Recherche

GABONINFOSLIVE

L'INFORMATION EN TEMPS REEL

Date

13 avril 2017

SOCIETE: Les gagnantes des New African Woman Awards 2017 ont été annoncées lors de la soirée de gala du 12 avril à Dakar, Sénégal

unnamed (13)

Organisé par le magazine New African Woman, les Trophées reconnaissent, célèbrent et honorent les femmes africaines exceptionnelles qui ont eu un impact dans leurs communautés et pays au cours des 12 derniers mois.

Amina J. Mohammed – la nouvelle secrétaire adjointe des Nations unies – a gagné le Trophée de la femme africaine dans la politique. Elle a été ministre de l’Environnement au Nigeria. Elle a joué un rôle clé dans les objectifs de développement durable (SDG) et dans ceux du Millénaire pour le développement (OMD).

Les gagnantes ont été sélectionnées par un Jury indépendant parmi 68 candidats choisis par les lecteurs dans 12 catégories.

Le Trophée de femme africaine dans la santé est allé au Dr Helena Ndume de la Namibie, une pionnière dans la chirurgie de la cataracte, qui a réalisé plus de 35 000 opérations entièrement gratuitement.

Le Maroc a vu la femme d’affaires Salwa Idrissi Akhannouch, emporter le Trophée de la femme africaine dans l’entreprise. La zimbabwéenne Tsitsi Masiyiwa a reçu le Trophée de l’éducation pour le travail de la Higherlife Foundation. Elle offre des bourses aux enfants orphelins et vulnérables pour leur donner une meilleure chance dans la vie. Plus de 250 000 enfants ont été scolarisés.

Le Trophée Nouvelle Génération (On the rise) – une catégorie qui a reçu le plus de nominations – a été gagné par la militante des droits des filles kenyanes et la conseillère jeunesse de l’ONU, Femian Vivian Onano.

Le Trophée de Femme africaine dans la société civile a été donné à Theresa Kachindamoto, qui a annulé plus de 300 mariages d’enfants dans son village au Malawi, un exploit qui a joué un rôle important en obligeant le gouvernement à interdire les mariages d’enfants dans tout le pays.

Les autres gagnantes sont Joan Okorodudu du Nigéria (Femme africaine dans les arts et la culture) pour ses services dans la mode africaine ; Binta Touré Ndoye du Mali (Femme africaine dans la finance) ; Amira Yahyaoui de Tunisie (Femme africaine dans les médias) et l’ancienne Commissaire de l’Union africaine, Tumusiime Rhoda Peace, est la la lauréate de la femme africaine dans l’agriculture.

Le Trophée Femme africaine dans le sport a été attribué à Fatma Samoura du Sénégal – la secrétaire générale de la FIFA.

APO

CULTURE: Théâtre: Clôture de la 4e édition du Festival coup de théâtre: Un bon cru !

Société et Culture

Débuté le 3 avril le Festival coup de théâtre s’est achever le 8 avril dans les locaux de l’Institut Français du Gabon sur une note positive. Alliant tradition et modernité, l’événement a surtout consacré Michel Ndaot.

Aussi, la programmation prévue à cet effet était pleine de surprise avec:

MALEDICTION
Texte : Sylvie Ntsame Adaptation et mise en scène : Jean Hilaire Obame Essono
Avec : Judicaël Ossa, Anaël Menie, Destinée Mayidza, Hervé Zeng, Arnaud Moulili, Ntsame Essono, Thibault Ondo Mba, Emilie Ada Bengone

Joël Ondo est rentré de France depuis trois ans, nanti d’un diplôme d’ingénieur et géologie. Il travaille dans une société pétrolière de la place. Il est responsable du laboratoire. Voyant que son fils tarde à se marier, son père décide de lui prendre une femme au village, sans son accord. Entre tradition et modernité, Joël saura t-il dénouer cette union avec doigté ?

LE PETIT CABARET DU THéâtre des ombres
Ce spectacle s’inscrit dans la grande tradition du théâtre d’ombres de la butte Montmartre de la fin du XIXe. A partir d’histoires chantées (Orphée et Eurydice, Une jeune Grenouille), de diverses saynètes et performances de théâtre d’ombres (French
Cancan, Danses Persanes, Danses Russes, Une Danse Macabre burlesque… ) Le Petit Cabaret est un spectacle qui mêle humour, esthétisme et musique.

NGATA
Ecriture et mis en scène: Michel Ndaot Direction chant: loick NIVINO .M. Avec : Midrid Louimet, Claude Mounguengui Adriella LOU, Sylvie Boukandou

La scène a lieu dans un univers carcéral partagé par quatre femmes. Chacune des détenues rêve d’une possible liberté. Ngata est une satire sociale qui se sert de la réalité de ce milieu pour proposer une peinture de la société, des couches les plus défavorisées jusqu’aux plus nobles. Les corps s’entremêlent au rythme d’une agonie lente et mortelle. C’est l’expression d’un microcosme clos et violent dont l’unique issue reste la force et le pouvoir des mots, allant de l’argot aux néologismes.

Les Bruits de CouloirS
Adaptation et mise en scène : Guy Joël Ntchango pour le Théâtre National Avec : Ambroisine Bibalou, Germain Mezui Mezeme, Rita Bissafi, Olivier Nziengui Mouloungui, Nadine Ivora Doukaga, Hervé Zeng Mendene, Ntsame Essono, Aloisia Ngombamoye, Olivier Ovono Nguema Régisseur : Modeste Boukica Costumes : Mireille Nzoubou

Le peuple Kinanguois est en émoi. Le roi du Kinango, soutenu par la reine, a décidé de transformer le royaume en République dont il admire les vertus de gouvernance. Le
peuple, sa famille et même les diplomates s’y opposent. Une réunion de famille est
convoquée au Palais Royal afin de dissuader le roi. Ces forces parviendront-elles à faire changer d’avis le souverain du Kinango ?

MA FEMME, SON AMANT, SA COPINE ET MOI
Texte: Eric Joel Bekale Mis en scène: Michel Ndaot Assistant : Nicaise Anguila .O. Avec : Michelle Likoum, Thézy Ada, Hervé Zeng Thibault Ondo Mba, Olivier Ovono, Lois Deniau

L’histoire d’un couple dont l’épouse (Marie-Lou) est choyée par un mari (Patrick) qui désire fonder une famille exemplaire. Mais sa bien-aimée a un amant. Elle ignore cependant que son amie Chantou entretient une relation amoureuse avec son mari. Cette pièce retrace l’histoire classique du ménage à trois…. A quatre, inspirée du sketch du grand humouriste africain Jean Miché Kankan.

MON CRI DE DETRESSE
Texte : Diane Dallas Ntsame Essono Adaptation et mise en scène : Guy Joël Ntchango pour le Théâtre National Avec : Hervé Zeng, Ntsame Essono, Olivier Nziengui, Germain
Mezui, Nadine Ivora, Rita Bissafi, Faty Ngombamoye, Olivier Ovono, Ambroisine
Bibalou Régisseur : Modeste Mbombe Boukica

Suite à la disparition de Philippe, un conseil de famille est convoqué à la maison familiale pour statuer sur sa succession. Sa veuve, récalcitrante, refuse catégoriquement d’être l’objet d’un héritage lui échappant. La famille du défunt se met en courroux et décide de l’expulser de sa maison, ainsi que ses enfants, et de s’accaparer tous ses biens. Un des frères du défunt se dresse face à sa famille, alors que la coutume lui destine ce legs. Il rejette l’idée sordide d’hériter de la veuve, mais la famille n’en démord pas. Que va faire Maria face à ce triste sort ?

SKB

CULTURE: Cinéma: La Sélection officielle du Festival de Cannes 2017

selec-2017-FR-newslet

La Sélection officielle du 70e Festival de Cannes a été annoncée ce jeudi 13 avril à 11h au cours de la Conférence de presse tenue par Pierre Lescure et Thierry Frémaux à l’UGC Normandie, à Paris.

Voici la composition de la sélection officielle de la 70ème édition du Festival : 18 films sont en compétition pour la Palme d’Or, trois sont hors compétition, 16 films figurent dans la catégorie Un certain regard. Les films sélectionnés viennent de 29 pays:

Les séances spéciales
Top of the Lake, de Jane Campion
Come Swim, de Kristen Stewart (court métrage)
24 Frames, de Abbas Kiarostami
Twin Peaks, de David Lynch (deux épisodes de la nouvelle saison)
An Inconvenient Sequel, de Bonni Cohen et Jon Shenk
12 jours, de Raymond Depardon
They, de Anitha Ghazvinizadeh
Claire’s Camera, de Hong Sangsoo
Promised Land, de Eugene Jarecki
Napalm, de Claude Lanzmann
Demons In Paradise, de Jude Ratman
Sea Sorrow, de Vanessa Redgrave
The Villaines, de Jung Byung-Gil

The Merciless, de Byun Sung-Hyun
Prayer for Dawn, de Jean-Stéphane Sauvaire

Les films hors compétition

Blade for the Immortal, de Mike Takashi
How To Talk To Girls at Parties, de John Cameron
Visages, villages, de Agnès Varda et JR

Un certain regard

Barbara, de Mathieu Amalric (projeté en ouverture de la Quinzaine)
La Fiancée du désert, de Atan et Pivato
Étroitesse, de KantemirBalagov
La Belle et la meute, de Kaouther Ben Hania
L’Atelier, de Laurent Cantet
Lucky, de Sergio Castellito
Les Filles d’avril, de Michel Franco
Western, de Valeska Grisebach
Directions, de Stephane Komandarev
Out, de Gyorgy Kristof
Before we Vanish, de Kurosawa Kiyoshi
En attendant les hirondelles, de Karim Moussaoui
Dregs, de Mohammed Rasoulof

Jeune femme, de Léonor Serraille
Wind River, de Taylor Sheridan
Après la guerre, de Annarita Zambrano

Les films en compétitions

Loveless, de Andrey Zvyagintsev
Good Time, des frères Safdie
You Were Never Really Here, de Lynne Ramsay
L’Amant double, de François Ozon
Jupiter’s Moon, de Kornel Mandruczo
A Gentle Creature, de Sergei Loznitsa
Mise à mort du cerf sacré, de Yorgos Lanthimos
Radiance, de Naomi Kawase
The Day After, de Hong Sangsoo
Le Redoutable, de Michel Hazanavicius
Wonderstruck, de Todd Haynes
Happy End, de Michael Haneke

Rodin, de Jacques Doillon
The Beguiled, de Sofia Coppola
120 battements par minutes, de Robin Campillo
Okja, de Bong Joon-Ho
In The Fade, de Faith Akin

Le Festival sera ouvert par le nouveau long-métrage d’Arnaud Desplechin Les Fantômes d’Isamël. Le film de clôture sera le vainqueur de la Palme d’Or. C’est la deuxième fois que le Festival choisit de terminer par un film récompensé.

SKB

CULTURE: Cinéma: Sandrine Kiberlain, Présidente de la Caméra d’or !

Sandrine_Kiberlain_at_the_2009_Deauville_American_Film_Festival-01

À l’occasion de sa 70e édition (17-28 mai), le Festival de Cannes se réjouit de la présidence de Sandrine Kiberlain pour le Jury de la Caméra d’or ! Entourée de professionnels, la comédienne française récompensera une première œuvre issue de la Sélection officielle, de la Quinzaine des Réalisateurs ou de la Semaine de la Critique.

En 25 ans de carrière et une quarantaine de films, l’actrice s’est imposée avec simplicité, douceur et évidence dans le paysage cinématographique français. En 1994, elle crève l’écran dans Les Patriotes d’Éric Rochant (prix Romy-Schneider) puis confirme avec En avoir (ou pas) de Laetitia Masson (César du Meilleur Espoir féminin). Depuis, elle rayonne largement, prend des risques et ose autant le drame (Mademoiselle Chambon), que la comédie déjantée (9 Mois ferme, César de la Meilleure actrice), le film d’auteur (La Fausse Suivante) que le cinéma populaire (Le Petit Nicolas).
[…]
Après Wim Wenders, Tim Roth, Abbas Kiarostami et dernièrement, Agnès Varda ou Sabine Azéma, la présidente Sandrine Kiberlain et ses jurés remettront le prix de la Caméra d’or lors de la soirée de Clôture du Festival de Cannes, le dimanche 28 mai. Depuis 1978, il a notamment récompensé Stranger than Paradise de Jim Jarmusch (1984), Suzaku de Naomi Kawase (1997), Le Ballon blanc de Jafar Panahi (1995), Hunger de Steve McQueen (2008) ou Les Bêtes du Sud sauvage de Benh Zeitlin (2012). L’année dernière, la réalisatrice Houda Benyamina a remporté la Caméra d’or pour Divines, présenté à la Quinzaine des Réalisateurs.

JNM

POLITIQUE: Dialogue Politique: A nous la phase politique!

unnamed (13)

La phase citoyenne s’est achevée par une cérémonie au cours de laquelle les représentants des panels ont remis au Bureau du Dialogue politique le rapport général de cette étape qui contient l’ensemble des propositions émises par les représentants de la société civile. La phase politique s’est ouverte avec la lecture desdites propositions et les allocutions des présidents des institutions et de dignitaires du pays.

Les présidents des panels ont procédé à la remise de leurs rapports respectifs au Bureau, avant de soumettre un rapport général qui synthétise ces documents. Les représentants des panels ont exprimé auprès de l’organisation du Dialogue le souhait de voir les propositions issues de cette première phase prises en compte dans la suite du processus.

« Il n’y a pas de rupture entre les deux phases du Dialogue. Il y a un seul et même Dialogue qui a débuté par la phase citoyenne et qui va se poursuivre, à partir d’aujourd’hui, avec la phase politique. Nous vous demandons de rester à la disposition de la nation pour répondre à toute sollicitation qui viendrait afin d’enrichir le travail que vous avez si remarquablement accompli », a indiqué le co-président du Bureau du Dialogue politique, René Ndemezo Obiang, lors de la première partie de la cérémonie.

La phase politique s’est ouverte par la lecture des propositions faites par les représentants de la société civile lors des travaux des panels. Les représentants de différentes institutions ont prononcé des discours saluant l’initiative du Dialogue en rappelant son rôle dans le renforcement de cohésion nationale et l’évolution de la jeune démocratie gabonaise.

Il s’agit de Mme le président du Conseil économique et social, Georgette Koko, de Mme le président du Sénat, Lucie Milebou-Aubusson, de M. le président du Conseil national de la démocratie, Séraphin Ndaot, de Mme le médiateur de la République, Laure Olga Gondjout, de M. le président de l’Assemblée nationale, Richard Auguste Onouviet, de Mme le président de la Cour constitutionnelle, Marie-Madeleine Mborantsuo, de M. le président du Conseil national de la communication, Jean François Ndongou et de M. le président de la Commission nationale électorale autonome et permanente, M. René Aboghe Ella.

Les anciens Premiers ministres Paulin Obame Nguema et Daniel Ona Ondo se sont exprimés sur le Dialogue, de même que les chefs des confessions religieuses et les facilitateurs dans le cadre du processus.

Les travaux de la phase politique débuteront le mardi 18 avril. Ils regrouperont 188 représentants de l’opposition et de la majorité qui vont débattre des questions liées aux quatre thématiques du Dialogue politique.

SKB

POLITIQUE: Dialogue Politique: Composition des délégations de la phase politique

unnamed (21)

PARTICIPANTS A LA PHASE POLITIQUE DU DIALOGUE POLITIQUE
BUREAU DU DIALOGUE POLITIQUE

CO PRÉSIDENTS

Emmanuel ISSOZE NGONDET
Faustin BOUKOUBI
René NDEMEZO ’OBIANG
Pierre Claver MAGANGA MOUSSAVOU

CO VICE PRÉSIDENTS

Jean Boniface ASSELE
Guy Christian MAVIOGA
Marcel Robert TCHORERET
Bonaventure NZIGOU MANFOUMBI

CO RAPPORTEURS

Ali Akbar ONANGA Y’OBEGUE
Léontine MEBALE
Thierry d’Argendieu KOMBILA
Monique ROKITA

CO RAPPORTEURS ADJOINTS

Éric DODO BOUNGUENZA
Marie Rosine ITSANA
Pacôme POUTO BIDOUMOU
Aleck Raymond NZIENGUI

DELEGATION DE LA MAJORITE

Jean Pierre OYIBA
Pacôme MOUBELE BOUBEYA
Denise MEKAM’NE EDZIDZIE
Guy Bertrand MAPANGOU
Alain Claude BILIE-BY-NZE
Francis NKEA
Mathias OTOUNGA OSSIBADJOUO
Lambert Noël MATHA
Paul BIYOGHE MBA
Michel ESSONGHE
Flavien ENONGOUE
Léon NZOUBA
Cyriaque MVOURADJAMI
Florentin MOUSSAVOU
Luc OYOUBI
Colette MOUDHOUMA
Carlos OKINDA
André Dieudonné BERRE
Marius NDONG ONDO
Hervé OPIANGAH
Madeleine BERRE
JOUMAS dit SALAMBA
Josué MBADINGA
Raymond IBOUTHA WALLA
Jeanne MBAGOU
Guy ROSSATANGA RIGNAULT
Jérôme KWENZI MIKALA
Irène Farelle BALA ABONDHOUME Ep. KONDE
Célestin ODOUNGA
Régis IMMONGAULT TATANGANI
Yves Fernand MANFOUMBI
Jean Marie OGANDAGA
Molière BOUTAMBA
MOUTENDI PENDI
Aimé Christian BODA
EMANE OYONE
Max Anicet KOUMBA
Victor MISSANDA
Raphaël MANGOUALA
Marcellin MVE EBANG
Julien NKOGHE BEKALE
Roger MENGUE EKOMIE
Serge MIKOTO
Anatole TSIOUKAKA
Rose Christiane OSSOUKA RAPONDA
Malika BONGO ONDIMBA
Vivien Amos MAKAGA PEA
Ultry OKENKALI
Annie Chrystel LIMBOURG IWENGA
Axel Jesson AYENOUE
Arnauld ENGANDJI
François DJAMONO
Maxime NGOZO ISSONDOU
Etienne MASSARD KABINDA MAKAGA
Rémy OSSELE NDONG
Ernest NDASSIGUIKOULA
Françoise ASSENGONE OBAME
Rigobert IKAMBOUAYAT NDEKA
Brice LACCRUCHE ALIANGHA
Clémence MEZUI
Pascal PEMENGOYE
Michel Philippe NZE
Paskwal NKOULOU
Télésphore NGOMO
Sylvain MBOUMBA IBOUANGA
Ferdinand MBADINGA MOMBO
Stéphane ILOKO
Jean François OYABI
Joe ATADIT LEMBOUMBA
Éric Simon NZUE OBIANG
Jean Marie KOUMBA SOUVI
Emmanuel NZE BEKALE
Prisca KOHO Epse NLEND
Caroline MIMBOUI NGUEMA
Christian Bernard OBIANG NANG
Anna Claudine MAVIOGA, née AYO
Paul André N’NA
Jean Josselin IBOUILI
NZIENGUI MIHINDOU
Patricia TAYE Epse ZODI
Jean Henri REVIGNET INGUEZA
Nicaise SICKOUT INGUEDJA
Hugues BESSACQUES
MOUBEKA Epse MOUNGUENGUI
Eustache MANDJOUHOU YOLLA
Serge OBOLO
Chrisante BOUSSAMBA
Pierre BESSAYI

DELEGATION DE L’OPPOSITION

Séraphin NDAOT REMBOGO
Bruno BEN MOUBAMBA
Léon MBOU YEMBI
Augustin MOUSSAVOU KING
Martin ZE MEMINI
Mathieu MBOUMBA NZIENGUI
Gérard ELLA NGUEMA
Pépin MONGOKODJI
Pierre MAPIGA
Heinz ESSONGUE
Adolphe EVOUNA
Charles ONDO NDONG
Jean Pierre NDONG ABESSOLO
Pierre Anicet MBADINGA MAGANGA
Cyriaque BOUSSOUGOU NZIGOU
Jean de Dieu EKOUAGHE ANZELE
Théophile MAKITA NIEMBO
Jacques ROUGOU
Lénine Teddy DJEMBI
Jean Christian MANFOUMBI
Daniel TENGUE NZOUNDO
Quentin Ben MONGARYS
MAPANGOU MOUCANI
Mike JOCKTANE
Henri MBIRA ZE
Lucien IWANGOU
Christamond NZAMBA MUPIGAT
Hervé OSSAMANE ONOUVIET
Théodore MAYAZA
Caroline MENGUE
René MOUBOUMBI
Roger Durand MOUTOUKOU
Alain César BISSEGHE NDONG
Wilfried KOUMBA MOUITY
Joël MBIAMANY NTCHORERET
Guy Félicien NZAMBI
Jonathan NDOUTOUME NGOME
Norbert NGOUA MEZUI
François MBENG
Jean Louis IKAPI
Jean Dosité MOUSSAVOU
Sandrine NGUEMEMBE ENDAMANE
Didier TABA ODOUNGA
François MABENDE
Estelle ONDO
Patrick EYOGO EDZANG
Sylvie OBONE ABESSOLO
Parfait MIHINDOU BOUSSOUGOU
Raymond NGAMA
Albertine MAGANGA MOUSSAVOU
Jean Claude KOMBILA MALOUANGOU
Raymonde OLLUI
Joël OPAPE
Biendi MAGANGA MOUSSAVOU
Olivier KOUMBA MBOUMBA
Frédéric Moïse YATOUMBA MITOUMBA
Sylvie TCHORERET
Valère ATEBA
Alfred YEYET
Pierre Mathieu OBAME ETOUGHE
Jean Pierre MINTSA
Paul Joseph NYAMA
Augustin MOUBOGHA
Félix ALLOGHO ASSOUMOU
Marcel NDIMAL
Ledoux Ghislain MBOVOUE EDOU
Yves OTOU
Alice MAMENGUI, Ep. OGALA
Bienvenu OBIANG ESSONO
Hubert Daladier MINANG Fils
Agathe Josiane MOUSSAVOU
Louis INGONGUI
Sylvie MENGUE M’OBAME
Gildas BOUSSAMBA BOUSSAMBA
Hervé ANGOUE
Jean Blaise EYEGHE
Albert Louis Marie MBONGO
Constantin BOUNDA
Sandrine MOUKOU – MADOUMA
Raymond Placide NDONG MEYO
Martin BOUDZANGA
Marie Rose MELIGHE ME NGOUA
Jean Hilaire MOMBO
Davy OVONO
Louis Franck MAYAGUI
Alain ONDO NDONG
Emile Kevin ESSONO ASSOUMOU
Faustin ALLOGHO.

SKB

ECONOMIE: Forum Abidjan

unnamed (12)

Le ministre de l’Economie numérique, de la Communication, de la Culture et des Arts, M. Alain-Claude Bilie-By-Nze, a pris part au AFRICA IT & Télécom Forum (AITTF), dont la septième édition se tient à Abidjan (Côte d’Ivoire).

Autour du thème ‘L’administration africaine à l’heure du numérique’, cette conférence organisée en partenariat avec l’Agence nationale du service universel des télécommunications engage un débat de fond avec les administrations publiques, les experts des TIC et les partenaires au développement sur l’intérêt et l’utilité stratégique d’adopter une vision numérique au sein des administrations.

Hôte d’honneur du forum, le ministre a pu s’entretenir avec son homologue ivoirien, M. Bruno Koné Nabagné ainsi qu’avec son homologue centrafricain, M. Justin Gourna-Zacko. Il est intervenu dans le cadre d’une table ronde consacrée à la transformation digitale de l’environnement économique et public.

L’AITTF 2017 réuni plus de 300 représentations gouvernementales et institutionnelles africaines, DSI, administrations publiques, opérateurs de téléphonie, fournisseurs et développeurs de solutions, équipementiers, autorités de régulation, institutions financières, conseillers juridiques et consultants en stratégie opérant sur le continent et au-delà.

JNM

POLITIQUE: Dialogue Politique: Entre la fin de la phase citoyenne et le début de la phase politique

unnamed (11)

Lors d’une conférence de presse, M. Francis Nkea, le ministre des Relations avec les institutions constitutionnelles, chargé du Dialogue politique, a fait le point sur le déroulé de la clôture de la phase citoyenne et l’ouverture de la phase politique. Il a apporté des clarifications sur les suites à donner aux propositions émises lors des deux phases du Dialogue politique.

A l’issue des travaux des quatre panels qui ont réuni plus de 2000 représentants de la société civile, le déroulé des cérémonies de clôture de la phase citoyenne (12 avril) et d’ouverture de la phase politique (18 avril) est maintenant connu.
La remise officielle des rapports des panels de la première phase se tiendra ce mercredi à 10h au stade de l’Amitié sino-gabonaise d’Angondjé. Cette cérémonie inclura la lecture du rapport général de la phase citoyenne et les communications des institutions et des personnalités invitées par le Bureau du Dialogue politique.
A l’occasion de l’ouverture de la phase politique, prévue mardi prochain à 10h00, les commissions seront mises en place. Les 160 acteurs politiques de l’opposition et de la majorité intégreront chacun une des quatre commissions correspondant aux thématiques retenues pour le Dialogue politique : ‘La réforme des institutions et la consolidation de l’Etat de droit’, ‘Les réformes électorales’, ‘La modernisation de la vie publique’ et ‘La consolidation de la paix et la cohésion nationale’.
Durant son intervention devant la presse, M. Francis Nkea a souligné que toutes les propositions s’équivalaient, rappelant que le Dialogue politique s’organisait autour de deux phases distinctes pour permettre aux acteurs partageant les mêmes préoccupations de se réunir. « Un acteur ayant participé à la phase citoyenne n’a pas besoin de se réinscrire à la phase politique puisque sa contribution sera prise en compte au même titre que celles de la seconde phase du dialogue », a-t-il indiqué.

Concernant la suite à donner aux propositions émises lors du Dialogue, le ministre a annoncé la mise en place d’un Comité de suivi paritaire des décisions. « Les propositions, pour être applicables et obligatoires, doivent être introduites dans l’ordonnancement juridique de notre pays afin qu’elles soient converties en textes de loi ; les parties doivent tout mettre en oeuvre pour leur applicabilité intégrale », a-t-il encore souligné.

SKB

ECONOMIE: Le Ngalakh, la bouillie pascale qui symbolise l’unité au Sénégal

b9132235f9b794b2c008077bb7796a33

Au Sénégal, une fin de carême chrétien sans Ngalakh est simplement inimaginable vous dira-t-on au pays de la téranga. Ce plat à base de mil, de pâte d’arachides et de « bouye » (fruit du baobab), au goût de yaourt à la cacahuète est distribué par les familles chrétiennes le vendredi Saint (marquant la fin du carême) aux voisins musulmans. Une tradition de partage propre aux Sénégalais, et qui symbolise l’unité.

Nous sommes au marché Castor, il est 10h. Comme chaque matin à cette heure, ce célèbre marché de la capitale sénégalaise accueille grand nombre de personnes. La particularité de ce jeudi est que nous sommes à la veille du vendredi Saint, marquant la fin du carême pour les millions de chrétiens sénégalais. Les préparatifs vont bon train, mais surtout, on est venu s’approvisionner en mil, pâte d’arachides et de bouye, comme l’indique Madame Marie Jeanne. « C’est important pour nous de préparer du Ngalakh, que nous partagerons par la suite avec notre famille et notre voisinage. Le Christ nous enseigne le partage, donc entant que chrétien, c’est important de montrer notre attachement à ces enseignements, mais surtout de fêter avec nos frères musulmans, car le Sénégal est un pays d’hospitalité et de paix. Cette façon de faire nous l’avons appris de nos ancêtres », confie-t-elle.

« Si nous sénégalais continuons avec cet esprit de partage, notre pays ne pourra jamais connaître de problèmes religieux comme on en rencontre ailleurs. Dans chaque famille chrétienne, il y a un musulman comme dans chaque famille musulmane, il y a un parent chrétien. C’est toujours avec plaisir que nous recevons notre part de ngalakh. Moi, je suis un grand consommateur et j’espère que cette année, j’en aurais assez », argumente, tout sourire, monsieur Ndiaye, un musulman commerçant au marché castor.

Il faut dire que le Sénégal est un Etat laïque à dominance musulmane, et en ce week-end pascal, les chrétiens ont l’occasion de consolider les liens de bons voisinages avec leurs frères musulmans qui à leur tour, le leur rendent bien lors de la fête de la tabaski. L’échange lors de ces fêtes montre bien la fraternité entre les deux religions. « Je crois que la tradition de partage qui existe au Sénégal est une bonne chose. Il permet d’avoir un climat calme, surtout dans un contexte où les gens deviennent de plus en plus méfiants. C’est aussi une bonne chose pour le tourisme, et les autres activités qui nécessitent des déplacements des populations. Le partage est une valeur que nous devons continuer à promouvoir dans notre pays, c’est un atout majeur », explique Ismaël Cabral Kambell de la plateforme Jumia Travel, acteur du tourisme.

Au Sénégal, chaque famille chrétienne à son petit secret culinaire du ngalakh. Pour la circonstance la famille en prépare une importante quantité (plusieurs dizaines) qu’elle partage avec tout le voisinage, une bouillie très légère qui fait la joie des grands comme des plus petits. Mais attention, comme on le dit au pays de la téranga, « Défal ndank si ngalakh bi bala moulay yobou ardo », ce qui veut dire « mange le ngalakh doucement, sinon le ngalakh va te manger ».

ICK

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :