SANTE: Port Gentil passe de la parole aux actes dans le cadre de la mise en œuvre de l’initiative « Les villes s’engagent contre le VIH»

unnamed (27)

Suite à la signature par les maires du Gabon de «Les villes s’engagent contre le VIH » de l’ONUSIDA à Lambaréné en mars 2016, la mairie de Port Gentil avec des acteurs locaux a organisé à la Foire Municipale le 19 et le 20 mai 2017, des journées portes ouvertes. Sous l’impulsion de « 3S » Sensibilisation Santé Sexualité, une ONG locale, avec l’appui de la Direction Générale de la Prévention du SIDA, l’ONUSIDA et les opérateurs économiques, environ 10000 préservatifs ont été distribués et 740 personnes dépistées.

Lors de l’ouverture de l’évènement, Inge Tack, Directrice de l’ONUSIDA Gabon a rappelé la nécessité de changer, de transformer et d’accélérer la riposte à Port Gentil. Vu la crise économique et sociale, plus que jamais la mairie devrait stimuler et faciliter l’action et l’innovation des ONGs et partenaires divers, élaborer des stratégies locales appropriées basées sur les preuves, et travailler avec le niveau central pour réformer la prise en charge du VIH dans la ville. Selon les estimations de l’ONUSIDA, plus que 4600 personnes vivant avec le VIH habitent dans la ville de Port Gentil, mais seulement 1888 y prennent leur médicaments antirétroviraux, selon les registres du CTA en 2016. A cause de la stigmatisation, la qualité de service et d’autres obstacles, les personnes vivant avec le VIH se déplacent pour chercher leur traitement ailleurs, comme à Libreville, ce qui compromet l’adhérence au traitement.

Selon la Direction de la Prévention du SIDA du Ministère de la Santé, un peu plus de 48000 vivent avec le VIH au Gabon. En décembre 2016, la couverture antirétrovirale était de 63% tous âges confondus contre 23% en 2010. « Ce sont des résultats remarquables mais des défis restent à relever », a dit Mme Amissa Bongo Ondimba, Directrice Générale de la Prévention du SIDA, « Un plan accéléré, avec feuille de route, a été adopté et est en cours de mise en œuvre. » Ce plan d’accélération vise, en outre, la décentralisation des services de prise en charge, l’amélioration de la gestion des ARV et d’autres intrants nécessaires pour la prise en charge, le renouvellement du plateau technique afin d’offrir des bilans complètes avec charge viral pour toutes les personnes vivant avec le VIH et l’intégration d’une approche communautaire avec un meilleur accompagnement et suivi des personnes vivant avec le VIH.

Sensibilisation, Santé et Sexualité, l’ONG géré par Dr. Dupagne n’a épargné aucun effort pour montrer que Port Gentil, la ville s’engage. Le gouverneur de la province a honoré de sa présence l’important évènement et encouragé et facilité « 3S » et ses partenaires à poursuivre et intensifier leurs actions en faveur de la population. La société civile avait organisé des ateliers participatifs des acteurs locaux sur plusieurs thématiques tels que « développer des actions efficaces de prévention », « favoriser le dépistage volontaire et l’accès aux traitements », « changer le regard sur la maladie et les personnes séropositives », ou encore « accompagner les personnes séropositives dans leur vie sociale et professionnelle ». Les recommandations serviront de base pour la mairie, qui est responsable de développer avec les partenaires un plan municipal solide afin d’atteindre les objectifs de la Déclaration des villes, notamment 909090, la réduction des nouvelles infections et zéro discrimination.

Les jeunes de Medzoe, les jeunes infectés et affectés par le VIH qui ont assuré aussi les services de pre- et post test conseils ont démontré que des jeunes agents communautaires bien formés, peuvent fournir des services de qualité. L’exposition, la sensibilisation et les jeux interactifs par la Croix Rouge et d’autres acteurs locaux, une belle émission à la télé avec la DGPS, ONUSIDA et « 3S » ont été complété par des séances sur l’estime de soi et la responsabilisation, offertes par Benedith Kessany et l’animation unique de Charly Tchatch, tous les deux des ambassadeurs ProtestVIH. Des artistes locaux, ensemble avec les jeunes ambassadeurs volontaires dont l’ambassadeur de l’ONUSIDA Michael Anicet ont conclu chaque journée avec un spectacle pour faire passer les messages clefs: « arrêtez de juger, de stigmatiser, laisse les gens vivre en paix » ou aussi « prenez votre vie en main, faites-vous dépister ».

Ce partenariat entre la DGPS, ONUSIDA, la Mairie, le gouverneur, surtout « 3S » et la société civile a encore une fois démontré que seul un travail conjoint peut renforcer des réponses inclusives et participatives aux problèmes multidimensionnels et complexes tels que le VIH. « C’était une excellente opportunité de mettre à jour nos connaissances sur le VIH », selon un couple avec ces deux enfants adolescents, « Nous connaissons maintenant tous notre statut, ce qui nous donne le pouvoir et le courage de nous protéger, toujours ».

IT

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :