman – Quincy Owusu-Abeyie (Baffour Gyan 62), Junior Agogo. Entaîneur: Claude Le Roy (France)
Cameroun: Carlos Idriss Kameni – Geremi Njitap, Rigobert Song, André Bikey, Timothée Atouba – Achille Emana (Gilles Binya 77), Stéphane Mbia, Alexandre Song, Mohamadou Idrissou (Joël Epalle 46) – Joseph Désiré Job (Alain Nkong 62), Samuel Eto’o. Entraîneur: Otto Pfister (Allemagne).

CAF

SPORT: Football: CAN Gabon 2017: Et une finale de plus pour l’Egypte

55ed84a3-1bea-4bc9-aa54-571d658838a8

L’Egypte jouera le dimanche 5 février sa 9e finale de Coupe d’Afrique des Nations. Ele a gagné son billet pour l’ultime rencontre de la présente édition à l’issue d’une séance de tirs au but (4-3) face à une formation du Burkina Faso qui aura eu, pendant l’essentiel de la partie et au cours des prolongations, la maîtrise du ballon.

Personne n’aurait crié au scandale si les rôles avaient été renversés au coup de sifflet final. Dommage pour les Etalons ; Même au cours des tirs au but, ils avaient bien commencé avec un ballon d’Abdalla EL Saïd détourné sur son poteau par le jeune gardien Hervé Koffi. Alain Traoré réussissant sa tentative, les hommes de Paulo Duarte furent en tête jusqu’au quatrième tir, le gardien Koffi stoppé par son vis-à-vis. Pour la première fois les Egyptiens prenaient l’avantage à leur cinquième tentative, avantage décisif puisque Bertrand Traoré, le dernier buteur des Etalons échouait face à la main assurée d’Essam El Hadary.

Les Etalons avaient attaqué la rencontre sans complexe, bien organisés et faisant le jeu. A leur habitude les Pharaons se cantonnaient dans une position très attentiste. Il leur faudra attendre la 38e minute pour solliciter le gardien Hervé Koffi sur une frappe de Mahmoud Kahraba. Auparavant, en effet, le jeune portier burkinabè n’avait pas été sollicité à l’inverse d’Essam El Hadary même si ce dernier ne fut pas réellement mis en danger, se permettant quelques fautes de main dans sa surface dont les camarades de Charles Kaboré ne purent mettre à profit.

Aristide Bancé, le joker, aligné cette fois dès le départ ne se signala que sur un retourné acrobatique. Un contrôle de la poitrine, dos au but, et une tentative pas réellement dangereuse. Les Burkinabè avaient eu la maîtrise du ballon tout au long de la première période mais en dépit des espaces trouvés dans la défense égyptienne ne surent en profiter. Les hommes de l’Argentin Hector Cuper respectaient la consigne, ne pas encaisser de but, au point qu’à plusieurs reprises ils se retrouvèrent à onze dans leur moitié de terrain. Le match était sérieux, appliqué, les Burkinabè avaient donné vie au match sans récolter le fruit de leurs efforts, sans doute par manque de percussion devant.

Au retour des vestiaires, il y eut une petite baisse de régime des Burkinabè, sans que la physionomie du match s’en trouve changée, les Pharaons semblaient comme momifiés.

Il faudra encore une fois la patte magique de Mohamed Salah, une superbe frappe enroulée de son pied gauche, pour leur permettre de prendre l’avantage, contre le cours du jeu (1-0, 66’). Aristide Bancé qui avait marqué un but très important en quart de finale contre la Tunisie, rendait quelques minutes plus tard l’espoir aux siens. Une talonnade judicieuse de Steeve Yago, sur la ligne de but égyptienne, pour son capitaine Kaboré qui alerte, Bancé légèrement sur la gauche du but. Contrôle de la poitrine et tir instantané de son pied droit à cinq mètres du gardien égyptien (1-1, 72’). Il y aura encore quelques occasions de se lever dans les tribunes pour les supporters des Etalons. La séquence ultime, les tirs au but, leur aura été fatale.

Les tirs au but:

Egypte Burkina Faso
Abdalla El Saïd 0-1 Alain Traoré
Ramadan Sobhi 1-2 Banou Diawara
Ahmed Hegazi 2-3 Steeve Yago
Mohamed Salah 3-3 Hervé Koffi
Amr Warda 4-3 Bertrand Traoré

Homme du match TOTAL : Essam El Hadary (Egypte)

Hector Cuper (sélectionneur de l’Egypte)

« Dès le début de ce match on savait que cela n’allait pas être facile parce que le Burkina Faso est une équipe très rapide. Ils ont été meilleurs que nous, et ont eu plusieurs occasions qu’ils n’ont pas su concrétiser. On a éprouvé beaucoup de fatigue. Notre souhait était d’arriver aux tirs au but parce tout peut se passer. Nous sommes très contents d’être en finale. Pour l’instant, on va faire en sorte de récupérer et chercher à savoir qui sera notre adversaire pour adopter notre stratégie en fonction de son identité.
J’ai bon espoir que cette 13e finale va nous porter chance, même si à vrai dire je ne suis pas très chanceux en finale. C’est déjà une finale très spéciale pour moi. Notre objectif sera de gagner. J’espère qu’on aura l’occasion de célébrer (la victoire) avec l’ensemble du pays. »

CAF

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :