SPORT: Football: Fashion Sakala, un joueur à la mode

2885289_full-lnd

Le Zambien Fashion Sakala a marqué pour son entrée en lice en Coupe du Monde U-20 de la FIFA. L’attaquant du Spartak Moscou évoque ses débuts modestes et son ascension vertigineuse. Il avoue s’inspirer fortement du style de Cristiano Ronaldo

« Maintenant, je crois pouvoir dire que je suis célèbre », s’exclame-t-il dans un grand éclat de rire. Avec de telles prestations, le Zambien Fashion Sakala devrait bientôt devenir un joueur à la mode. Auteur notamment d’une superbe action en solitaire conclue par un but contre le Portugal, il a aidé les champions d’Afrique à prendre un excellent départ dans le Groupe C de la Coupe du Monde U-20 de la FIFA, République de Corée 2017.

Le héros du jour avoue avoir ressenti une certaine pression au moment d’aborder la seconde période, alors que les deux équipes étaient encore à égalité (0:0). « On attend beaucoup de moi », poursuit l’intéressé au micro de FIFA.com, sans se départir de son sourire. « En Zambie, tout le monde parle de moi. Comme je n’avais pas marqué en première mi-temps, j’étais un peu inquiet. J’avais peur que les gens m’en veuillent ! »

Au coup de sifflet final, les visages des supporters zambiens n’exprimaient pourtant que de la satisfaction. Non content d’avoir contribué à l’ouverture du score, Sakala s’est chargé de doubler la mise, après avoir éliminé deux défenseurs portugais.

Une chimpombwa pour balle
Pensionnaire du Spartak Moscou, le Zambien a parcouru un long chemin pour se retrouver aujourd’hui au stade de la Coupe du Monde de Jeju. Né dans une modeste campagne zambienne, Sakala a grandi dans un foyer chrétien à 500 km de la capitale Lusaka. C’est sa passion pour le football qui l’a mené vers les sommets même si, à l’époque, les ballons se faisaient rares. À la place, il utilisait une « chimpombwa ».

« Une chimpombwa est faite avec des sacs en plastique qu’on enroule ensemble. Comme nous n’avions pas de ballons, nous utilisions ce que nous avions sous la main », explique Sakala. « C’est ainsi que j’ai commencé à progresser. »

Son père se chargeait le plus souvent de fabriquer les chimpombwas, mais son influence sur la carrière de son fils ne se limite pas à cet aspect pratique. « Mon père reste le meilleur entraîneur que j’ai connu », confie-t-il. « Il m’a énormément appris et il mérite que je donne le meilleur de moi-même. Je m’apprêtais justement à l’appeler pour lui dire encore merci. »

Papa comme exemple, Ronaldo comme modèle
Les paroles échangées au téléphone avant le coup d’envoi ont manifestement eu l’effet escompté. En effet, Fashion a reçu quelques conseils avisés de son père, ancien footballeur lui-même. « Il était très fort et certaines personnes disent même que je ne suis pas encore à son niveau. Mais moi, je sais que je suis plus fort que lui maintenant », s’amuse le joueur de 20 ans.

Compte tenu de son choix de modèle, on imagine que ses ambitions ne se limitent pas au cercle familial. « Je m’inspire beaucoup de Cristiano Ronaldo. » Pour s’en convaincre, il suffit de compter les dribbles effectués sur l’action qui a amené l’ouverture du score.

« Quand il jouait, mon père m’appelait toujours pour que je vienne le voir. Maintenant, je le regarde avant d’aller me coucher et, quand je me lève, j’essaye de reproduire ses gestes. Le fait de travailler avec des chimpombwas m’a aidé à marcher sur ses traces, » conclut-il, prêt lui aussi à en laisser une.

CAF

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :