POLITIQUE: Quelques déclarations issues de la cérémonie inaugurale

unnamed (1)

ALI BONGO ONDIMBA

L’heure est donc à l’échange de la parole au service de la Nation

Ce Dialogue politique s’ouvre sept mois après la tenue de l’élection présidentielle du 27 août 2016, à l’issue de laquelle certains de nos compatriotes optèrent d’emprunter le chemin de la violence pour exprimer leur désaccord

J’avais déjà eu l’occasion, lors de mon discours d’investiture, le 27 septembre 2016, ici, dans cette même salle, de souligner l’impasse dans laquelle mène ce choix. Car, la violence dans notre pays a toujours été un chemin qui n’a jamais mené nulle part, sauf à la désolation et au malheur collectif

La vérité des faits est que les palabres post-électorales au Gabon ne datent pas d’aujourd’hui. Elles sont aussi vieilles que l’histoire des élections dans notre pays

Il n’y a rien de nouveau sous le soleil gabonais. Ce que d’aucuns nomment aujourd’hui crise n’est et doit rester une querelle de famille dont nous devons trouver ensemble l’issue

Nous avons toujours fait le choix majoritaire du dialogue comme modalité principale de règlement de nos différends politiques. C’est là l’un des traits essentiels de notre culture politique : plus prompts à la palabre, mais aussi au dialogue plutôt qu’à l’affrontement violent. C’est, en effet, cela le constituant essentiel de notre ADN politique national

Notre pays se trouve dans un espace-temps particulier où le vieux monde, dominé par les privilèges indus, n’a pas complètement disparu, et où le nouveau, celui de l’égalité des chances, tarde à naître. C’est cette tension, et rien d’autre, qui fait fondamentalement crise

Nous devons en sortir en réformant notamment notre système institutionnel, ainsi que la structure de notre économie, pour faire naître le nouveau monde. Tel est l’objectif principal de ces assises : définir collectivement les contours de ce nouveau monde. Un nouveau monde qui accepte l’empire de la Loi, le respect de l’Autre et l’intérêt général

Nos institutions doivent, avant toute chose, refléter notre identité

En menant avec détermination, patriotisme et sagesse ces échanges, en pensant d’abord au Gabon, notre cher pays, vous avez la lourde mission d’indiquer au peuple gabonais l’horizon du futur

En parlant du futur, je pense d’abord à la jeunesse qui doit mériter toute notre attention car le pays que nous voulons bâtir est d’abord leur pays. Faisons confiance à cette jeunesse. Impliquons-la dans les choix que nous avons à faire pour le pays que nous devons leur léguer

Je vous invite aussi à ne pas oublier nos mères, nos soeurs, nos épouses et nos fille qui sont le socle et le sel de notre nation. Vos échanges doivent prendre en compte leurs aspirations légitimes pour une plus grande participation à la vie sociale, économique et politique de notre pays

N’en doutons pas : l’Afrique est l’avenir du monde. Cessons donc de chercher au loin ce qui se trouve sous nos pieds

EMMANUEL ISSOZE NGONDET, co-président de la délégation de la majorité

L’instant qui nous réunit ce jour va entrer dans l’Histoire, une Histoire écrite en lettres d’or

Ce n’est qu’ici et entre nous-mêmes, que nous pouvons redessiner les contours de la société politique dont nous voulons. Ce sera assurément, le lieu de réaffirmer par-dessus tout, la prééminence de notre destin commun, de notre vivre ensemble, de notre paix légendaire, en un mot, de ce qui constitue le socle de notre Gabon, sur toutes les autres considérations.

RENE NDEMEZO OBIANG, co-président de la délégation de l’opposition

Nous allons avec nos compatriotes de l’opposition et de la majorité suivre les travaux du Dialogue, selon des thématiques arrêtées par consensus. Il s’agit maintenant d’entrer dans le vif du sujet, pour des discussions franches, fraternelles et patriotiques. Nous sommes tous des Gabonais

De ce Dialogue sortiront des réformes qui bénéficieront au peuple tout entier. A propos des absents, et bien je veux souligner que ce dialogue est inclusif, et qu’ils peuvent nous rejoindre demain ou après-demain. Tous les Gabonais sont volontaires pour, par-delà leurs différences, travailler ensemble. Les parties prenantes doivent s’impliquer en toute sincérité et apporter des critiques constructives.

FAUSTIN BOUKOUBI, co-président de la délégation de la majorité

L’une des valeurs fondamentales du parti que j’anime s’appelle le dialogue. Œuvrer pour le Gabon et pour le bien-être de son peuple devrait être une volonté commune. Nos militants ont le souci permanent de rassembler la nation. Alors, quand des filles et des fils de ce pays, potentiellement riches de leurs contributions, ne sont pas là, nous ne pouvons que le déplorer

Leur apport aurait été utile et ceux qui, aujourd’hui, les soutiennent auraient bien besoin de voir prises en compte leurs idées. En vérité, les conclusions du Dialogue politique initié cette semaine sont destinées à s’appliquer à tous, en intégrant le corpus des lois et règlements de la République

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :