CULTURE: Le label OKAYAFRICA désigne une Gabonaise parmi les 100 femmes africaines les plus en vue dans le monde

unnamed (3)

Aida TOURE, de mère Gabonaise et de père Malien, est née à Oyem au Gabon et a poursuivi ses années collège au Lycée National Léon Mba. C’est dès son plus jeune âge, que ses parents lui transmettent l’amour pour les beaux-arts, l’initiant à l’histoire et à la civilisation africaine, à la musique et à la culture en général.

C’est ainsi qu’en 1995, elle quitte le Gabon pour New York où elle s’est installée depuis. La jeune femme passionnée d’histoire africaine, se lance dans l’univers de la peinture et de la poésie, inspirée par la culture SOUFI jusque-là largement dominée par les hommes.

Elle développe peu à peu une approche unique où technicité, force du détail, harmonie des couleurs donnent à son art une intensité singulière, à travers laquelle peinture et écriture s’entremêlent dans une fusion inédite, projetant l’âme vers une rencontre avec le divin propre au soufisme.

C’est le reflet de cet univers spirituel riche en profondeur qu’a su rendre Aida, et que le label OKAYAFRICA a tenu à honorer en distinguant cette jeune Gabonaise parmi les 100 femmes africaines dans le monde qu’il faudra suivre en 2017.

Au plan de sa production littéraire, on peut relever trois (3) recueils de poésie en anglais: « Unmanifest Poems », « The Sublime Sphere », et « Nocturnal Light ». La sortie de son 4eme recueil de poésie « COSMICITE » est imminente. Aida a également été sollicitée par l’Université de New York dans le cadre d’un programme de mentoring pour étudiants en histoire africaine.

On compte par ailleurs parmi les collectionneurs de ses chefs d’œuvre le Département d’Etat américain à travers le programme international « Art in Embassies ». Ses expositions de peintures sur les thèmes de l’origine africaine des peuples suscitent une attention croissante dans les évènements culturels afro-américains.

Chapeau donc à l’artiste restée attachée à son pays le Gabon et qui encourage les jeunes talents du Gabon et de l’Afrique en général, à poursuivre leurs rêves en priorisant leur vision, leurs valeurs, et en persévérant, car dit-elle, la persévérance ouvre les portes du succès.

SKB

Advertisements

4 commentaires sur “CULTURE: Le label OKAYAFRICA désigne une Gabonaise parmi les 100 femmes africaines les plus en vue dans le monde

Ajouter un commentaire

  1. Très bon article. Aussi je voulais savoir. Etant dans le 7ème art, je prépare un événement à l’Institut Français du Gabon le 1er Avril dès 19h et souhaiterais que vous fassiez ( si possible) un article à ce sujet. Merci et bonne fin d’après midi

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :