POLITIQUE: Dialogue Politique: Ensemble, bâtissons l’édifice nouveau auquel tous nous rêvons

unnamed

Quatre réactions du Dialogue politique dont deux issues de la commission (4) : Consolidation de la paix et de la cohésion nationale, et deux de la commission (2): Réformes électorales

M. Régis Immongault – membre du bureau, coprésident majorité
« Dans le cadre de nos travaux, nous avons eu la chance de travailler avec des personnes expérimentées et dotées du recul nécessaire. Ainsi a-t-on pu avancer facilement, en présentant le Plan de relance de l’économie axé sur les filières porteuses de croissance et qui, grâce aux partenariats public-privé, va recréer des marges budgétaires salutaires. Nous avons par ailleurs souhaité que soient étudiées des lois de programmation, pour une meilleure lisibilité de l’action publique, comme autant de feuilles de route pour le prochain gouvernement. »

Hubert Daladier Minang fils – membre de la délégation, porte-parole, opposition
« Nous avons beaucoup parlé des problèmes de gouvernance, qu’elle soit sociale, économique ou financière, en lien direct avec les revendications de l’opposition. Maintenant, les actes issus du Dialogue doivent être traduits dans l’ordonnancement national et nous avons opté pour un gouvernement d’ouverture disposé à œuvrer dans de bonnes conditions, pour l’apaisement. Le Plan de relance de l’économie me paraît répondre, tel qu’il fut présenté, aux attentes de l’opposition dans les domaines du social, de l’éducation et de la santé. »

M. Paul Biyoghe Mba, membre du bureau, coprésident de la commission (2) : Réformes électorales
« Après les élections du 27 août, le climat n’était plus bon, des tensions fortes existaient, du jamais vu, des fissures, des cassures. Mais nous sommes des fils et des filles de ce pays et ne sommes pas voués à nous regarder en chien de faïence.  Ce dialogue fut une très bonne chose. On a dit l’essentiel : revoir les institutions pour les rendre plus fortes, nos lois électorales  pour qu’elles permettent à tous les citoyens d’accéder aux fonctions dans notre pays ».
Mme Albertine Maganga Moussavou, membre du bureau, coprésident Opposition de la commission (2) : Réformes électorales
« Les débats ont été âpres. Chacun, dans l’opposition et dans la majorité, a fait un pas vers l’autre dans une volonté de recherche du consensus. Consensus ne veut pas dire perfection tant il reste encore beaucoup de pas à faire. Nous avons répondu positivement pour participer à ce dialogue car nous savons que les progrès, pour le pays, ne s’obtiennent que par la discussion. Aujourd’hui, il n’y a ni vainqueur ni vaincu. Et au sortir des travaux, tout le monde reconnaîtra que le processus électoral a été largement amélioré… »

SKB

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :