POLITIQUE: Fin de la mission des experts de la CPI

unnamed00011

Le 24 mai 2017, le Gouvernement de la République gabonaise a été saisi d’une correspondance du bureau du Procureur de la Cour pénale internationale (CPI).

Cette correspondance rappelait que, le 29 septembre 2016, le Procureur de la Cour pénale internationale avait annoncé l’ouverture d’un examen préliminaire sur la situation en République Gabonaise, suite au renvoi par le Gouvernement gabonais, le 21 septembre 2016, de la situation relative à des crimes présumés qui pourraient relever de la compétence de la Cour, commis sur son territoire depuis le 1er mai 2016.

C’est donc bien suite à la saisine du Gouvernement de la République gabonaise que des experts de la CPI se trouvent dans nos murs depuis 48 heures environ.

Leur présence vise à vérifier si les faits allégués dans notre saisine constituent des crimes pouvant relever de la compétence de la CPI qui traite exclusivement, faut-il le rappeler, des crimes de guerre, des crimes contre l’humanité et du génocide.

Ce mercredi 21 juin 2017, les ministres de la Défense nationale, de la Justice, de l’Intérieur et moi-même les avons reçus afin de leur présenter les éléments déjà contenus dans notre saisine, et que nous avons appuyés par des explications plus détaillées portant sur le processus électoral au Gabon, les périodes de précampagne marquées par des discours d’une extrême violence, portant des appels au meurtre et au génocide.

Un descriptif détaillé et chiffré a également été présenté pour rendre compte des violences post-électorales.

Le caractère planifié, structuré et organisé a été mis en évidence par nos soins. Tout comme nous avons mis en évidence le caractère stratégique particulier des cibles attaquées : télévision et radio nationales ; sièges des institutions parlementaires ; institutions municipales ; prisons ; aéroports ; infrastructures routières ; magasins de chaînes de distribution alimentaire.

Le nombre de victimes a également été présenté. Ce qui a mis en évidence un nombre de blessés plus élevés parmi les Forces de défense et de sécurité que parmi les civils. Le nombre de décès a également été communiqué.

Dans un rapport circonstancié, le ministre de la Justice, garde des Sceaux, a pour sa part présenté l’état des procédures engagées ainsi que les suites judiciaires qui en ont découlées.

Au total, au moment où nous venons de boucler la réunion de synthèse de la mission, le Gouvernement de la République constate pour s’en féliciter que le séjour des experts s’est déroulé dans un environnement serein.

Toutes les dispositions ont été prises par les autorités pour accompagner, sans immixtion ni entrave, le travail des membres de la CPI à Libreville.

A ce titre, ils ont librement rencontré les membres de l’opposition et les représentants d’une certaine société civile. Ils ont de même, conformément à leur souhait, pu rencontrer certaines chancelleries occidentales à Libreville.

SKB

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

w

Connecting to %s

Create a website or blog at WordPress.com

Up ↑

%d bloggers like this: