Recherche

GABONINFOSLIVE

L'INFORMATION EN TEMPS REEL

Catégorie

CULTURE

CULTURE: Théâtre: Clôture de la 4e édition du Festival coup de théâtre: Un bon cru !

Société et Culture

Débuté le 3 avril le Festival coup de théâtre s’est achever le 8 avril dans les locaux de l’Institut Français du Gabon sur une note positive. Alliant tradition et modernité, l’événement a surtout consacré Michel Ndaot.

Aussi, la programmation prévue à cet effet était pleine de surprise avec:

MALEDICTION
Texte : Sylvie Ntsame Adaptation et mise en scène : Jean Hilaire Obame Essono
Avec : Judicaël Ossa, Anaël Menie, Destinée Mayidza, Hervé Zeng, Arnaud Moulili, Ntsame Essono, Thibault Ondo Mba, Emilie Ada Bengone

Joël Ondo est rentré de France depuis trois ans, nanti d’un diplôme d’ingénieur et géologie. Il travaille dans une société pétrolière de la place. Il est responsable du laboratoire. Voyant que son fils tarde à se marier, son père décide de lui prendre une femme au village, sans son accord. Entre tradition et modernité, Joël saura t-il dénouer cette union avec doigté ?

LE PETIT CABARET DU THéâtre des ombres
Ce spectacle s’inscrit dans la grande tradition du théâtre d’ombres de la butte Montmartre de la fin du XIXe. A partir d’histoires chantées (Orphée et Eurydice, Une jeune Grenouille), de diverses saynètes et performances de théâtre d’ombres (French
Cancan, Danses Persanes, Danses Russes, Une Danse Macabre burlesque… ) Le Petit Cabaret est un spectacle qui mêle humour, esthétisme et musique.

NGATA
Ecriture et mis en scène: Michel Ndaot Direction chant: loick NIVINO .M. Avec : Midrid Louimet, Claude Mounguengui Adriella LOU, Sylvie Boukandou

La scène a lieu dans un univers carcéral partagé par quatre femmes. Chacune des détenues rêve d’une possible liberté. Ngata est une satire sociale qui se sert de la réalité de ce milieu pour proposer une peinture de la société, des couches les plus défavorisées jusqu’aux plus nobles. Les corps s’entremêlent au rythme d’une agonie lente et mortelle. C’est l’expression d’un microcosme clos et violent dont l’unique issue reste la force et le pouvoir des mots, allant de l’argot aux néologismes.

Les Bruits de CouloirS
Adaptation et mise en scène : Guy Joël Ntchango pour le Théâtre National Avec : Ambroisine Bibalou, Germain Mezui Mezeme, Rita Bissafi, Olivier Nziengui Mouloungui, Nadine Ivora Doukaga, Hervé Zeng Mendene, Ntsame Essono, Aloisia Ngombamoye, Olivier Ovono Nguema Régisseur : Modeste Boukica Costumes : Mireille Nzoubou

Le peuple Kinanguois est en émoi. Le roi du Kinango, soutenu par la reine, a décidé de transformer le royaume en République dont il admire les vertus de gouvernance. Le
peuple, sa famille et même les diplomates s’y opposent. Une réunion de famille est
convoquée au Palais Royal afin de dissuader le roi. Ces forces parviendront-elles à faire changer d’avis le souverain du Kinango ?

MA FEMME, SON AMANT, SA COPINE ET MOI
Texte: Eric Joel Bekale Mis en scène: Michel Ndaot Assistant : Nicaise Anguila .O. Avec : Michelle Likoum, Thézy Ada, Hervé Zeng Thibault Ondo Mba, Olivier Ovono, Lois Deniau

L’histoire d’un couple dont l’épouse (Marie-Lou) est choyée par un mari (Patrick) qui désire fonder une famille exemplaire. Mais sa bien-aimée a un amant. Elle ignore cependant que son amie Chantou entretient une relation amoureuse avec son mari. Cette pièce retrace l’histoire classique du ménage à trois…. A quatre, inspirée du sketch du grand humouriste africain Jean Miché Kankan.

MON CRI DE DETRESSE
Texte : Diane Dallas Ntsame Essono Adaptation et mise en scène : Guy Joël Ntchango pour le Théâtre National Avec : Hervé Zeng, Ntsame Essono, Olivier Nziengui, Germain
Mezui, Nadine Ivora, Rita Bissafi, Faty Ngombamoye, Olivier Ovono, Ambroisine
Bibalou Régisseur : Modeste Mbombe Boukica

Suite à la disparition de Philippe, un conseil de famille est convoqué à la maison familiale pour statuer sur sa succession. Sa veuve, récalcitrante, refuse catégoriquement d’être l’objet d’un héritage lui échappant. La famille du défunt se met en courroux et décide de l’expulser de sa maison, ainsi que ses enfants, et de s’accaparer tous ses biens. Un des frères du défunt se dresse face à sa famille, alors que la coutume lui destine ce legs. Il rejette l’idée sordide d’hériter de la veuve, mais la famille n’en démord pas. Que va faire Maria face à ce triste sort ?

SKB

CULTURE: Cinéma: La Sélection officielle du Festival de Cannes 2017

selec-2017-FR-newslet

La Sélection officielle du 70e Festival de Cannes a été annoncée ce jeudi 13 avril à 11h au cours de la Conférence de presse tenue par Pierre Lescure et Thierry Frémaux à l’UGC Normandie, à Paris.

Voici la composition de la sélection officielle de la 70ème édition du Festival : 18 films sont en compétition pour la Palme d’Or, trois sont hors compétition, 16 films figurent dans la catégorie Un certain regard. Les films sélectionnés viennent de 29 pays:

Les séances spéciales
Top of the Lake, de Jane Campion
Come Swim, de Kristen Stewart (court métrage)
24 Frames, de Abbas Kiarostami
Twin Peaks, de David Lynch (deux épisodes de la nouvelle saison)
An Inconvenient Sequel, de Bonni Cohen et Jon Shenk
12 jours, de Raymond Depardon
They, de Anitha Ghazvinizadeh
Claire’s Camera, de Hong Sangsoo
Promised Land, de Eugene Jarecki
Napalm, de Claude Lanzmann
Demons In Paradise, de Jude Ratman
Sea Sorrow, de Vanessa Redgrave
The Villaines, de Jung Byung-Gil

The Merciless, de Byun Sung-Hyun
Prayer for Dawn, de Jean-Stéphane Sauvaire

Les films hors compétition

Blade for the Immortal, de Mike Takashi
How To Talk To Girls at Parties, de John Cameron
Visages, villages, de Agnès Varda et JR

Un certain regard

Barbara, de Mathieu Amalric (projeté en ouverture de la Quinzaine)
La Fiancée du désert, de Atan et Pivato
Étroitesse, de KantemirBalagov
La Belle et la meute, de Kaouther Ben Hania
L’Atelier, de Laurent Cantet
Lucky, de Sergio Castellito
Les Filles d’avril, de Michel Franco
Western, de Valeska Grisebach
Directions, de Stephane Komandarev
Out, de Gyorgy Kristof
Before we Vanish, de Kurosawa Kiyoshi
En attendant les hirondelles, de Karim Moussaoui
Dregs, de Mohammed Rasoulof

Jeune femme, de Léonor Serraille
Wind River, de Taylor Sheridan
Après la guerre, de Annarita Zambrano

Les films en compétitions

Loveless, de Andrey Zvyagintsev
Good Time, des frères Safdie
You Were Never Really Here, de Lynne Ramsay
L’Amant double, de François Ozon
Jupiter’s Moon, de Kornel Mandruczo
A Gentle Creature, de Sergei Loznitsa
Mise à mort du cerf sacré, de Yorgos Lanthimos
Radiance, de Naomi Kawase
The Day After, de Hong Sangsoo
Le Redoutable, de Michel Hazanavicius
Wonderstruck, de Todd Haynes
Happy End, de Michael Haneke

Rodin, de Jacques Doillon
The Beguiled, de Sofia Coppola
120 battements par minutes, de Robin Campillo
Okja, de Bong Joon-Ho
In The Fade, de Faith Akin

Le Festival sera ouvert par le nouveau long-métrage d’Arnaud Desplechin Les Fantômes d’Isamël. Le film de clôture sera le vainqueur de la Palme d’Or. C’est la deuxième fois que le Festival choisit de terminer par un film récompensé.

SKB

CULTURE: Cinéma: Sandrine Kiberlain, Présidente de la Caméra d’or !

Sandrine_Kiberlain_at_the_2009_Deauville_American_Film_Festival-01

À l’occasion de sa 70e édition (17-28 mai), le Festival de Cannes se réjouit de la présidence de Sandrine Kiberlain pour le Jury de la Caméra d’or ! Entourée de professionnels, la comédienne française récompensera une première œuvre issue de la Sélection officielle, de la Quinzaine des Réalisateurs ou de la Semaine de la Critique.

En 25 ans de carrière et une quarantaine de films, l’actrice s’est imposée avec simplicité, douceur et évidence dans le paysage cinématographique français. En 1994, elle crève l’écran dans Les Patriotes d’Éric Rochant (prix Romy-Schneider) puis confirme avec En avoir (ou pas) de Laetitia Masson (César du Meilleur Espoir féminin). Depuis, elle rayonne largement, prend des risques et ose autant le drame (Mademoiselle Chambon), que la comédie déjantée (9 Mois ferme, César de la Meilleure actrice), le film d’auteur (La Fausse Suivante) que le cinéma populaire (Le Petit Nicolas).
[…]
Après Wim Wenders, Tim Roth, Abbas Kiarostami et dernièrement, Agnès Varda ou Sabine Azéma, la présidente Sandrine Kiberlain et ses jurés remettront le prix de la Caméra d’or lors de la soirée de Clôture du Festival de Cannes, le dimanche 28 mai. Depuis 1978, il a notamment récompensé Stranger than Paradise de Jim Jarmusch (1984), Suzaku de Naomi Kawase (1997), Le Ballon blanc de Jafar Panahi (1995), Hunger de Steve McQueen (2008) ou Les Bêtes du Sud sauvage de Benh Zeitlin (2012). L’année dernière, la réalisatrice Houda Benyamina a remporté la Caméra d’or pour Divines, présenté à la Quinzaine des Réalisateurs.

JNM

CULTURE: Cinéma: Le Festival de Cannes bientôt en route !

L’affiche officielle du 70e Festival ouvre le bal !

Festival2017_22X30-def-72dpi

Joyeuse, libre et audacieuse : à l’image de Claudia Cardinale dansant sur son affiche officielle, la 70e édition du Festival de Cannes (17-28 mai) se place sous le signe – rouge ardent et or étincelant – de la célébration.

Claudia danse, Claudia rit, Claudia vit ! Quel plus beau symbole pour le prochain Festival que cette comédienne aventurière, cette femme indépendante, cette citoyenne engagée? La politique d’ouverture et d’accueil va souffler cette année, comme chaque année, sur la Croisette, pendant 12 jours d’images d’un monde qui ose se dire, se montrer, se regarder.

« En plus d’être honorée et fière d’avoir été choisie pour porter les couleurs de la 70e édition de Cannes, commente Claudia Cardinale, je suis très heureuse du choix de cette photo. C’est l’image même que je me fais de ce Festival : un rayonnement. Cette danse sur un toit de Rome, c’était en 1959. Nul ne se souvient du nom du photographe, je l’ai oublié aussi. Mais cette photo me rappelle mes débuts, et une époque où je n’aurais jamais imaginé me retrouver un jour monter les marches du plus célèbre palais du cinéma. Joyeux anniversaire ! »

Avec Monica Bellucci en maîtresse de cérémonie et Pedro Almodóvar en président du Jury, le Festival de Cannes débutera le mercredi 17 mai.

Monica Bellucci, Maîtresse des Cérémonies 2017

Bellucci-big

A l’invitation du Festival de Cannes, l’actrice italienne Monica Bellucci a accepté de tenir le rôle de maîtresse des Cérémonies d’ouverture et de clôture du 70e Festival de Cannes qui se déroulera du 17 au 28 mai prochain et sera présidé par le cinéaste espagnol Pedro Almodovar.

Monica Bellucci a une longue histoire d’amitié avec le Festival de Cannes: en 2000, elle monte pour la première fois les marches pour présenter Suspicion de Stephen Hopkins. Elle est de retour deux ans plus tard avec le sulfureux Irréversible de Gaspar Noé qui fascine la Croisette à travers une polémique mémorable.
Monica Bellucci a été membre du Jury en 2006 sous la présidence de Wong Kar-wai. Les années suivantes, l’actrice italienne est revenue à Cannes en sélection avec le film de Marco Tullio Giordana, Une histoire italienne, et Ne te retourne pas de Marina de Van. En 2014, elle est venue présenter sur la Croisette Les Merveilles de l’Italienne Alice Rohrwacher qui remporta le Grand prix du jury.

A l’aise dans tous les genres, le parcours cinématographique de Monica Bellucci qui excelle de la comédie au drame, reflète des choix artistiques éclectiques et audacieux. Elle a tourné pour des cinéastes prestigieux dont Bertrand Blier, Danièle Thompson, Francis Ford Coppola, Terry Gilliam, Mel Gibson, Sam Mendes, Spike Lee…

Récemment au casting de la saison 3 de « Twin Peaks » de David Lynch, Monica Bellucci est aussi à l’affiche du dernier long métrage de Emir Kusturica On the Milky Road, qui sortira en France le 12 juillet.

L’actrice succède notamment à Laurent Lafitte, Lambert Wilson et Audrey Tautou.

Cristian Mungiu, Président du Jury de la Cinéfondation et des Courts Métrages

mungiu-accr

Pour la 70e édition du Festival de Cannes (17-28 mai), Cristian Mungiu va présider le Jury de la Cinéfondation et des Courts Métrages, après avoir siégé au jury de Steven Spielberg en 2013. Réalisateur, scénariste et producteur, il succède dans ce rôle à Naomi Kawase, Abderrahmane Sissako, Abbas Kiarostami ou Jane Campion.

Représentant éminent de la Nouvelle Vague roumaine, Cristian Mungiu partage avec le Festival une longue et brillante histoire. Après la Palme pour son deuxième film coup-de-poing, 4 mois, 3 semaines, 2 jours, il a reçu les Prix du scénario et de l’interprétation féminine pour Au-delà des collines et celui de la mise en scène pour Baccalauréat.

Si la filmographie de ce cinéaste exigeant et engagé est ainsi saluée par des jurys successifs, c’est qu’elle porte avec force sur la société roumaine un regard aigu aux résonances universelles. Ses œuvres ambitieuses examinent au scalpel la nature humaine avec une rare intelligence : satire tendre du rêve d’ailleurs de jeunes Roumains dans l’après-communisme (Occident, 2002) ; récit glaçant d’un avortement clandestin dans une petite ville (4 mois, 3 semaines, 2 jours, 2007) ; légendes urbaines surréalistes et pince-sans-rire sur le système Ceauşescu (Contes de l’âge d’or, 2009) ; exorcisme sur fond d’intégrisme religieux et d’héritage communiste (Au-delà des collines, 2012) ; conte moral sur les compromissions et la corruption dans la société roumaine (Baccalauréat, 2016).
Né en 1968 à Iași, Cristian Mungiu travaille d’abord comme journaliste et enseignant après des études de Lettres anglaises. Puis il intègre l’Académie du Film et du Théâtre à Bucarest, où il tourne plusieurs courts métrages. Il poursuit sa formation en tant qu’assistant-réalisateur auprès de Bertrand Tavernier pour Capitaine Conan (1996) et Radu Mihăileanu pour Train de vie (1998). Son premier long métrage, Occident, est sélectionné à la Quinzaine des Réalisateurs en 2002 et triomphe en Roumanie.
Depuis, de film en film, Cristian Mungiu creuse un sillon singulier qui allie nécessité intérieure et réflexion sociale. Il livre une grammaire cinématographique magistrale : scénario percutant d’une captivante complexité, narration tendue qui flirte avec le thriller, plans-séquences d’une fascinante austérité laissent toujours sous le choc. Sans compromis, le cinéaste n’en oublie pas pour autant l’humour, la dérision et un sens très Mitteleuropa de l’absurde.

« Cristian Mungiu fait glorieusement partie de cette école roumaine que Thierry Frémaux a mise en valeur dès les années 2000, précise Gilles Jacob, président de la Cinéfondation. Il suffit de voir l’intelligence et les ramifications interactives d’un scénario comme Baccalauréat pour reconnaître que Cristian est l’examinateur rêvé pour faire passer le bac du Festival, c’est-à-dire la Cinéfondation et les courts métrages. Comme titrait le grand Dreyer dans un de ses courts, en 48 : Ils attrapèrent le bac… Bonne chance aux candidats ! ».

De son côté, Cristian Mungiu a partagé sa première réaction : « Reconnaître la valeur, l’originalité, dans le cinéma n’a jamais été facile. Reconnaître la valeur de très jeunes cinéastes, c’est encore plus difficile. Mais la Cinéfondation est connue pour avoir réussi à le faire avec grande efficacité. La Cinéfondation a toujours donné aux jeunes cinéastes l’aide et la reconnaissance dont ils avaient besoin en tout début de carrière afin qu’ils s’expriment avec courage et qu’ils puissent trouver leur voix. Je souhaite que ça continue pendant longtemps avec la même efficacité et je suis fier d’être associé à cette démarche. »

SKB

CULTURE: Le label OKAYAFRICA désigne une Gabonaise parmi les 100 femmes africaines les plus en vue dans le monde

unnamed (3)

Aida TOURE, de mère Gabonaise et de père Malien, est née à Oyem au Gabon et a poursuivi ses années collège au Lycée National Léon Mba. C’est dès son plus jeune âge, que ses parents lui transmettent l’amour pour les beaux-arts, l’initiant à l’histoire et à la civilisation africaine, à la musique et à la culture en général.

C’est ainsi qu’en 1995, elle quitte le Gabon pour New York où elle s’est installée depuis. La jeune femme passionnée d’histoire africaine, se lance dans l’univers de la peinture et de la poésie, inspirée par la culture SOUFI jusque-là largement dominée par les hommes.

Elle développe peu à peu une approche unique où technicité, force du détail, harmonie des couleurs donnent à son art une intensité singulière, à travers laquelle peinture et écriture s’entremêlent dans une fusion inédite, projetant l’âme vers une rencontre avec le divin propre au soufisme.

C’est le reflet de cet univers spirituel riche en profondeur qu’a su rendre Aida, et que le label OKAYAFRICA a tenu à honorer en distinguant cette jeune Gabonaise parmi les 100 femmes africaines dans le monde qu’il faudra suivre en 2017.

Au plan de sa production littéraire, on peut relever trois (3) recueils de poésie en anglais: « Unmanifest Poems », « The Sublime Sphere », et « Nocturnal Light ». La sortie de son 4eme recueil de poésie « COSMICITE » est imminente. Aida a également été sollicitée par l’Université de New York dans le cadre d’un programme de mentoring pour étudiants en histoire africaine.

On compte par ailleurs parmi les collectionneurs de ses chefs d’œuvre le Département d’Etat américain à travers le programme international « Art in Embassies ». Ses expositions de peintures sur les thèmes de l’origine africaine des peuples suscitent une attention croissante dans les évènements culturels afro-américains.

Chapeau donc à l’artiste restée attachée à son pays le Gabon et qui encourage les jeunes talents du Gabon et de l’Afrique en général, à poursuivre leurs rêves en priorisant leur vision, leurs valeurs, et en persévérant, car dit-elle, la persévérance ouvre les portes du succès.

SKB

CULTURE: Musique: Bilan de la Semaine de la Musique Classique et du Jazz: Expérience à pérenniser

image001-1

La Semaine de la musique Classique et du Jazz qui s’est déroulé du 11 au 18 février dernier restera un excellent souvenirs, dans la mesure où elle a mis en perspective la première cantatrice Gabonaise en la personne de Adriana Bignagni. D’autres artistes et d’autres activités ont émaillé le programme très éclectique de l’événement cette année. Ainsi, on a pu observer:

ADRIANA BIGNAGNI LESCA & SOPHIE PORNIN

Pour l’ouverture de la Semaine de la musique classique et du jazz, la cantatrice gabonaise Adriana Bignagni Lesca et la pianiste Sophie Pornin ont offert un récital sur le thème des «Tituberies», avec notamment, L’air de la baronne de Nino Rota, Ah quel Dîner de la Périchole d’Offenbach et le Duo de Chat de Rossini.

MOHAMED NAJEM AND FRIENDS

La musique de Mohamed Najem & Friends propose une approche inédite où les sons et les instruments d’obédience jazzy (piano, batterie et contrebasse) apportent une touche originale à ses compositions purement orientales. Les sons de multiples voyages servent de terreau au déploiement d’une musique sans limites de style. Le jeu de clarinette est à la fois oriental et contemporain, et les mélodies, hautes en couleurs sont façonnées par les influences jazz et parfois classiques. Par ailleurs, le groupe est composé de Mohamed Najem : Clarinette & Nay / Clément Prioul : Piano; Thomas Julienne : Contrebasse / Baptiste Castets: Batterie.

LA FLUTE ENCHANTEE de Mozar

Mise en scène de Peter Ulrich; Direction musicale d’Alexander Krampe; Ciné-opéra pour les enfants, dans le cadre de la Semaine de la Musique Classique et du Jazz. Le chef-d’œuvre de Mozart permet aux spectateurs de tous âges, enfants comme parents, de découvrir le monde fascinant de l’opéra. Papageno fait office de conférencier et accompagne le public tout au long de l’intrigue, racontant l’aventure du Prince Tamino qui tombe amoureux de Pamina et qui veut la délivrer du royaume de Sarastro.

LE BOURGEOIS GENTILHOMME de Molière et Lully

Mise en scène de Denis Podalydès; Direction musicale de Christophe Coin – L’Ensemble baroque de Limoges. Le Bourgeois Gentilhomme est le pétillant résultat de l’alliance des génies de Molière et de Lully, unis pour satisfaire Louis XIV. Molière est ici servi par la mise en scène de Denis Podalydès, Lully par Christophe Coin et l’Ensemble Baroque de Limoges, et les costumes sont signés Christian Lacroix.

VIRGINIE ET BRUNO ROBILLIARD
Récital piano et violon

Lauréate du concours Long-Thibault, Virginie Robillard fait carrière entre l’Europe et l’Amérique latine, enregistre une dizaine d’albums et enseigne à la Haute école de musique de Genève. Bruno Robilliard, pianiste, demi-finaliste au Long Thibault, fait une carrière de chambriste et enseigne au Conservatoire national supérieur de Lyon. Il est également compositeur.

VIRGINIE ROBILLIARD & THOMAS GUEÏ CHOC & FUSION
Violon et percussions

Une rencontre musicale entre le violon et les percussions africaines a abouti à la création de ce récital francoivoirien. Au programme, il y avait des improvisations, de la musique africaine et des mélodies de Bach interprétées par Virginie Robilliard et accompagnées par les percussions de Thomas Gueï.

Le rendez-vous est donc pris pour 2018 lors de la prochaine Semaine de la Musique Classique et du Jazz avec un programme encore plus alléchant.

SKB

CULTURE: 7 Figure de l’Esclavage qui ont dédié leur vie à défendre leur cause

L’esclavagisme résume à priver une personne de sa liberté en l’arrachant à sa famille et son environnement, afin de l’exploiter pour diverses tâches. Nombreux sont les défenseurs des droits de l’Homme à être cités lorsque l’on parle d’esclavagisme, à l’image de Martin Luther King, Lamartine, Malcolm X…

En revanche, très peu d’esclaves, pourtant figures de révolte sont mis à l’honneur. Leurs actions ont contribué à la délivrance de certains prisonniers ainsi qu’à l’abolition de l’esclavage.

SPARTACUS

spartacus
Certainement le plus connu de tous les esclaves rebelles. Originaires de Thrace (indo-européen), il fut un grand gladiateur et l’initiateur de la révolte des esclaves entre 73 et 71 avant J.C. Même si son histoire reste floue par manque de récits ou faute de contradictions, il n’y a nul doute sur son investissement dans la révolte d’esclaves durant la Troisième guerre Servile. Spartacus a été tué au combat à Senerchia en Italie du Sud.

MULÂTRESSE SOLITUDE

mulatresse-solitude2
Mulâtresse Solitude est une enfant issue d’un viol née en 1772. Elle avait pour géniteur l’un des marins du bateau conduisant sa mère esclave africaine aux Antilles. Elle a connu l’abolition de l’esclavage en 1774. Mulâtresse a été engagée dans la communauté marronne de Goyave en Guadeloupe. Suite au rétablissement de l’esclavagisme par Napoléon en 1802, elle a fait partie de la guerre de révolte en se ralliant à Louis Delgrés un fervent résistant aux troupes napoléoniennes.

A 30 ans, elle combat enceinte et survit à la guerre. Elle sera pendue le lendemain de son accouchement. Depuis, quelques statues ont été érigées à son honneur (Bagneux, Marie-Galante…). L’écrivain André Schwartz-Bart lui a dédié un roman éponyme et en 2008, Paskal Vallot a créé une comédie musicale à partir de son histoire. En 2014, à Ivry-sur-Seine, un nouveau quartier dispose d’une « allée de la Mulâtrese Solitude ».

DUTTY BOUKMAN

dutty_boukman
Né en Jamaïque, Dutty Boukman est connu comme étant un prêtre vaudou (un Houngan). Esclave à Saint-Domingue, en 1791, il rassemble un grand nombre d’esclaves lors d’une cérémonie vaudou. Après avoir prononcé quelques prières et sacrifié un cochon noir, il fit boire le sang de ce dernier à l’assistance. Prétextant qu’ils étaient devenus invulnérables, il ordonna la révolte.

Huit jours plus tard, les esclaves tuent leurs maîtres et brûlent tant leurs maisons que certaines plantations de sucre et de café. Rapidement, il conduit son « armée » jusqu’aux portes d’Haïti mais les autorités ripostent et Dutty Boukman est tué au front. Malgré tout, la ferveur de l’armée vaudou ne s’apaise pas, d’autres chefs prenant la relève de Boukman. Le plus connu d’entre eux sera connu sous le nom de Toussaint Louverture.

FRANÇOIS-DOMINIQUE TOUSSAINT LOUVERTURE

francois-dominique
Descendant d’esclaves noirs, Toussaint Louverture est né affranchi en 1743 à Haïti. Il est la figure emblématique de la révolution haïtienne, connu pour ses rôles engagés en tant qu’anticolonialiste, abolitionniste et revendiquant l’émancipation des noirs. Autodidacte, il a été un militaire brillant et homme politique éminent dans la colonie française de Saint-Domingue.

Il fut arrêté par l’armée du Général Leclerc, ramené en France puis incarcéré au Fort de Joux, dans le Doubs où il y mourra de froid en avril 1803. Grande icône, Toussaint Louverture a connu de nombreux hommages posthumes : Lamartine lui a dédié un poème éponyme de 5 actes, Alexandre Dumas prête son nom à l’un des personnages de son roman « Les Mohicans de Paris », l’aéroport d’Haïti a été rebaptisé Aéroport International Toussaint Louverture en 2003, plusieurs plaques, statues ont été érigées à son nom aussi bien en France qu’au Québec ou à Haïti.

NATHANIEL TURNER

8741_14_13-nat-turner-image-library-congress
Esclave afro-américain d’origine ghanéenne, Nathaniel Turner (dit Nat Turner) est né en 1800. Précoce, la Bible l’inspire, à tel point qu’il se sentira investi d’une mission. En 1831, il prend une éclipse solaire comme signe du ciel et mène une action contre les propriétaires d’esclaves. Six mois plus tard, le soleil se teinte de vert après une éruption volcanique, c’est alors que Turner lance une deuxième offensive et la révolte éclate pendant deux jours.

Une milice stoppe les ferveurs de Nat Turner mais ne le capture que deux mois plus tard. L’avocat Thomas Ruffin Gray, l’interrogera pendant de longues heures et ses dires seront retranscrits dans un ouvrage officiel devenu historique : « Les confessions de Nat Turner ». Il sera pendu en Virginie en 1831, avec 18 de ses hommes. A noter que son soulèvement a été l’un des facteurs ayant conduit à la Guerre de Sécession.

HARRIET TUBMAN

harriet-tubman
Née en 1820 dans le Maryland, Harriet Tubman est fille d’esclaves. Sa mère a tenu tête à son maître blanc, ce dernier souhaitant vendre son plus jeune fils. Face à sa hargne, la vente a été annulée. La jeune Harriet Tubman s’est nourrie de cet événement ainsi que de sa foi en l’ancien testament pour faire naître un sentiment de résistance. Baptisée la « Moïse noire, Grand-mère Moïse ou Moïse du peuple noir, elle milite activement en faveur de l’abolition de l’esclavage.

Après que cela ait été voté aux États-Unis en 1865, elle s’engage dans des actions contre le racisme ainsi que le droit de vote pour les femmes. Harriet Tubman est largement honorée pour son travail et est la première femme noire distinguée. Elle figurera sur le billet de 20 dollars américain et fait partie des « National Women’s Hall of Fame ».

NADIA MURAD

YAZIDI
A 19 ans, Nadia Murad est enlevée à sa famille par des djihadistes de Daesh. Esclave sexuelle, elle a connu l’enfer de la violence et des viols collectifs pendant 3 mois. Elle a réussi à s’échapper et se bat aujourd’hui pour dénoncer la condition des femmes au sein des groupes terroristes. Soutenue par de nombreuses personnalités comme Amal Clooney ou Ban Ki-Moon, elle compte bien se battre afin d’obtenir justice.

Nominée pour le Prix Nobel de la Paix en 2016, la jeune femme d’origine yézidie obtient cette même année le Prix Sakharov et le Prix des droits de l’homme Vaclav Havel. Le 16 septembre 2016, elle devient Ambassadrice de l’ONU pour la dignité des victimes du trafic d’êtres humains.

Défiant les siècles et l’avancée intellectuelle, l’esclavage continue de perdurer sous diverses formes. En effet, en Asie et plus particulièrement en Inde, de nombreux enfants sont exploités pour travailler dans des usines de briques ou de textile. L’esclavage sexuel reste encore plus tabou. Les femmes rescapées préfèrent garder l’anonymat. Quant au tourisme sexuel sur enfants, des voix commencent à se lever, à l’image d’Ashton Kutcher tout récemment. Cela afin d’éveiller les consciences sur ce trafic. La traite humaine est formellement interdite dans le monde. Malgré tout, l’esclavage revêt différentes formes et continue d’œuvrer à l’abri des regards.

SKB

CULTURE: Cinéma: Palmarès des Oscars 2017

oscars_2017___le_palmares_6832-jpeg_north_780x_white

Grande favorite de cette 89ème édition des Oscars, avec 14 nominations, la comédie musicale La La Land est finalement repartie qu’avec 6 récompenses dont celle de la meilleure actrice pour Emma Stone et celle du meilleur réalisateur pour Damien Chazelle. Le film aurait presque pu, d’ailleurs, repartir avec une 7ème statuette lorsque Warren Beatty a annoncé par erreur la victoire de La La Land dans la catégorie du meilleur film. C’est finalement Moonlight qui a remporté l’Oscar. Le film repart également avec que celui de la meilleure adaptation et du meilleur acteur dans un second rôle pour Mahershala Ali, qui devient le premier acteur musulman à être primé dans cette catégorie.

De son côté, Casey Affleck décroche l’Oscar du meilleur acteur pour son rôle dans Manchester by the Sea. Viola Davis est, elle, repartie avec celui de la meilleure actrice dans un second rôle pour Fences. Visiblement très émue, la comédienne a eu du mal à retenir ses larmes lors de son discours sur la scène du Dolby Theatre.

Pour son drame, Le Client l’Iranien Asghar Farhadi a reçu le prix du meilleur film en langue étrangère. Le cinéaste a cependant fait le choix de boycotter la cérémonie pour protester contre le décret migratoire de Donald Trump. Enfin, Disney décroche une 5ème statuette de rang dans la catégorie du meilleur film d’animation pour Zootopie.

Le palmarès complet des Oscars 2017 :

Meilleur acteur dans un second rôle : Mahershala Ali pour Moonlight

Meilleurs maquillage et coiffures : Suicide Squad.

Meilleurs costumes : Fantastic Beasts

Meilleur film documentaire : O. J. Made in America

Meilleur montage sonore : Premier contact

Meilleur mixage sonore : Tu ne tueras point

Meilleure actrice dans un second rôle : Viola Davis pour Fences

Meilleur film en langue étrangère : Le Client

Meilleur court-métrage d’animation : Piper

Meilleur long-métrage d’animation : Zootopie

Meilleurs décors : La La Land.

Meilleurs effets spéciaux : Le Livre de la jungle

Meilleur montage : Tu ne tueras point

Meilleur court-métrage documentaire : White Helmets

Meilleur court-métrage de fiction : Sing

Meilleure photographie : La La Land

Meilleure musique originale : La La Land

Meilleure chanson originale : City of Stars, La La Land

Meilleur scénario original : Manchester by the Sea

Meilleur scénario adapté : Moonlight

Meilleur réalisateur : Damien Chazelle pour La La Land

Meilleur acteur : Casey Affleck pour Manchester by the Sea

Meilleure actrice : Emma Stone pour La La Land

Meilleur film : Moonlight

SKB

CULTURE: Cinéma: Pepsi crée son premier long-métrage

2067817_pepsi-cree-son-premier-long-metrage-web-tete-0211829774786

Pepsi planche sur un long-métrage dont son icône publicitaire Uncle Drew sera le héros, et a noué un partenariat avec le Sundance Festival. Du jamais vu dans l’univers du brand content.

On ignore s’il s’agira d’un bond déterminant dans l’histoire du cinéma. Mais une chose est sûre : ce sera, à coup sûr, un grand pas dans la fabrication de contenu éditorial pour les marques, le désormais fameux brand content. Pepsi s’apprête à adapter sur grand écran aux Etats-Unis les aventures de son icône publicitaire vedette, Uncle Drew, conçu de toutes pièces par l’agence BBDO (Omnicom). Une Mère Denis du soft drink en nettement plus déjanté, qui fait les beaux jours de la saga du soft-drink depuis près de cinq ans. Un peu comme si le bébé Evian de Danone, inventé par BETC, devenait subitement le héros d’un film, où il interpréterait son propre rôle !

Révélé par le magazine Variety et confirmé par Pepsi, le projet de long-métrage apparaît comme la dernière étape de la lente élaboration d’un véritable écosystème autour de la marque. Même si l’on ignore encore le mode de distribution du film. En salles ? Peut-être. Au prochain Sundance Festival, dont Pepsi est partenaire, ou sur les plates-formes de téléchargement ? Pratiquement sûr.

Premières aventures

Enfin, même si l’opération ne devrait pas, en termes de dépenses, égaler le coût d’un spot au Super Bowl (4,5 millions de dollars pour 30 secondes), Pepsi a largement ouvert son portefeuille. C’est le producteur de la saga Twilight, Temple Hill Entertainment, qui a racheté les droits. Tandis que le script a été confié au scénariste Jay Longino (Skiptrace, avec Jackie Chan, sorti sur Netflix). Enfin, c’est Kyrie Irving, le joueur de basket star, meneur des Cleveland Cavaliers et interprète du personnage d’ Uncle Drew depuis le début de la saga, qui reprendra son propre rôle.

Un personnage qu’il joue depuis 2012, date à laquelle la fameuse saga publicitaire commence avec les premières aventures d’Uncle Drew, signées par BBDO pour la boisson Pepsi Max, garantie sans sucre. Le pitch ? Convaincre les hommes, les vrais, qu’ils peuvent boire un soda light, sans remiser pour autant leur masculinité au vestiaire.

Masculinité

Déguisé et maquillé, Irving y incarne un vrai (faux) septuagénaire, nommé Uncle Drew. Un joueur « faible » sur le papier. Mais qui, après quelques lampées de Pepsi Max, crée la surprise en bondissant, et en marquant des paniers extraordinaires. Bingo ! La vidéo est vue plus de 40 millions de fois sur YouTube. D’autres stars du basket y font leur apparition, comme Baron Davis et Ray Allen, tandis que Pepsi noue un partenariat avec Nike pour créer des produits dérivés en lançant notamment un coloris Uncle Drew pour la basket culte Kyrie 1.

Mais pour Pepsi, ce n’est pas suffisant. Les millenials (les 18-35 ans), sa clientèle captive, manifestent une fâcheuse tendance à zapper la télévision de Papa et ses spots de 30 secondes, pour consommer des films, des séries ou du contenu partagé via les réseaux sociaux sur leur PC, tablette, ou smartphone. Coûteux (entre 2 et 6 millions de dollars en moyenne), le spot TV se révèle un investissement de moins en moins rentable sur cette cible.

Zakouski

« On se trouve face à un problème d’exposition publicitaire, décrypte Gautier Piquet, président de Publicis Média. Montrer le produit ne suffit plus à enchanter le consommateur. Il faut lui offrir de « l’every day content », créer de l’émotion autour de la marque, l’inscrire subtilement dans son cerveau. Dans ce contexte, le fait que Pepsi diffuse son long-métrage sur les plates-formes de téléchargement est particulièrement intéressant. »

D’où – déjà – la présence de représentants de Pepsico, en janvier, au dernier Sundance Festival, aux côtés de gros « digital players » survoltés, tels que Netflix et Amazon, sortant du cash par millions. « Nous avons un gros portefeuille de marques (Pepsi, Tropicana, Gatorade, Lays, Quaker, Oats… NDLR ) et nous sommes à la recherche d’histoires correspondant à chaque fois aux valeurs de chacune », y a révélé Kristin Patrick,senior-vice president du global brand development. De là à en déduire qu’Uncle Drew ne sera qu’un zakouski pour Pepsico et qu’une offensive globale est lancée… il n’y a qu’un tout petit pas.

SKB

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :