Recherche

GABONINFOSLIVE

L'INFORMATION EN TEMPS REEL

Catégorie

Non classé

POLITIQUE: Bilie By Nze à l’épreuve de l’éducation !

images30

C’est à l’occasion de sa traditionnelle conférence de presse, que le Porte-parole du Gouvernement, Alain Claude Bilie By Nze a développé les axes suivants:

1-Inondations à Libreville

Les autorités gabonaises en tête desquelles le Président de la République, Ali BONGO ONDIMBA, déplorent les conséquences des intempéries survenues dernièrement dans la capitale gabonaise et qui ont plongé de nombreuses familles dans la précarité et le désarroi. Des mesures pour accompagner les sinistrés ont été prises par la Direction générale de la Protection civile et la Croix Rouge gabonaise sous le contrôle du ministère de l’Intérieur. Il s’est agit de reloger temporairement les victimes sur le site de l’école publique de la Cité Mebiame. Le Président de la République et le Gouvernement de la République réitèrent leur engagement à trouver des solutions idoines aux problèmes de planification dans le domaine du logement à Libreville.

2-Sommet de la CEMAC

Le Premier ministre, Chef du Gouvernement, envoyé spécial du Chef de l’Etat; a représenté ce dernier lors du Sommet extraordinaire des chefs d’Etat de la CEMAC qui s’est tenu le 17 février 2017 à Djibloho, en Guinée équatoriale. Au titre des points inscrits à l’ordre du jour il y avait notamment :
– La situation économique dans la sous région ;
– la question des réformes dans l’espace communautaire ;

un certain nombre de mesures à l’exemple de la libre circulation des personnes et des biens qui a été actée par les chefs d’Etats et leurs représentants. Elle reste toutefois conditionnée par la présentation de documents biométriques aux frontières.
Autre principe acté, celui du rapatriement des fonds publics et privés afin que les Etats de la communauté disposent de ressources suffisantes de financement, favorisant un investissement dans la zone CEMAC.

Selon un principe de rotation adopté à Bangui, le Gabon siégera dès Juillet prochain à la tête de la Commission de la CEMAC. A cet effet, le Professeur Daniel ONA ONDO succédera à Monsieur Pierre MOUSSA, de la République Populaire du Congo.

3-Lancement travaux commission ad hoc pour le dialogue politique.

Lancement des travaux de la commission ad hoc chargée de préparer le dialogue national le 15 février 2017. Si le calendrier est respecté, le rapport issu de ces travaux sera présenté au Chef de l’Etat dès la fin de ce mois. Cette commission est présidée par le Premier ministre, Chef du Gouvernement, avec à parité deux vice présidents et deux rapporteurs. Majorité/ opposition.

4-Lancement de la saison 2 du NZIMBA

Autre lancement par le Premier ministre Emmanuel ISSOZET NGONDET, la saison 2 du Magazine Le NDZIMBA su Gabon Télévision. Le Chef du Gouvernement s’est prêté aux questions des journalistes et a présenté sa méthode de travail qui a pour finalité de traduire en actes le programme présidentiel. Il a reconnu que des efforts restent à faire et rappelé que chacun va désormais assumer ses responsabilités, le Gouvernement, l’Etat ainsi que les citoyens. Après le passage du Premier Ministre, les autres membres de son équipe répondront aux questions des journalistes du NDZIMBA selon un ordre fixé par le Chef du Gouvernement.

5-Suspension de salaire des enseignants Primaire- secondaire.

La situation de l’enseignement au Gabon continue de préoccuper le Gouvernement de la République. Alors que les parents d’élèves et les élèves ne cachent plus leur impatience devant les mouvements d’humeur à répétition des enseignants du secteur public, le Gouvernement a dû prendre les mesures disciplinaires qui s’imposent. Ainsi, annonce-t-il la coupure de solde de 807 enseignants du primaire et du secondaire parmi lesquels 19 dans la province l’Ogooué Ivindo qui, non contents de faire grève, ont imposé aux parents de payer pour dispenser les cours.

6-Travaux préparatoires du Haut Conseil pour l’investissement.

Libreville va accueillir dans les premières semaines du mois de mars prochain le Haut Conseil pour l’investissement En prélude, le Premier ministre, Emmanuel ISSOZE NGONDET, avait présidé les travaux préparatoires de la première session du Haut Conseil pour l’investissement (HCI), le vendredi 20 janvier 2017.

Ces échanges ont réuni les opérateurs économiques et plusieurs membres du Gouvernement gabonais sous le thème : « Comment relancer l’économie par l’investissement et la diversification pour une croissance inclusive ? »

A l’ouverture des travaux, Emmanuel ISSOZE NGONDET s’est penché sur le nécessaire « rétablissement du dialogue Public-Privé, la restauration de la confiance, l’amélioration du cadre des affaires », afin de susciter et d’accroître l’investissement dans notre pays.

Il faut rappeler que ce Conseil est présidé par le Président de la République et regroupe les membres de l’administration centrale ainsi que le secteur privé. Il se réunira une fois l’an afin de donner les grandes orientations en matière d’investissement et de compétitivité économique.

Le Conseil Interministériel qui s’est tenu vendredi, en première session préparatoire, permettra de renforcer l’action du Gouvernement envers le secteur privé et de suivre l’évolution des réformes de commun accord.

7-Démarrage de la Tropicale Amissa BONGO

Du 27 février au 5 mars prochain se tient au Gabon la 12ème édition de la Tropicale Amissa BONGO. Quinze équipes au total prendront part à la compétition dont 10 professionnelles.

8-Affaire MABICKA Poste S.A.

Vous avez entendu récemment comme moi dans la presse une pseudo- réponse de M. Alfred MABICKA faisant état d’une certaine implication du Premier ministre et du ministre de l’Economie numérique dans la situation difficile que connait la Poste S.A. aujourd’hui.

D’abord retour sur les faits

Cela fait aujourd’hui 5 mois que je suis à la tête de ce département Ministériel. La crise à la Poste est donc antérieure à mon arrivée. En outre, je n’assure que la tutelle technique de la Poste.
De 2006 à 2007 j’étais ministre délégué. Je n’ai posé de ce fait, aucun acte stratégique concernant la Poste, quoique comme tout citoyen, j’étais détenteur d’un compte à la poste.

En janvier 2008 lorsque je quitte le Gouvernement je fais conjointement avec mon gestionnaire, le point sur l’état de mon compte et j’apprends qu’il est déficitaire de 10 millions que je rembourse intégralement dès le mois de février de la même année.

Le déficit de la Poste est aujourd’hui de plus de 100 milliards de Fcfa. Mais de quoi parle-t-on au juste ? On parle de nombreux Gabonais qui ont investi durement leur argent, des salariés qui sont désormais payés avec des retards conséquents, des retraités qui ne peuvent plus avoir leurs actifs.

Quelles sont les faits ? il est demandé à une personne suspectée d’avoir mal géré de venir s’expliquer, elle refuse. Et préfère se lancer dans des manipulations que je qualifierai d’enfumage. Monsieur MABICKA a investi près de 6 milliards de Fcfa en République démocratique du Congo en l’occurrence dans la formation de cadres et la construction de bureaux de poste. Il a vendu des immeubles à Port-Gentil, sans le consentement du Conseil d’administration de la Poste, s’est lancé dans des transactions financières hasardeuses telles que Poste Immo, a distrait quasiment 20 milliards de francs Cfa, dont 11 milliards en France au titre de l’argent des transferts non reversé.

La vérité dans cette histoire c’est que Monsieur MABICKA qui est un ainé parce que né avant moi, ayant été aux responsabilités avant moi mais aussi pour une autre raison que nous partageons tous deux, m’a demandé d’intervenir pour que cessent les poursuites contre lui et j’ai répondu que je ne pouvais rien contre la Justice, c’est la raison pour laquelle je suis l’objet d’une telle attaque. Le Premier ministre a lui par contre, alors qu’il était ministre du Budget, refusé de verser la subvention si aucun compte n’était au préalable fait sur la gestion de la subvention précédente. Voila ce qui nous vaut à tous deux les attaques actuelles. Il n’y a aucune affaire BILIE-BY-NZE à la Poste S.A.

SKB

LIBRE-PROPOS: La Résolution du Parlement Européen cyniquement démontée !

assemblee_strasbourg

La fameuse résolution du Parlement Européen sur le Gabon , adoptée dans sa version définitive ce jeudi 02 Février 2017 et vidée de son contenu initialement proposé , est venue définitivement doucher les derniers espoirs perdus du groupe des « préposés de la Françafrique » vacillante et chancelante. Première incongruité de ce texte inique, la résolution est conjointe au Gabon et à la République Démocratique du Congo dont le contexte politique est diamétralement opposé à celui du processus électoral définitivement forclos du Gabon. Soit!

Ce soir, nous trinquons au nom de la Souveraineté de notre pays le Gabon et célébrons par ricochet,le triomphe de la Souveraineté Africaine sur le dernier pré-carré de l’impérialisme européen. Ceux qui nous ont commis avec maladresse et illumination un procès d’intention, pour avoir rappelé dans ma récente tribune, certains principes de droit international (pourtant bien connus et élémentaires), en nous couvrant d’invectives et d’injures, ont tous été contraints de rentrer dans leurs petits souliers, et de tirer la leçon selon laquelle , au Parlement Européen ne siègent pas que des « marchands de rêves » à la libido financière insatiable, mais également des ténors du Droit international rompus à la tâche, et défenseurs de l’égalité souveraine des États.

Le Gabon a bel et bien ratifié l’accord de Cotonou du 23 Juin 2000 qui lie l’Europe à l’Afrique, les Caraïbes et le Pacifique. Le fameux article 96 de cet accord, brandi par les bourreaux d’une Afrique désormais affranchie et avisée , ne peut dès lors s’appliquer que dans le cadre exclusif des « ACP-UE » dont la 32 ème session parlementaire paritaire, s’est tenue à Nairobi au Kenya du 19 au 21 Décembre 2016. Cette session réunissaient d’ailleurs, des représentants des parlements européen et africains dans le cadre des règles fixées par l’Accord qui les lie juridiquement.

Nous nous souviendrons qu’à cette époque déjà, la majorité des parlementaires européens, siégeant dans cette assemblée paritaire, semblait dubitative, sceptique mais surtout peu convaincue par les argumentaires légers et saugrenus, présentés contre le Gabon et ses dirigeants. Aujourd’hui, le coup de grâce vient d’être porté par le Peuple Européen, qui sonne la fin du dictat colonial, et refuse désormais de légiférer unilatéralement au delà de ses propres limites territoriales.

Une réalité qui me fait dire ce soir que notre coup de pression a bel et bien payé et nous tenons à saluer cette lucidité du vieux continent. En se limitant en effet à des recommandations et suggestions, le Parlement Européen a bien compris qu’il ne pouvait ni DECIDER, ni ENJOINDRE au nom des Peuples Africains, ou du Peuple Gabonais en particulier. L’Europe est un partenaire économique et politique stratégique pour l’Afrique, elle le restera tant qu’elle saura considérer cette Afrique qui lui donne tout ou presque, non plus comme une éternelle adolescente, mais plutôt comme une adulte émancipée et solidement installée sur le piédestal de la Maturité.

Le Parlement Européen aura beau adopter toutes les résolutions qu’il voudra, le Gabon, pour protéger et garantir sa souveraineté, est prêt à renoncer à la portion congrue des petits 8 milliards de Franc CFA d’aide au développement que lui accorde le continent européen. Les parlementaires de Strasbourg ont bien compris qu’ils étaient désormais dans « la sauce ».

Vive la Souveraineté Africaine, vive la Souveraineté Gabonaise, pour que vive le triomphe du Droit interne! Le débat est officiellement clos en attendant la prochaine lubie de nos « sous-préfets » de la Françafrique! Le Dialogue Politique initié par Ali BONGO ONDIMBA, Président de la République Gabonaise, demeure à ce jour, la seule issue possible pour mettre un terme aux crispations et déconvenues de nos deux camps!

VPM

LIBRE-PROPOS: Résolution contre le Gabon:Quand le Parlement du « roi blanc » européen méprise la Souveraineté du Gabon et snobe son alter ego Africain

sipa-ue-europe-turquie-1630858-jpg_1515583

Une forte rumeur fait état de ce que le Parlement Européen serait sur le point de présenter à l’adoption de ses membres, une résolution contre le Gabon ou du moins ses autorités.

En Alpha, dans mes modestes réminiscences d’étudiant en droit, il m’a été enseigné que la souveraineté d’un État traduisait de manière sommaire d’une part, le fait qu’à l’extérieur , un État n’était pas tenu de se soumettre à des INJONCTIONS ou obligations à l’égard d’autres États et des organisations internationales autres que celles qu’il a librement acceptées, et d’autre part, qu’en interne, il déterminait de son propre chef, les droits et devoirs qu’il assume à l’égard des personnes ou situations juridiques pour lesquelles son ordre juridique s’applique.

Il m’a été également enseigné, que le droit international coutumier consacrait de manière indiscutable le principe de non ingérence dans les affaires intérieures des États, au nom du principe d’égalité souveraine consacré par les Nations Unies et ratifié par ses États membres. Aujourd’hui, il me surprend que ces principes de droit international pourtant scandés à audible voix par les « rois de la démocratie mondiale », fassent l’objet du désormais « deux poids deux mesures » qui fait du continent africain et de ses dignes fils, le paillasson sur lequel le « roi blanc » européen, pose l’échelle de son interventionnisme « colonio-impérialiste ».

drapeau-gabon1

Au menu du jour de son insatiable libido, le Gabon. Cette ancienne vache à lait de la « France à fric foccardienne », au Peuple vaillant et affranchi, qui a récemment frôlé l’embrasement et le chaos, sous l’égide bien-pensante de la reine mère Européenne. Doit-on rappeler à ces « régents » de Strasbourg, déterminés à saucissonner le Gabon par une résolution au contenu inique et insipide, que le processus électoral d’Aout 2016 au Gabon a connu son point culminant avec l’ épuisement du contentieux de même nom, le Vendredi 23 Septembre 2016 par décision souveraine de la Mère de nos juridictions nationales, la Cour Constitutionnelle!?

Frappée du sceau de l’autorité de la chose jugée et auréolée de sa forclusion, cette décision de la Cour Constitutionnelle gabonaise, quelque soit les griefs que pourraient lui opposer ses pourfendeurs de circonstance, et rendue en présence de hauts magistrats africains, signifie en Droit qu’ aucune institution étrangère à l’Etat souverain du Gabon, fusse-t-il « Parlement Européen », n’est fondée à ouvrir un nouveau contentieux en la matière, à moins que l’Union Africaine qui agit sur son ressort territorial par parallélisme à l’Union Européenne, ne soit devenue une « sous-préfecture institutionnelle » de l’Europe à l’insu de ses États membres.

Il me fait dire de ce qui précède, que le continent africain ne se sera toujours pas affranchi du « roi blanc », prêt à tout pour conserver ses intérêts, tant que nous lui laisserons l’occasion permanente de jouer avec arrogance, à ce fameux jeu de « lancée de nain » pour la plus grande maltraitance du petit nègre d’Afrique, peut-être parce que n’est-il-toujours « pas entré dans l’Histoire »? Suivez mon regard…

Non Chers concitoyens européens du monde, le Gabon ne sera jamais votre punching ball, ni votre précédent jurisprudentiel impérialo-dominateur! Le Gabon n’acceptera pas de se faire guillotiner sur l’autel de votre mafia infeste! Car l’Afrique comme l’Europe s’est désormais affranchie, l’Afrique comme l’Europe est désormais souveraine, l’Afrique comme l’Europe a désormais ses institutions, l’Afrique comme l’Europe est désormais debout, l’Afrique comme l’Europe a désormais sa Relève , l’Afrique comme l’Europe n’est plus soumise, l’Afrique comme l’Europe, ne sera plus jamais régentée par des citoyens étrangers à son territoire, l’Afrique comme l’Europe est « désormais » entrée dans l’Histoire, et ses dignes fils de la nouvelle génération se dresseront comme un bouclier pour désormais assurer sa protection!

Non chers Concitoyens européens du monde, l’inégalité de traitement devant les lois internationales à laquelle vous voudriez nous astreindre par votre boulimie obsessionnelle à diriger au delà de vos frontières incestueuses, m’amène à conclure par une mise en garde: Nous n’avons pas vu votre premier coup venir, nous n’encaisserons pas un second. Non seulement nous allons l’esquiver, mais surtout, l’Afrique souveraine vous rendra la « politesse » du premier coup. J’ai dit.

VAM

LIBRE-PROPOS: Affaire « Légion Altogovéenne »: Mais de quelle « Légion » parle-t-on?

arton37700

Un article publié sur le site gabonreview avait récemment pointé du doigt la nouvelle architecture de la Présidence de la République Gabonaise, laquelle selon son auteur, reposerait désormais sur une légion dite « altogovéenne » incarnée par les Directeur et Chef de Cabinet du Chef de l’état. Tout d’abord permettez- nous de nous indigner devant ce prisme à la fois déformant et à la connotation dangereusement orientée qui pourrait laisser naïvement penser qu’Ali BONGO ONDIMBA serait devenu tribalo-ethnocentriste.

Ensuite, le condensé de ces affirmations gratuites et fallacieuses a sans doute été intentionnellement circonscrit à trois collaborateurs du Chef de l’Etat issus de la même province, alors même que dans cette nouvelle garde rapprochée figurent aux premières loges, des personnalités de bonne facture issues d’autres provinces du Gabon.

Pour corriger cette ignorance volontaire, et lever toute équivoque, nous devons à la vérité de rectifier, au nom du droit du public à la « Bonne Information », que le patron de l’administration présidentielle, autrement dit le Secrétaire Général de la Présidence de la République est un ressortissant de la province du Moyen-Ogooué et non du G2, le Chef d’Etat-major particulier du Président de la République est originaire de la province du Woleu Ntem et non du G2, le Directeur Général du Protocole d’Etat est originaire de la province de l’Ogooué-Ivindo et non du G2, le Directeur adjoint de cabinet 2 du Président de la République est originaire du Woleu Ntem et non du G2, le Directeur Général de la Presse présidentielle est natif du Woleu Ntem et non du G2, les Aide-Camps du Chef de l’Etat sont issus de provinces diverses et variées dont un fils de Ndjolé, sans oublier le nouveau Ministre en charge des affaires présidentielles et du volet stratégique de la Défense nationale qui est quant à lui originaire de l’Estuaire et non du G2 .

Autant d’autres fonctions importantes auxquelles nous rajouterons à souhait, celles de Conseillers Spéciaux ou politiques du Président de la République, occupées par des personnalités qui symbolisent également ‎la pluralité et la diversité des compétences interprovinciales autour du Chef de l’Etat.

Il nous revient en terme de responsabilité devant l’histoire tout en tirant les leçons du passé, de ne point laisser prospérer un tel débat aux allures de stigmatisation à l’ égard d’une province dont le seul crime de lèse-majesté aurait été d’offrir majoritairement son vote à Ali BONGO ONDIMBA à l’instar d’autres provinces d’ailleurs, débat dont les conséquences pourraient porter un coup fatal à l’unité nationale et à la Concorde sur lesquelles le Gabon a toujours reposé sa stabilité et la solidité de ses institutions.

Il n’y a pas et il n’y aura pas de légion altogovéenne au Gabon. Il y a des collaborateurs choisis par le Président de la République pour servir la Nation, en vertu des pouvoirs discrétionnaires qu’il tire de notre Loi Fondamentale. Il est par ailleurs de notoriété publique qu’Ali BONGO ONDIMBA n’a jamais promu les accointances mais plutôt les compétences.

L’institution de la Présidence de la République est en outre, un modèle de diversité dans l’administration, en ce sens que les compétences de chaque province de notre pays y sont bien représentées. La plus grosse injure faite à l’authenticité serait de ne point le reconnaître ou feindre de l’ignorer. En conclusion de ce qui précède, il n’ y a ni légion étrangère, ni légion altogovéenne, il n’y en a qu’une seule qui compte et elle est « compétentielle ».

VAM

POLITIQUE: Première sortie de Bilie By Nze depuis le début de la CAN

alain-claude-bilie-by-nze-porte-parole-du-gouvernement-gabonais

Le Porte-parole du Gouvernement, Alain-Claude Bilie By Nze, a devisé avec les journalistes lors de sa traditionnelle conférence de presse, ce vendredi à Gabon Télévision. Ont été abordés entre autres:

1- Remise du rapport des mesures prioritaires des 100 premiers jours du Gouvernement au Président de la République.

Le Président de la République, Chef de l’Etat, Ali BONGO ONDIMBA, a reçu mercredi 25 janvier dernier, des mains du Premier ministre, chef du Gouvernement, Emmanuel ISSOZE NGONDET, le rapport d’activité des mesures prioritaires des cent premiers jours du Gouvernement.

Aujourd’hui, le taux global d’exécution des projets dans les 100 jours est de 66%.

Le Premier ministre a procédé à la remise symbolique du rapport. Il a détaillé point par point le niveau d’implémentation des 172 mesures présentées à l’opinion publique le 13 octobre 2016 :

36 de ces mesures ont ainsi été intégralement accomplies ;
120 sont en cours de réalisation ;
et 16 n’ont toujours pas connu de mise en œuvre pour des raisons liées à l’inertie de certaines structures administratives ou en raison de l’indisponibilité de ressources budgétaires.

Le Chef du Gouvernement, Emmanuel ISSOZE NGONDET, a affiché la volonté de travailler dans la transparence et sous le sceau de l’obligation de résultat.

Le Premier Ministre a enfin tenu à rappeler que lesdites mesures relevaient de l’action prioritaire de son équipe pour faire face aux difficultés économiques, politiques et sociales.

En guise de réponse, le Chef de l’Etat s’est adressé aux quarante membres du Gouvernement. A cet effet, il les a invités à redoubler d’ardeur et à faire preuve de plus d’audace. Pour le Chef de l’Etat, la feuille de route doit conduire chaque ministre à s’impliquer dans ses missions pour répondre aux attentes de celles et ceux des Gabonaises et des Gabonais qui souffrent, de faire plus d’effort.

2- Couverture de la Coupe d’Afrique des Nations 2017

En ce qui concerne la couverture et la médiatisation l’événement, il faut rappeler que la compétition reprend ses droits demain avec le début des quarts de finales.
Pour ce qui est de la couverture médiatique, nous pouvons dénombrer pas moins de :
1200 représentants médias qui ont demandé une accréditation pour pouvoir couvrir la compétition ;
180 pays retransmettent actuellement les différentes rencontres à travers le monde.
Parmi les grands médias présents au Gabon, nous pouvons citer entre autres, beIN Sport, Canal +, TV5 Monde, BBC, al Jazeera, ESPN, RFI.

3- 28ème Sommet de l’Union africaine

Le 28ème Sommet de l’Union africaine se tiendra les 30 et 31 janvier prochains à Addis-Abeba sous le thème : « Tirer pleinement parti du dividende démographique en investissant dans la jeunesse ».

Ce sommet s’inscrit dans la poursuite des réformes de l’organisation et sera marqué par deux (02) principaux temps forts, à savoir :

l’élection du président de la Commission de l’Union africaine ;
l’adoption du retour du Maroc dans l’organisation continentale.

S’agissant particulièrement de l’élection du Président de la Commission de l’Union africaine, cinq (05) candidats sont en liste :

Pour rappel, lors du précédent sommet de l’Union africaine en juillet 2016, à Kigali, trois (03) candidats étaient en liste et aucun d’entre eux n’avait obtenu les deux tiers des votes nécessaires pour être élu.

Concernant le retour du Maroc, il faut rappeler que le royaume s’était retiré de l’organisation continentale en 1984, à l’époque Organisation de l’unité africaine (OUA), pour protester contre la reconnaissance de la République arabe sahraouie démocratique (RASD), autoproclamée.

En effet, les autorités marocaines avaient trouvé cette décision contradictoire avec le principe fondateur de l’organisation, qui prévoit la « non-ingérence » et « le respect des frontières » des Etats membres.

Il faut indiquer que depuis quelques années, plusieurs actions diplomatiques sont menées pour le retour du Royaume du Maroc et le Président de la République, Chef de l’Etat, son Excellence Ali BONGO ONDIMBA participe fortement à ces tractations.

4- Rencontre de haut niveau SMART Africa 2017

En marge du sommet de l’Union africaine, se tiendra également une réunion du Conseil d’administration de l’Alliance SMART Africa qui débouchera sur l’élection d’un nouveau président.

Aujourd’hui l’Alliance est composée de 13 pays membres à savoir : le Rwanda, l’Ouganda, le Gabon, le Soudan du Sud, le Kenya, le Sénégal, le Mali, le Tchad, l’Angola, le Burkina Faso, Djibouti, la Côte d’Ivoire et la Guinée.

Pour rappel, créée en 2013 lors du « Transform Africa » qui s’est tenu à Kigali au Rwanda, l’Alliance SMART Africa a pour vocation de mettre un terme à la fracture numérique et d’assurer le leadership dans l’accélération du développement socio-économique à travers les technologies de l’information et de la communication (TIC) » en Afrique sub-saharienne grâce notamment à la construction d’une infrastructure capable d’interconnecter les différentes capitales à internet.

Cette interconnexion assurera aux différents pays plus de facilité pour l’adoption d’un certain nombre de pratiques telles que la gouvernance numérique, la télémédecine, l’enseignement en ligne etc.

5- Réunion du Haut Conseil pour l’investissement (HCI)

Créé en 2014, le Haut Conseil pour l’investissement (HCI) est une instance de rencontres public-privé en vue de trouver ensemble les moyens pour relancer l’économie nationale.

Pour y parvenir, le Premier ministre, chef du Gouvernement, Emmanuel ISSOZE NGONDET, a réuni les membres du Gouvernement le vendredi 20 janvier dernier pour la première séance préparatoire autour du thème : « Comment relancer l’économie par l’investissement et la diversification pour une croissance inclusive ».

Les échanges entre les participants à cette rencontre ont permis de faire un inventaire des questions de dette et de renforcement de leur partenariat.

A cette occasion, le Premier ministre a souhaité que « l’écoute, la concertation, la vérité, la transparence, la gouvernance et l’action soient le graal de ce rendez-vous avec tous les investisseurs », confirmant ainsi, l’engagement du Gouvernement à maintenir la croissance de l’économie nationale.

6- Préparatif du dialogue politique national

Comme voulu et promis par le Président de la République, le dialogue politique national se tiendra effectivement après la Coupe d’Afrique des nations.

Le Porte-parole du Gouvernement, Bilie By Nze confirme donc la tenue de cette concertation politique après cette manifestation. Déjà au titre des préparatifs,la mobilisation autour de ce dialogue ne faiblit pas, toutes les forces de la Nation sont d’ores et déjà mobilisées et le ministre d’Etat, en charge du dossier, Francis NKEA NDZIGUE, est à pied d’œuvre pour rechercher le bon format pour l’organisation de ces assises politiques au niveau national.

Bilie By Nze confirme aussi sur cette question, que sur 54 partis politique reconnus dans notre pays, 52 y ont déjà été inscrits pour cette consultation après les rencontres que le Premier ministre, Emmanuel ISSOZET NGONDET, a eu avec les différents responsables.
De même, plusieurs forces vives de la Nation ont manifesté leur volonté à prendre part à cette concertation.
Les consultations politiques se poursuivent et la mise en place du comité chargé de préparer les modalités pratiques d’organisation de cette concertation est en voie d’être finalisée.

7- Visites de terrain du Premier ministre, chef du Gouvernement.

Le mardi 24 janvier 2017, le Premier ministre, Emmanuel ISSOZE NGONDET, a effectué une visite sur le chantier du port minéralier de Barracuda et de Comilog, ainsi que les travaux d’extension du port commercial d’Owendo, en compagnie des ministres des Mines, Christian MAGNAGNA, et des Transports et de la Logistique, Flavienne MFOUMOU ONDO.

Cette visite avait pour objectif de s’enquérir de l’état d’avancement des travaux de ces infrastructures qui visent à renforcer le partenariat public-privé dans le but d’accélérer la mise en œuvre de la politique industrielle du Plan stratégique Gabon émergent dont l’objectif est de favoriser la croissance de la base productive de notre économie.

Ce port va permettre de faciliter et d’accroitre le transport des marchandises vers des zones de trafic ferroviaire et constituera une zone d’échanges stratégiques dans la sous-région d’Afrique centrale. Pour les autorités portuaires, l’objectif de la nouvelle extension est d’abaisser encore davantage ces délais.

Le nouveau port dispose d’un quai d’une longueur de 220 mètres et d’une capacité d’accostage de 2 barges de 2100 tonnes chacune.

Bien avant cette visite, le Premier ministre s’était rendu à la Zone spéciale de NKOK située dans la périphérie de la capitale gabonaise le jeudi 17 janvier 2017. Et là encore, il s’agissait pour le chef du Gouvernement de toucher du doigt cet outil important de diversification de notre économie.

A titre de rappel, l’objectif de la Zone économique de Nkok est de rendre les opérateurs économiques compétitifs sur le marché. Cette zone spéciale compte à ce jour près de 78 entreprises installées dont 25 sont en phase de production et plus de 700 emplois créés dont 320 sont employés par les Aciéries du Gabon.

8- Rappel à l’endroit des organes de presse

Le Porte-parole du Gouvernement et Ministre de la Communication, a rappelé à l’endroit des organes de presse la nécessité de privilégier les faits, mais les faits avérés.
En début de semaine, un journal annonçait que Monsieur Robert BRAZZA, présentateur de l’émission « Soir de CAN » sur la chaîne Canal+ Sport Afrique avait été expulsé du Gabon pour avoir critiqué les stades accueillant la compétition continentale de Football, des informations sitôt relayées par une Radio internationale.
Billie By Nze a rappellé que ce dernier a lui-même annoncé, la veille, son départ du Gabon pour des raisons de service et a librement pris son avion le 21 janvier dernier.
Le même journal indique ce matin que le Gouvernement de la République a décidé de baisser les salaires et les pensions. Je rappelle que, devant le Chef de l’Etat, le Premier ministre avait clairement déclaré que la question de baisse des salaires n’était pas d’actualité au Gabon.
De ce fait, et sans préjudice des mesures que le Conseil national de la communication (CNC) pourrait arrêter, le Gouvernement de la République, dont l’une des missions constitutionnelles est de faire respecter les lois de l’Etat, entend prendre toutes ses responsabilités pour empêcher que la désinformation et la manipulation deviennent la règle de base des journalistes au Gabon.
Par ailleurs, le ministère de la Communication va procéder très rapidement à la mise en conformité de la loi portant Code de la communication ; des inspecteurs vont être déployés sur le terrain pour contrôler les entreprises de presse.

9- Audience de rentrée solennelle de la Cour constitutionnelle

Le jeudi 26 janvier, l’audience de rentrée solennelle de la Cour constitutionnelle s’est tenue. Lors de celle-ci, le Président de cette institution, Madame Marie-Madeleine MBOURATSOUO,  a rappelé l’obligation du respect des lois, du respect des institutions et l’arrimage de nos différents textes à la Loi fondamentale.
Le Gouvernement a pris acte des recommandations de la Haute juridiction et mettra tout en œuvre pour protéger l’intégralité du territoire national, sauvegarder la souveraineté de notre pays et faire respecter l’Etat de droit.
A cet effet, nul ne saurait être au-dessus de la loi. Passée la période des joutes électorales, le temps du travail dans la sérénité est arrivé. Il y a des comportements, des déclarations et des attitudes qui ne sauraient   perdurer. La liberté ne s’exerce pleinement et entièrement que dans le cadre de ce que prévoit la loi.

SPORT: Football: CAN Gabon 2017: réactions Cameroun-Gabon

Bruno Ecuele Manga of Gabon (r) wins header against Robert Ndip Tambe of Cameroon during the 2017 African Cup of Nations Finals Afcon football match between Cameroon and Gabon at the Libreville Stadium in Gabon on 22 January 2017 ©Gavin Barker/BackpagePix

Les sélectionneurs des deux se sont exprimés au cours de la conférence d’après-match, en voici la teneur:

José Camacho (sélectionneur du Gabon): « Je suis désolé pour les joueurs et le public. On a tout tenté dans ce match, malheureusement ce résultat nul d’aujourd’hui nous fait regretté les points perdus contre la Guinée Bissau.
C’est vrai que l’équipe a mouiller le maillot au cours des 3 matches de poule, mais je ne peux rien dire de l’avenir de cette équipe. On est triste, pour le moment je ne peux pas me prononcer sur mon avenir en tant que sélectionneur des panthères.
Au football, l’important est de marquer. Malheureusement contre la Guinée Bissau on prend un but en fin de match, contre le Burkina Faso et le Cameroun on se heurte à des gardiens de haut vol. Vraiment on a pas eu de chance. »

Hugo Broos (sélectionneur du Cameroun): « J’ai toujours dit que le plus difficile est de rentrer dans ce genre de compétition. Nous sommes heureux de l’issue de ce match et de notre qualification. On peut maintenant penser au reste de la compétition. »

SKB

SPORT: Football: CAN Gabon 2017: Elimination prématurée du Gabon

6604173_173e3e6d9fd5987888223e9036995efaf8b08ba6_1000x625

Le Gabon a pourtant démarré fort à l’image de ce centre d’Evouna capté par Ondoa (2e). Deux minutes plus tard, Aubameyang ne parvient pas à reprendre un nouveau centre de Bouanga (4e). Ce dernier tente sa chance à l’entrée de la surface mais manque le cadre (6e). Le Cameroun s’est trouvé contraint de réagir, à l’image de la reprise de la tête de Ngadeu (10e) ou de celle de Teikeu (14e).

Bouaga réplique mais Ondoa écarte le danger d’une claquette (20e). Tambe (23e) puis Moukandjo (28e) tentent ensuite leurs chances sans succès. Le rythme s’estompe même si Nkoulou s’emploie pour arrêter une percée de Bouanga (42e).

A la reprise du jeu, les Lions indomptables prennent le contrôle du jeu comme le prouve le coup-franc provoqué par Bassogog (49e). Oyongo le tente et bute sur Ovono qui se détend parfaitement (49e). Un peu plus tard, la frappe de Moukandjo frôle les cages gabonaises (52e). Bouanga réplique sauf que Ondoa répond par une claquette (62e) avant que Palun aide Ovono à se dégager (64e).

Le match s’essouffle, les fautes s’enchaînent et les spectateurs gabonais quittent déjà le stade. Dans le temps additionnel, Zoua croise trop sa tête (90e) avant que Bouanga, de l’autre côté du terrain, ne s’écroule dans la surface (90e+1) sans que l’arbitre ne désigne le point de pénalty. Dans la foulée, Bouanga tente sa chance à nouveau. Ondoa, encore une fois, parvient à protéger ses cages (90e+2). Les panthères du Gabon terminent le match dépitées.

Homme du match: Athanase Bouanga du Gabon, qui remporte d’ailleurs ce prix pour la deuxième fois de la compétition.

SKB

unnamedo3

La Direction Générale de GABONINFOSLIVE et l’ensemble du personnel vous souhaitent ses meilleurs vœux pour 2017

240_f_126123520_6kzbqj80lfc8wsehutnnxekg1jx5josg

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :