Recherche

GABONINFOSLIVE

L'INFORMATION EN TEMPS REEL

Catégorie

CULTURE

CULTURE: Le label OKAYAFRICA désigne une Gabonaise parmi les 100 femmes africaines les plus en vue dans le monde

unnamed (3)

Aida TOURE, de mère Gabonaise et de père Malien, est née à Oyem au Gabon et a poursuivi ses années collège au Lycée National Léon Mba. C’est dès son plus jeune âge, que ses parents lui transmettent l’amour pour les beaux-arts, l’initiant à l’histoire et à la civilisation africaine, à la musique et à la culture en général.

C’est ainsi qu’en 1995, elle quitte le Gabon pour New York où elle s’est installée depuis. La jeune femme passionnée d’histoire africaine, se lance dans l’univers de la peinture et de la poésie, inspirée par la culture SOUFI jusque-là largement dominée par les hommes.

Elle développe peu à peu une approche unique où technicité, force du détail, harmonie des couleurs donnent à son art une intensité singulière, à travers laquelle peinture et écriture s’entremêlent dans une fusion inédite, projetant l’âme vers une rencontre avec le divin propre au soufisme.

C’est le reflet de cet univers spirituel riche en profondeur qu’a su rendre Aida, et que le label OKAYAFRICA a tenu à honorer en distinguant cette jeune Gabonaise parmi les 100 femmes africaines dans le monde qu’il faudra suivre en 2017.

Au plan de sa production littéraire, on peut relever trois (3) recueils de poésie en anglais: « Unmanifest Poems », « The Sublime Sphere », et « Nocturnal Light ». La sortie de son 4eme recueil de poésie « COSMICITE » est imminente. Aida a également été sollicitée par l’Université de New York dans le cadre d’un programme de mentoring pour étudiants en histoire africaine.

On compte par ailleurs parmi les collectionneurs de ses chefs d’œuvre le Département d’Etat américain à travers le programme international « Art in Embassies ». Ses expositions de peintures sur les thèmes de l’origine africaine des peuples suscitent une attention croissante dans les évènements culturels afro-américains.

Chapeau donc à l’artiste restée attachée à son pays le Gabon et qui encourage les jeunes talents du Gabon et de l’Afrique en général, à poursuivre leurs rêves en priorisant leur vision, leurs valeurs, et en persévérant, car dit-elle, la persévérance ouvre les portes du succès.

SKB

CULTURE: Musique: Bilan de la Semaine de la Musique Classique et du Jazz: Expérience à pérenniser

image001-1

La Semaine de la musique Classique et du Jazz qui s’est déroulé du 11 au 18 février dernier restera un excellent souvenirs, dans la mesure où elle a mis en perspective la première cantatrice Gabonaise en la personne de Adriana Bignagni. D’autres artistes et d’autres activités ont émaillé le programme très éclectique de l’événement cette année. Ainsi, on a pu observer:

ADRIANA BIGNAGNI LESCA & SOPHIE PORNIN

Pour l’ouverture de la Semaine de la musique classique et du jazz, la cantatrice gabonaise Adriana Bignagni Lesca et la pianiste Sophie Pornin ont offert un récital sur le thème des «Tituberies», avec notamment, L’air de la baronne de Nino Rota, Ah quel Dîner de la Périchole d’Offenbach et le Duo de Chat de Rossini.

MOHAMED NAJEM AND FRIENDS

La musique de Mohamed Najem & Friends propose une approche inédite où les sons et les instruments d’obédience jazzy (piano, batterie et contrebasse) apportent une touche originale à ses compositions purement orientales. Les sons de multiples voyages servent de terreau au déploiement d’une musique sans limites de style. Le jeu de clarinette est à la fois oriental et contemporain, et les mélodies, hautes en couleurs sont façonnées par les influences jazz et parfois classiques. Par ailleurs, le groupe est composé de Mohamed Najem : Clarinette & Nay / Clément Prioul : Piano; Thomas Julienne : Contrebasse / Baptiste Castets: Batterie.

LA FLUTE ENCHANTEE de Mozar

Mise en scène de Peter Ulrich; Direction musicale d’Alexander Krampe; Ciné-opéra pour les enfants, dans le cadre de la Semaine de la Musique Classique et du Jazz. Le chef-d’œuvre de Mozart permet aux spectateurs de tous âges, enfants comme parents, de découvrir le monde fascinant de l’opéra. Papageno fait office de conférencier et accompagne le public tout au long de l’intrigue, racontant l’aventure du Prince Tamino qui tombe amoureux de Pamina et qui veut la délivrer du royaume de Sarastro.

LE BOURGEOIS GENTILHOMME de Molière et Lully

Mise en scène de Denis Podalydès; Direction musicale de Christophe Coin – L’Ensemble baroque de Limoges. Le Bourgeois Gentilhomme est le pétillant résultat de l’alliance des génies de Molière et de Lully, unis pour satisfaire Louis XIV. Molière est ici servi par la mise en scène de Denis Podalydès, Lully par Christophe Coin et l’Ensemble Baroque de Limoges, et les costumes sont signés Christian Lacroix.

VIRGINIE ET BRUNO ROBILLIARD
Récital piano et violon

Lauréate du concours Long-Thibault, Virginie Robillard fait carrière entre l’Europe et l’Amérique latine, enregistre une dizaine d’albums et enseigne à la Haute école de musique de Genève. Bruno Robilliard, pianiste, demi-finaliste au Long Thibault, fait une carrière de chambriste et enseigne au Conservatoire national supérieur de Lyon. Il est également compositeur.

VIRGINIE ROBILLIARD & THOMAS GUEÏ CHOC & FUSION
Violon et percussions

Une rencontre musicale entre le violon et les percussions africaines a abouti à la création de ce récital francoivoirien. Au programme, il y avait des improvisations, de la musique africaine et des mélodies de Bach interprétées par Virginie Robilliard et accompagnées par les percussions de Thomas Gueï.

Le rendez-vous est donc pris pour 2018 lors de la prochaine Semaine de la Musique Classique et du Jazz avec un programme encore plus alléchant.

SKB

CULTURE: 7 Figure de l’Esclavage qui ont dédié leur vie à défendre leur cause

L’esclavagisme résume à priver une personne de sa liberté en l’arrachant à sa famille et son environnement, afin de l’exploiter pour diverses tâches. Nombreux sont les défenseurs des droits de l’Homme à être cités lorsque l’on parle d’esclavagisme, à l’image de Martin Luther King, Lamartine, Malcolm X…

En revanche, très peu d’esclaves, pourtant figures de révolte sont mis à l’honneur. Leurs actions ont contribué à la délivrance de certains prisonniers ainsi qu’à l’abolition de l’esclavage.

SPARTACUS

spartacus
Certainement le plus connu de tous les esclaves rebelles. Originaires de Thrace (indo-européen), il fut un grand gladiateur et l’initiateur de la révolte des esclaves entre 73 et 71 avant J.C. Même si son histoire reste floue par manque de récits ou faute de contradictions, il n’y a nul doute sur son investissement dans la révolte d’esclaves durant la Troisième guerre Servile. Spartacus a été tué au combat à Senerchia en Italie du Sud.

MULÂTRESSE SOLITUDE

mulatresse-solitude2
Mulâtresse Solitude est une enfant issue d’un viol née en 1772. Elle avait pour géniteur l’un des marins du bateau conduisant sa mère esclave africaine aux Antilles. Elle a connu l’abolition de l’esclavage en 1774. Mulâtresse a été engagée dans la communauté marronne de Goyave en Guadeloupe. Suite au rétablissement de l’esclavagisme par Napoléon en 1802, elle a fait partie de la guerre de révolte en se ralliant à Louis Delgrés un fervent résistant aux troupes napoléoniennes.

A 30 ans, elle combat enceinte et survit à la guerre. Elle sera pendue le lendemain de son accouchement. Depuis, quelques statues ont été érigées à son honneur (Bagneux, Marie-Galante…). L’écrivain André Schwartz-Bart lui a dédié un roman éponyme et en 2008, Paskal Vallot a créé une comédie musicale à partir de son histoire. En 2014, à Ivry-sur-Seine, un nouveau quartier dispose d’une « allée de la Mulâtrese Solitude ».

DUTTY BOUKMAN

dutty_boukman
Né en Jamaïque, Dutty Boukman est connu comme étant un prêtre vaudou (un Houngan). Esclave à Saint-Domingue, en 1791, il rassemble un grand nombre d’esclaves lors d’une cérémonie vaudou. Après avoir prononcé quelques prières et sacrifié un cochon noir, il fit boire le sang de ce dernier à l’assistance. Prétextant qu’ils étaient devenus invulnérables, il ordonna la révolte.

Huit jours plus tard, les esclaves tuent leurs maîtres et brûlent tant leurs maisons que certaines plantations de sucre et de café. Rapidement, il conduit son « armée » jusqu’aux portes d’Haïti mais les autorités ripostent et Dutty Boukman est tué au front. Malgré tout, la ferveur de l’armée vaudou ne s’apaise pas, d’autres chefs prenant la relève de Boukman. Le plus connu d’entre eux sera connu sous le nom de Toussaint Louverture.

FRANÇOIS-DOMINIQUE TOUSSAINT LOUVERTURE

francois-dominique
Descendant d’esclaves noirs, Toussaint Louverture est né affranchi en 1743 à Haïti. Il est la figure emblématique de la révolution haïtienne, connu pour ses rôles engagés en tant qu’anticolonialiste, abolitionniste et revendiquant l’émancipation des noirs. Autodidacte, il a été un militaire brillant et homme politique éminent dans la colonie française de Saint-Domingue.

Il fut arrêté par l’armée du Général Leclerc, ramené en France puis incarcéré au Fort de Joux, dans le Doubs où il y mourra de froid en avril 1803. Grande icône, Toussaint Louverture a connu de nombreux hommages posthumes : Lamartine lui a dédié un poème éponyme de 5 actes, Alexandre Dumas prête son nom à l’un des personnages de son roman « Les Mohicans de Paris », l’aéroport d’Haïti a été rebaptisé Aéroport International Toussaint Louverture en 2003, plusieurs plaques, statues ont été érigées à son nom aussi bien en France qu’au Québec ou à Haïti.

NATHANIEL TURNER

8741_14_13-nat-turner-image-library-congress
Esclave afro-américain d’origine ghanéenne, Nathaniel Turner (dit Nat Turner) est né en 1800. Précoce, la Bible l’inspire, à tel point qu’il se sentira investi d’une mission. En 1831, il prend une éclipse solaire comme signe du ciel et mène une action contre les propriétaires d’esclaves. Six mois plus tard, le soleil se teinte de vert après une éruption volcanique, c’est alors que Turner lance une deuxième offensive et la révolte éclate pendant deux jours.

Une milice stoppe les ferveurs de Nat Turner mais ne le capture que deux mois plus tard. L’avocat Thomas Ruffin Gray, l’interrogera pendant de longues heures et ses dires seront retranscrits dans un ouvrage officiel devenu historique : « Les confessions de Nat Turner ». Il sera pendu en Virginie en 1831, avec 18 de ses hommes. A noter que son soulèvement a été l’un des facteurs ayant conduit à la Guerre de Sécession.

HARRIET TUBMAN

harriet-tubman
Née en 1820 dans le Maryland, Harriet Tubman est fille d’esclaves. Sa mère a tenu tête à son maître blanc, ce dernier souhaitant vendre son plus jeune fils. Face à sa hargne, la vente a été annulée. La jeune Harriet Tubman s’est nourrie de cet événement ainsi que de sa foi en l’ancien testament pour faire naître un sentiment de résistance. Baptisée la « Moïse noire, Grand-mère Moïse ou Moïse du peuple noir, elle milite activement en faveur de l’abolition de l’esclavage.

Après que cela ait été voté aux États-Unis en 1865, elle s’engage dans des actions contre le racisme ainsi que le droit de vote pour les femmes. Harriet Tubman est largement honorée pour son travail et est la première femme noire distinguée. Elle figurera sur le billet de 20 dollars américain et fait partie des « National Women’s Hall of Fame ».

NADIA MURAD

YAZIDI
A 19 ans, Nadia Murad est enlevée à sa famille par des djihadistes de Daesh. Esclave sexuelle, elle a connu l’enfer de la violence et des viols collectifs pendant 3 mois. Elle a réussi à s’échapper et se bat aujourd’hui pour dénoncer la condition des femmes au sein des groupes terroristes. Soutenue par de nombreuses personnalités comme Amal Clooney ou Ban Ki-Moon, elle compte bien se battre afin d’obtenir justice.

Nominée pour le Prix Nobel de la Paix en 2016, la jeune femme d’origine yézidie obtient cette même année le Prix Sakharov et le Prix des droits de l’homme Vaclav Havel. Le 16 septembre 2016, elle devient Ambassadrice de l’ONU pour la dignité des victimes du trafic d’êtres humains.

Défiant les siècles et l’avancée intellectuelle, l’esclavage continue de perdurer sous diverses formes. En effet, en Asie et plus particulièrement en Inde, de nombreux enfants sont exploités pour travailler dans des usines de briques ou de textile. L’esclavage sexuel reste encore plus tabou. Les femmes rescapées préfèrent garder l’anonymat. Quant au tourisme sexuel sur enfants, des voix commencent à se lever, à l’image d’Ashton Kutcher tout récemment. Cela afin d’éveiller les consciences sur ce trafic. La traite humaine est formellement interdite dans le monde. Malgré tout, l’esclavage revêt différentes formes et continue d’œuvrer à l’abri des regards.

SKB

CULTURE: Cinéma: Palmarès des Oscars 2017

oscars_2017___le_palmares_6832-jpeg_north_780x_white

Grande favorite de cette 89ème édition des Oscars, avec 14 nominations, la comédie musicale La La Land est finalement repartie qu’avec 6 récompenses dont celle de la meilleure actrice pour Emma Stone et celle du meilleur réalisateur pour Damien Chazelle. Le film aurait presque pu, d’ailleurs, repartir avec une 7ème statuette lorsque Warren Beatty a annoncé par erreur la victoire de La La Land dans la catégorie du meilleur film. C’est finalement Moonlight qui a remporté l’Oscar. Le film repart également avec que celui de la meilleure adaptation et du meilleur acteur dans un second rôle pour Mahershala Ali, qui devient le premier acteur musulman à être primé dans cette catégorie.

De son côté, Casey Affleck décroche l’Oscar du meilleur acteur pour son rôle dans Manchester by the Sea. Viola Davis est, elle, repartie avec celui de la meilleure actrice dans un second rôle pour Fences. Visiblement très émue, la comédienne a eu du mal à retenir ses larmes lors de son discours sur la scène du Dolby Theatre.

Pour son drame, Le Client l’Iranien Asghar Farhadi a reçu le prix du meilleur film en langue étrangère. Le cinéaste a cependant fait le choix de boycotter la cérémonie pour protester contre le décret migratoire de Donald Trump. Enfin, Disney décroche une 5ème statuette de rang dans la catégorie du meilleur film d’animation pour Zootopie.

Le palmarès complet des Oscars 2017 :

Meilleur acteur dans un second rôle : Mahershala Ali pour Moonlight

Meilleurs maquillage et coiffures : Suicide Squad.

Meilleurs costumes : Fantastic Beasts

Meilleur film documentaire : O. J. Made in America

Meilleur montage sonore : Premier contact

Meilleur mixage sonore : Tu ne tueras point

Meilleure actrice dans un second rôle : Viola Davis pour Fences

Meilleur film en langue étrangère : Le Client

Meilleur court-métrage d’animation : Piper

Meilleur long-métrage d’animation : Zootopie

Meilleurs décors : La La Land.

Meilleurs effets spéciaux : Le Livre de la jungle

Meilleur montage : Tu ne tueras point

Meilleur court-métrage documentaire : White Helmets

Meilleur court-métrage de fiction : Sing

Meilleure photographie : La La Land

Meilleure musique originale : La La Land

Meilleure chanson originale : City of Stars, La La Land

Meilleur scénario original : Manchester by the Sea

Meilleur scénario adapté : Moonlight

Meilleur réalisateur : Damien Chazelle pour La La Land

Meilleur acteur : Casey Affleck pour Manchester by the Sea

Meilleure actrice : Emma Stone pour La La Land

Meilleur film : Moonlight

SKB

CULTURE: Cinéma: Pepsi crée son premier long-métrage

2067817_pepsi-cree-son-premier-long-metrage-web-tete-0211829774786

Pepsi planche sur un long-métrage dont son icône publicitaire Uncle Drew sera le héros, et a noué un partenariat avec le Sundance Festival. Du jamais vu dans l’univers du brand content.

On ignore s’il s’agira d’un bond déterminant dans l’histoire du cinéma. Mais une chose est sûre : ce sera, à coup sûr, un grand pas dans la fabrication de contenu éditorial pour les marques, le désormais fameux brand content. Pepsi s’apprête à adapter sur grand écran aux Etats-Unis les aventures de son icône publicitaire vedette, Uncle Drew, conçu de toutes pièces par l’agence BBDO (Omnicom). Une Mère Denis du soft drink en nettement plus déjanté, qui fait les beaux jours de la saga du soft-drink depuis près de cinq ans. Un peu comme si le bébé Evian de Danone, inventé par BETC, devenait subitement le héros d’un film, où il interpréterait son propre rôle !

Révélé par le magazine Variety et confirmé par Pepsi, le projet de long-métrage apparaît comme la dernière étape de la lente élaboration d’un véritable écosystème autour de la marque. Même si l’on ignore encore le mode de distribution du film. En salles ? Peut-être. Au prochain Sundance Festival, dont Pepsi est partenaire, ou sur les plates-formes de téléchargement ? Pratiquement sûr.

Premières aventures

Enfin, même si l’opération ne devrait pas, en termes de dépenses, égaler le coût d’un spot au Super Bowl (4,5 millions de dollars pour 30 secondes), Pepsi a largement ouvert son portefeuille. C’est le producteur de la saga Twilight, Temple Hill Entertainment, qui a racheté les droits. Tandis que le script a été confié au scénariste Jay Longino (Skiptrace, avec Jackie Chan, sorti sur Netflix). Enfin, c’est Kyrie Irving, le joueur de basket star, meneur des Cleveland Cavaliers et interprète du personnage d’ Uncle Drew depuis le début de la saga, qui reprendra son propre rôle.

Un personnage qu’il joue depuis 2012, date à laquelle la fameuse saga publicitaire commence avec les premières aventures d’Uncle Drew, signées par BBDO pour la boisson Pepsi Max, garantie sans sucre. Le pitch ? Convaincre les hommes, les vrais, qu’ils peuvent boire un soda light, sans remiser pour autant leur masculinité au vestiaire.

Masculinité

Déguisé et maquillé, Irving y incarne un vrai (faux) septuagénaire, nommé Uncle Drew. Un joueur « faible » sur le papier. Mais qui, après quelques lampées de Pepsi Max, crée la surprise en bondissant, et en marquant des paniers extraordinaires. Bingo ! La vidéo est vue plus de 40 millions de fois sur YouTube. D’autres stars du basket y font leur apparition, comme Baron Davis et Ray Allen, tandis que Pepsi noue un partenariat avec Nike pour créer des produits dérivés en lançant notamment un coloris Uncle Drew pour la basket culte Kyrie 1.

Mais pour Pepsi, ce n’est pas suffisant. Les millenials (les 18-35 ans), sa clientèle captive, manifestent une fâcheuse tendance à zapper la télévision de Papa et ses spots de 30 secondes, pour consommer des films, des séries ou du contenu partagé via les réseaux sociaux sur leur PC, tablette, ou smartphone. Coûteux (entre 2 et 6 millions de dollars en moyenne), le spot TV se révèle un investissement de moins en moins rentable sur cette cible.

Zakouski

« On se trouve face à un problème d’exposition publicitaire, décrypte Gautier Piquet, président de Publicis Média. Montrer le produit ne suffit plus à enchanter le consommateur. Il faut lui offrir de « l’every day content », créer de l’émotion autour de la marque, l’inscrire subtilement dans son cerveau. Dans ce contexte, le fait que Pepsi diffuse son long-métrage sur les plates-formes de téléchargement est particulièrement intéressant. »

D’où – déjà – la présence de représentants de Pepsico, en janvier, au dernier Sundance Festival, aux côtés de gros « digital players » survoltés, tels que Netflix et Amazon, sortant du cash par millions. « Nous avons un gros portefeuille de marques (Pepsi, Tropicana, Gatorade, Lays, Quaker, Oats… NDLR ) et nous sommes à la recherche d’histoires correspondant à chaque fois aux valeurs de chacune », y a révélé Kristin Patrick,senior-vice president du global brand development. De là à en déduire qu’Uncle Drew ne sera qu’un zakouski pour Pepsico et qu’une offensive globale est lancée… il n’y a qu’un tout petit pas.

SKB

CULTURE: Cinéma: Palmarès César 2017

palmares-des-cesar-2017-1054248_w1020h450c1cx504cy215

La 42ème cérémonie des César vient de s’achever. Divines d’Houda Benyamina et Juste la fin du monde de Xavier Dolan mènent le palmarès avec trois trophées chacun, suivis par Elle de Paul Verhoven qui n’a que deux César mais des plus importants : Meilleur film et Meilleure actrice pour Isabelle Huppert. Des César d’honneur ont été remis à George Clooney et Jean-Paul Belmondo lors de la cérémonie présentée par Jérôme Commandeur. Voici le palmarès complet :

Meilleur espoir féminin
Oulaya Amamra pour Divines

Meilleur espoir masculin
Niels Schneider pour Diamant noir

Meilleur son
Marc Engels, Fred Demolder, Sylvain Réty et Jean-Paul Hurier pour L’Odyssée

Meilleurs costumes
Anaïs Romand pour La danseuse

Meilleurs décors
Jérémie D. Lignol pour Chocolat

Meilleur film documentaire
Merci patron ! de François Ruffin

Meilleure Musique originale
Ibrahim Maalouf pour Dans les forêts de Sibérie

Meilleur premier film
Divines de Houda Benyamina

Meilleur montage
Xavier Dolan pour Juste la fin du monde

Meilleur court-métrage d’animation
Celui qui a deux âmes de Fabrice Luang-Vija

Meilleur long-métrage d’animation
Ma vie de Courgette de Claude Barras

Meilleure photo
Pascal Marti pour Frantz

Meilleur court-métrage : ex aequo
Maman(s) de Maïmouna Doucouré
Vers la Tendresse d’Alice Diop

Meilleur acteur dans un second rôle
James Thierrée pour Chocolat

Meilleure adaptation
Céline Sciamma pour Ma vie de Courgette

Meilleur second rôle féminin
Déborah Lukumuena pour Divines

Meilleur film étranger
Moi, Daniel Blake de Ken Loach

Meilleur scénario original
L’effet aquatique de Solveig Anspach et Jean-Luc Gaget

Meilleure actrice
Isabelle Huppert pour Elle

Meilleure réalisation
Xavier Dolan pour Juste la fin du monde

Meilleur acteur
Gaspard Ulliel pour Juste la fin du monde

Meilleur Film
Elle de Paul Verhoeven

SKB

CULTURE: Cinéma: Palmarès Festival de Berlin 2017

1

Si l’Ours d’or a échappé à Aki Kaurismäki, qui hérite quand même du prix de la mise en scène, le palmarès de cette 67e Berlinale révèle que les favoris sont tous présents au tableau d’honneur, couronnant toute une palette de cinémas venant d’Asie, d’Amérique latine, d’Afrique ou d’Europe. Il y a peu d’impairs (nos pronostics, dans le désordre hiérarchique certes) étaient assez justes, hormis cet étrange prix Alfred Bauer à un film qui n’ouvre pas tant de perspectives et l’absence de Colo de Teresa Villaverde (qui elle aurait éventuellement mérité le prix Alfred Bauer).

La diversité était là. Mais finalement c’est On Body and Soul, film hongrois de la cinéaste Ildiko Enyedi qui l’a emporté après avoir glané le prix du jury écuménique, le prix de la critique internationale et le prix du jury des lecteurs du Berliner Morgenpost. Un grand chelem en quelque sorte pour ce film sensible qui a fait l’unanimité. Rappelons que la réalisatrice avait remporté la Caméra d’or en 1989 à Cannes pour Mon XXe siècle (Az én XX. szazadom).

Ours d’or du meilleur film: On Body and Soul, de Ildiko Enyedi
Grand prix du jury: Félicité d’Alain Gomis
Ours d’argent de la mise en scène: Aki Kaurismäki pour L’autre côté de l’espoir
Ours d’argent de la meilleure actrice: Kim Minhee dans On the beach at night alone de Hong SangSoo
Ours d’argent du meilleur acteur: Georg Friedrich dans Helle Nächte de Thomas Arslan
Ours d’argent du meilleur scénario: Una mujer fantastica de Sebastian Lelio et Gonzalo Maza
Prix Alfred-Bauer (récompensant un film ouvrant de nouvelles perspectives): Spoor d’Agnieszka Holland
Ours d’argent de la meilleure contribution artistique: Dana Bunescu pour le montage d’Ana, mon amour

Meilleur documentaire:
Istiyad Ashbah (Ghost Hunting) de Raed Andoni

Meilleur premier film:
Estiu 1993 (Summer 1993) de Carla Simon

Ours d’or d’honneur: Milena Canonero
Berlinale Kamera: Nansun Shi, Geoffrey Rush, Samir Farid

Ours d’or du meilleur court métrage:
Cidade Pequena (Small Town) de Diego Costa Amarante
Ours d’argent du meilleur court métrage:
Ensueno en la pradera d’Esteban Arrangoiz Julien

Berlinale Shorts – Audi Short Film Awards:
Street of Death de Karam Ghossein et Jin Zhi Xia Mao (Anchorage Prohibited) de Chiang Wei Liang

Panorama (prix du public)
– Meilleur film: Insyriated de Philippe Van Leeuw (2e place: Karera ga Honki de Amu toki wa (Close-Knit) de Naoko Ogigami, 3e place: 1945 de Ferenc Török)
– Meilleur documentaire: I Am Not Your Negro de Raoul Peck (2e place: Chavela de Catherine Gund et Daresha Kyi ; 3e place: Istiyad Ashbah (Ghost Hunting) de Raed Andoni)

Prix du jury écuménique
– Compétition : On Body and Soul de Ildiko Enyedi
Mention spéciale: Una mujer fantástica de Sebastian Lelio
– Panorama: Tahqiq fel djenna de Merzak Allouache
Mention spéciale: I Am Not Your Negro de Raoul Peck
– Forum: Maman Colonelle de Dieudo Hamadi
Mention spéciale: El mar la mar de Joshua Bonnetta and J.P. Sniadecki

Prix de la FIPRESCI
– Compétition : On Body and Soul de Ildikó Enyedi
– Panorama: Pendular de Julia Murat
– Forum: Shu’our akbar min el hob de Mary Jirmanus Saba

Prix CICAE du cinéma art et essai
– Panorama: Centaur de Aktan Arym Kubat
– Forum: Newton d’Amit V Masurkar

Label Europa Cinema
Insyriated de Philippe Van Leeuw

Prix Caligari
El mar la mar de Joshua Bonnetta et J.P. Sniadecki

Prix Amnesty International
La libertad del diablo d’Everardo González

Prix du jury des lecteurs du Berliner Morgenpost
On Body and Soul de Ildiko Enyedi

Prix des lecteurs du Tagesspiegel
Maman Colonelle de Dieudo Hamadi

Generation Kplus
– Crystal Bear du meilleur film: Piata lo’ (Little Harbour) d’Iveta Grofova
– Mention spéciale: Amelie rennt (Mountain Miracle – An Unexpected Friendship) de Tobias Wiemann
– Crystal Bear du meilleur court métrage: Promise de Xie Tian
– Mention spéciale: Hedgehog’s Home d’Eva Cvijanovic
– Grand Prix Generation Kplus du meilleur film (ex-aequo): Becoming Who I Was de Chang-Yong Moon et Jin Jeon ; Estiu 1993 (Summer 1993) de Carla Simon
– Prix spécial du jury Generation Kplus pour le meilleur court: Aaba (Grandfather) de Amar Kaushik

Compass Perspektive Award : Die Beste aller Welten d’Adrian Goiginger

SKB

CULTURE: Cinéma: BAFTA 2017 : palmarès complet

les-gagnants-des-bafta-2017

La La Land continue son triomphe en remportant 4 récompenses lors des BAFTA 2017 : meilleur film, meilleure actrice (Emma Stone), meilleur réalisateur (Damien Chazelle), et meilleure musique de film (Justin Hurwitz). La La Land rate le grand chelem : Ryan Gosling n’a pas reçu le BAFTA du meilleur acteur . Ce dernier est revenu à l’acteur américain Casey Affleck, frère de Ben, pour son interprétation de tuteur déboussolé dans le drame Manchester by the Sea. Il avait face à lui Ryan Gosling (La La Land), Andrew Garfield (Tu ne tueras point), Jake Gyllenhaal (Nocturnal Animals) et Viggo Mortensen (Captain Fantastic)

Emma STONE s’est imposée devant Meryl Streep (« Florence Foster Jenkins »), Natalie Portman (« Jackie »), Amy Adams (« Premier Contact ») et Emily Blunt (« La Fille du train »).

Mel Brooks, pour l’ensemble de sa carrière

Le plus prestigieux des Bafta, le Fellowship, qui récompense l’ensemble d’une carrière, a été remis au réalisateur américain Mel Brooks. Toujours plein d’humour, il a réussi à provoquer l’hilarité de l’assistance en félicitant « les bons choix de la soirée, surtout le mien ». avant d’ajouter qu’il voyait le Royaume-Uni non pas comme un pays étranger mais comme un « vaste Brooklyn ».
Le palmarès complet des Bafta 2017 ( 70ème cérémonie)

Meilleur film : La La Land
Meilleure actrice : Emma Stone dans La La Land
Meilleur réalisateur : Damien Chazelle pour La La Land
Meilleure musique de film : La La Land (Justin Hurwitz)
Meilleur acteur : Casey Affleck dans Manchester by the Sea
Meilleur scénario original : Kenneth Lonergan pour Manchester By the Sea
Meilleure actrice dans un second rôle : Viola Davis dans Fences
Meilleur acteur dans un second rôle : Dev Patel dans Lion
Étoile montante : Tom Holland
Meilleur film d’animation : Kubo et l’Armure magique
Meilleur film britannique : Moi, Daniel Blake (Ken Loach)
Meilleur film en langue étrangère : Le Fil de Saul, de Laszlo Nemes
Meilleur nouveau scénariste : Babak Anvari, Oliver Roskill et Lucan Toh (Under the shadow)
Meilleurs effets visuels : Le Livre de la jungle

SKB

CULTURE: Musique: Grammy Awards 2017 : Le palmarès complet

10465260

Découvrez le palmarès complet des Grammy Awards 2017 : Adele était la star de la soirée ! Présentée par James Corden, la cérémonie des Grammy Awards a eu lieu dans la nuit dernière à Los Angeles. Si vous étiez tranquillement en train de dormir, voici un résumé de la soirée et du palmarès.

Un show mémorable

Adele a ouvert la soirée avec sont tube « Hello », Katy Perry a interprété « Chained To The Rhythm » et Beyoncé malgré sa grossesse a livré une prestation impressionnante, fidèle à elle-même, chant et danse se mêlaient. Telle une déesse, elle portait une robe dorée et une énorme couronne avec de gros bijoux, toujours la main sur son ventre arrondi. Bruno Mars a chanté son nouveau single « That’s What I Like », Lady Gaga a enflammé la scène au coté de Metallica et Daft Punk a fait son grand retour sur scène avec The Weeknd !

Adele grande gagnante de la soirée

Sans trop de surprise, Adele a remporté 5 prix lors des Grammy Awards, meilleure chanson, meilleur enregistrement… Beyoncé est quant à elle la grande perdante de la soirée, elle ne repart qu’avec seulement 2 trophées, elle était pourtant nominée pour 9 prix ! Découvrez l’intégralité du palmarès :

Album de l’année : Adele, 25

Meilleur enregistrement : Adele, Hello

Meilleure chanson : Adele, Hello

Artiste révélation de l’année : Chance The Rapper

Meilleur album de rap : Chance The Rapper, Coloring Book

Meilleure performance solo pop : Adele, Hello

Meilleur album vocal solo pop : Adele, 25

Meilleur album rock : Cage The Elephant, Tell Me I’m Pretty

Meilleur album de musique dance/électro : Flume Skin

Meilleur album de musique alternative : David Bowie, Blackstar

Meilleure performance R&B : Solange avec Cranes In The Sky

Meilleur album urbain contemporain : Beyoncé, Lemonade

Meilleur album R&B : Lalah Hathaway, Lalah Hathaway Live

Meilleur album country : Sturgill Simpson, A Sailor’s Guide to Earth

Meilleur album jazz vocal : Gregory Porter, Take Me To The Alley

Meilleure performance rock : Alabama Shakes, D’ont Wanna Fight

Meilleure performance rap : Chance The Rapper featuring Lil Wayne & 2 Chainz, No Problem

Meilleure vidéo musicales : Beyoncé, Formation

Meilleure comédie musicale : The Color Purple.

SKB

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :